• Accueil
  • > Archives pour juillet 2014
( 5 juillet, 2014 )

L’adieu …

Beaucoup d’émotions hier lors de la fin de journée … Une émotion que je n’avais pas ressentie depuis plus de quinze ans avec une classe ! C’est ce que j’appelle des moments uniques que rien ni personne ne peut nous prendre.
Notre profession est critiquée, montrée du doigt mais qui ose juger sans venir voir les larmes des enfants couler en cette fin d’année scolaire ?
La vie est ainsi … L’homme est plus vite jugé qu’il ne sera félicité ! Dans votre travail, en amour ou en amitié, vous aurez beau donner autant que vous le pouvez, vous aurez beau aimer au point de vous perdre, le moindre dérapage, le moindre faux pas, et ce sera terminé pour vous ! On ne se souviendra plus de vos bons côtés, des doux moments d’amitié partagés, ni de ce que vous avez pu apporter ! L’oubli aura tout emporté ! Quelle tristesse cette vie où le fait d’exister reste un pari qu’il faut chaque jour gagner …

 

( 4 juillet, 2014 )

Dernier jour …

Dernier jour de l’année scolaire, couverte de cadeaux … C’est toujours aussi émouvant ces fins d’année scolaires … Sur un des stylos offert par un de mes élèves, cette phrase :
 » Enseigner, c’est influencer une vie pour toujours … »
Je resterai ce jour sur cette magnifique phrase où tout est dit et j’espère très sincèrement avoir dans ma petite vie, bien modestement, pu servir à guider des vies futures …
Écrire est un peu la même chose. laissons des traces pour permettre aux vies de se porter mieux …

 

( 3 juillet, 2014 )

Et si nous parlions d’amour et d’écriture …

L’amour …

Après les remarques faisant suite aux romans autobiographiques, que dire des romans d’amour ? Facile à écrire ?
Et bien non, je ne trouve pas cela si facile sauf si on désire rester dans la romance basique tout public réunissant haine, amour, sexe. Vous avez déjà lu un roman de ce genre ?
Le mec est d’une beauté à couper le souffle, sans un poil de graisse, qui va tomber amoureux d’une femme ordinaire, mais tout de même plutôt sexy. L’homme beau, riche, sexy, sans défaut, roulant dans sa jaguar noire … Le couple va s’aimer, s’éclater au lit, surmonter toutes les épreuves sans séquelles. Le roman se terminera toujours par le fameux  » je t’aime » qui résonnera comme une fin logique.

Franchement, on est très loin de la vraie vie …Le vécu est autre …
Surfons un instant sur les  » je t’aime « … Ils sont si nombreux.
Il y a celui du beau mâle habitué à tellement le dire à chaque conquête, qu’il ne pense même plus ce qu’il dit, voulant juste obtenir ce qu’il est habitué à avoir …
Il y a le  » je t’aime » du vieux couple usé qui va le prononcer par habitude afin d’avoir la paix dans son foyer.
Il y a celui prononcé par le chéri clamant son amour à l’épouse cocufiée dans le seul but de ne pas voir son petit monde s’effondrer.
Il y a le  » je t’aime » PUR du jeune couple persuadé de pouvoir garder intact ce sentiment magique jusqu’à ce que la mort les sépare, oubliant qu’en vieillissant les petits défauts deviennent vite insupportables et l’amour bien moins passionnant …
Il y a celui du premier émoi, du premier amour … le plus beau, le plus fort … Celui qui restera à jamais inscrit dans notre univers … Celui de notre jeunesse … de nos illusions …
Il y a aussi celui qui ne sera jamais dit, par respect, par peur …
Celui de l’homme amoureux de la femme de son meilleur ami, celui de l’adolescente amoureuse de son professeur, celui des amours interdits.
Écrire un roman d’amour est une chose, savoir dire je t’aime en est une autre …
Le VRAI  » je t’aime » reste celui où on n’attend rien en retour, où on a tant d’amour à offrir que le simple mot suffi à nous rendre heureux .. Celui où on va simplement dire à l’être aimé :  » merci d’exister … »

