( 24 novembre, 2014 )

Deux petits pas sur le sable

image

 

Parfois on choisit un livre sur les conseils d’amis, parfois au hasard. En ce qui concerne  » Deux petits pas sur le sable », j’en avais lu une excellente critique sur un groupe littéraire. Je l’ai donc choisi ce we pour me changer les idées. J’en sors bouleversée. C’est un livre magnifique mais plus encore, c’est un livre que j’aurai pu écrire. Terrible de lire une histoire qui me ressemble tant. Cette petite Thaïs atteinte d’une maladie dégénérative mortelle, du même âge que mon fils, sa petite sœur Azylis devant subir une greffe tout comme mon ange. J’ai lu chaque geste que j’ai pu faire, chaque angoisse que j’ai eue. Difficile de plonger dans un miroir quand on a fermé le livre depuis longtemps pourtant je suis allée jusqu’au bout, simplement parce que c’est un peu un hommage que je devais à cette petite fille qui est partie tout comme mon fils, trop vite, trop tôt.

Rien n’est un hasard. Lorsque parfois on doute, lorsque l’on se pose des questions, on tombe sur un roman parmi plus de cinq cents autres. On le lit. On se dit juste : Que c’est beau le Présent ! Pourquoi passe-t-on notre temps à regarder en arrière ou à vouloir faire tourner les aiguilles du temps. Vivons ! Vivons à fond et accrochons-nous à nos rêves !
À ce sujet, bientôt CARLA … Ce roman n’est pas non plus un hasard ! Signe que tout a un sens …

2 Commentaires à “ Deux petits pas sur le sable ” »

  1. 010446g dit :

    Toujours apprécier l’instant présent, savourer les petits bonheurs comme les grands.
    Si demain arrive, en faire autant.

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Voici venu le temps de transhumance

  2. telavivcat dit :

    merci de votre visite sur mon blog. Je viens de lire votre article et la similitude existant entre ce livre et votre vécu. Je n’ai pas connu ce déchirement mais je comprends que c’est l’un des plus dur à vivre. Non, en effet, rien n’arrive par hasard et quelle que soit la dureté de l’épreuve qui nous est envoyée elle indique que nous avons été jugé digne et capable de la vivre et d’en tirer un enseignement. Yaël

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|