( 28 février, 2014 )

Fermer le livre et ne pas le réouvrir …

J’ai lu ce matin cette citation :

 » Je crois qu’à la base, je voulais faire le bien autour de moi.

Cela n’a pas été possible pour deux raisons :

Parce qu’on m’en a empêché et parce que j’ai abdiqué.

Ce sont toujours les gens animés des meilleures attentions qui deviennent des monstres. »

 

Après avoir lu ce texte, je suis restée l’esprit vide un moment. Dérangeant, non ? Se dire qu’effectivement nous avons peut-être tous en nous le désir de bien faire, la volonté de tendre la main et que la vie nous en empêche. J’ai repensé à une histoire vécue où les bonnes intentions étaient reines, où la sincérité était la clé et où au final, effectivement ces gens, si gentils, si attentionnés se sont transformés en monstres. Qu’est-ce qui les a freinés dans leur gentillesse ? Qu’est-ce qui est venu bloquer le processus amical enclenché ? Certains diront qu’ils étaient à la base des personnes psychologiquement  » pas très bien dans leur tête »,  d’autres diront tout simplement qu’ils étaient des méchants.

À lire cette citation, je me dis simplement, ils ont abdiqué.

Pourquoi ? Parce que c’était peut-être trop dur à vivre pour eux, peut-être parce que le regard des autres s’en est mêlé, peut-être parce que la rumeur s’est enflammée et que leur aversion à communiquer les a empêchés de retrouver cette bonté qui au départ bouillonnait en eux.

Je suis triste de cette finalité. Triste que des personnes aient pu s’éloigner de leur but premier simplement parce que leur conviction était si forte,  leur certitude de détenir la vérité, leur vérité, si intense qu’elle s’est retrouvée faussée par une perception élaborée depuis des années.

Certaines personnes sont tellement habituées à vivre dans un mensonge préfabriqué qu’ils ne sont plus capables de faire la différence entre « ce qui est » et « ce qui peut être ».

J’ai travaillé cette année avec ma classe sur un ouvrage de Marguerite Yourcenar

 » Comment Wang Fo fut sauvé « . J’y ai découvert exactement la même conclusion .

On ne nait pas des monstres. On le devient. Simplement parce que parfois tout comme l’empereur de Chine, il est trop de découvrir que le monde que l’on a tant rêvé, auquel on a tant cru  ne soit en fait qu’une illusion.

Je souhaite à tous les monstres de la terre, qui n’ont pas su, pas pu, ouvrir les yeux sur la vraie vie de trouver la  paix sans pour autant nuire à autrui …

1 Commentaire à “ Fermer le livre et ne pas le réouvrir … ” »

  1. Emma dit :

    really nice post, i surely adore this site, continue it

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|