( 23 mai, 2014 )

Le refus de voir

Refuser d’ouvrir les yeux, de regarder ses erreur semble une attitude de plus en plus fréquente. Je pense entre autre à un jeune auteur dont le premier roman pourrait être une réussite et qui au final s’annonce un cauchemar simplement parce que son œuvre est envahie de fautes ! Et je ne parle pas des fautes excusables d’accords possibles dont les règles sont parfois si compliquées que l’on s’y perd …
Je pense entre autre à la règle des verbes pronominaux qui dit que: Bien qu’ils soient conjugués avec l’auxiliaire être, les verbes pronominaux n’accordent pas systématiquement leur participe passé avec leur sujet. Ils suivent différentes règles selon la fonction du pronom réfléchi.
Elles se sont donné trois jours pour réfléchir. « elles ont donné trois jours à elles »
se n’est pas COD ; trois jours est COD, mais il est placé après le participe : donné ne s’accorde pas.
Pas simple !
Mais lire un extrait de livre comme j’ai pu en lire un dernièrement où l’auteur a laissé 67 fautes sur juste 4 pages ! C’est abusé !
Surtout quand la dite personne refuse l’aide du groupe d’auteurs !
Refuser l’aide, refuser de se remettre en cause, juger que l’on ne peut qu’avoir raison !
Ego encore surdimensionnés ! Comment n’est-on pas capable de se remettre en question ? De se dire : je me suis trompé, c’est humain … De continuer d’affirmer haut et fort que l’on ne peut qu’avoir raison !
Stagner n’est pas vivre alors ouvrons nos esprits, nos oreilles, nos yeux et acceptons ce que l’autre peut nous apporter de positif …

1 Commentaire à “ Le refus de voir ” »

  1. Julien dit :

    De votre avis ! Société aux yeux fermés !

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|