Attention tout de même à vos je t’aime … Certaines personnes peuvent arracher votre cœur tellement la profondeur de ce simple mot peut remettre leur propre vie en question …
Mais que cela ne vous empêche pas d’aimer … Je l’ai déjà dit souvent, c’est le sel de la vie ! La saveur des moments passés à penser à vos amours reste unique …
Si notre monde n’avait pas oublié d’aimer, les pensées positives offriraient un avenir aujourd’hui plein de sérénité …

( 2 juillet, 2014 )

Écrire son histoire ..

image

Pour répondre à certains …
Autobiographie ou romance ? J’ai lu un article comme quoi 78% des auteurs commencent à écrire leur propre histoire. Pourquoi ? Simplement parce que c’est la première chose que l’on apprend tout jeune. Combien d’auteurs ont un jour tenu un journal intime ou un carnet de poésie ? On débute ainsi parce qu’il s’agit d’une mode ou bien d’un besoin ( ado par exemple de narrer ses problèmes avec ses parents ou ses profs, adultes ses soucis de vie ), puis en vieillissant on veut simplement laisser une simple trace de ce qui est, de ce qui fut …
Le drame d’un divorce, d’une femme violée ou battue, d’une enfance à la DASS, d’un travail spécifique particulièrement pénible.
Plonger dans une autobiographie, c’est plonger comme dans une mer noire sans fond où nagent nos souvenirs.
J’admire ceux qui en sont capables, se dénudant face aux autres, leur offrant leur face cachée, leur visage ravagé.
Personnellement, je n’en ai jamais eu  ni le courage ni l’envie !
Notre vie nous appartient, nos sentiments, nos émotions, nos mots d’amour sont à nous. Offrir sa vie en pâture, c’est ouvrir une porte fermée à clé où chacun pourrait ensuite s’engouffrer sans toquer. C’est pour cette raison que tous mes personnages, même s’ils sont issus des vibrations de mon âme, même si mes émotions transpirent à travers eux comme des marionnettes animées, sont tous fictifs.
Dépeindre sur un plateau d’argent la personne qui a le plus marqué ma vie ou celle qui m’a le plus fait pleurer serait briser l’imaginaire .
Un écrivain écrit avec sa sensibilité, avec ses rêves, avec ses passions mais il ne doit en aucun cas se rendre vulnérable. Écrire doit rester une force, une puissance qui aide à avancer …
Si on recule, c’est raté ! Il faut tout effacer et recommencer … Ce que l’on ne peut faire dans la vraie vie …

( 1 juillet, 2014 )

La folie d’aimer …

Je viens de lire un manuscrit envoyé par une jeune écrivaine  ou plutôt une nouvelle sur une héroïne dont l’amour est si fort, si violent qu’elle préfère en mourir. Bouleversant et en même temps très dérangeant ! Aimer peut-il conduire à une telle folie ? Lors de l’écriture de Rouge, j’ai caricaturé une de mes héroïnes afin de montrer que la jalousie peut faire glisser un être charmant doucement vers une folie destructrice pour elle ou pour son couple. Mais dans le livre que je viens de lire, l’amoureuse aime, est aimée et pourtant elle va décider, trouvant cet amour trop dur pour elle, de se suicider … Angoissant ! L’amour est une musique si douce ! Qui n’a rêvé de ressentir encore et encore battre son cœur tel un tambour ? Qui n’a rêvé d’aimer jusqu’à ne plus pouvoir s’écouter penser ? Mais de là, à vouloir en perdre la vie … Non ! L’amour c’est un sentiment fort, puissant, fait pour avancer ! L’amour ne doit jamais servir à reculer …

 

1234
« Page Précédente
|