( 16 février, 2015 )

Écrire, mythe ou réalité ?

 

Écrire, simple et difficile à la fois. Glisser des mots sur une feuille blanche sans vraiment réfléchir, le travail de l’écrivain reste entier, après, une fois le roman totalement terminé. Il faut juste être capable de tout effacer, de tout détruire pour mieux recommencer, un peu comme dans la vie. Un roman prend forme avec juste quelques mots, il se sculpte grâce à ses personnages, à son essence propre. La peinture des lieux, des individus lui donne vie. Une touche d’émotion et le tour est joué.
Il me semble important de rappeler qu’un auteur n’est pas ses personnages. À quelques jours de la sortie de Carla, il est primordial de le redire sinon j’imagine la confusion dans de nombreux esprits. Je ne suis ni Adelyse, ni Marie, ni Carla. Je suis juste Sylvie.
Pour l’anecdote, j’avais participé en 2010 à un concours d’écriture et envoyé une nouvelle que j’avais écrite en novembre 2010   » Autopsie d’une amitié « . C’était très mauvais, je le sais aujourd’hui mais comme je l’ai déjà dit, j’écrivais juste pour le plaisir d’entendre les mots chanter. Je n’ai pas gagné. C’était prévisible. Tout serait à refaire aujourd’hui mais par pudeur, je n’y toucherai jamais.
Le comble, cette nouvelle purement fictive a suscité chez de nombreux proches des réactions violentes pensant que j’y décrivais une réalité.
Le monde est stupide. Une personne qui veut écrire son autobiographie n’a pas honte de le dire.
En ce qui me concerne, seul le chapitre Chris est autobiographique dans Rouge. J’y tenais. Un clin d’œil à mon fils qui a fait de moi ce que je suis : une battante.
Écrire, c’est poser des mots, c’est tout. C’est jongler avec des émotions qui existent.  Dans un roman Z aimera X. Parce que c’est ainsi, parce que cela chante mieux. Dans la vie Z détestera X et au fond, tout le monde s’en fout.
Un ancien ami m’avait dit un jour qu’il fallait écrire avec une gomme. Je fais bien plus que cela. J’écris avec un stylo magique qui permet à mes personnages de prendre vie selon la manière dont on lit le texte.
J’aime écrire et je suis ravie de continuer à être lue. Encore un agréable commentaire hier pour Blanc. L’aventure continue donc. Carla, elle,  fait sa dernière toilette et j’espère sa sortie retardée à cause de soucis personnels de mon éditrice. La vie n’épargne personne. Quant à Bleu, dernier volet de ma trilogie, il sortira pour l’été.
Souffrante, je me suis un peu trop endormie ces dernières semaines, sur ma feuille restée blanche. Écrire n’était plus ma priorité. Survivre l’était.
De retour, il est peut-être temps que je reprenne ma plume, non ?

1 Commentaire à “ Écrire, mythe ou réalité ? ” »

  1. Martin dit :

    Je ne sais pas qui vous êtes mais je sais une chose vous avez un talent rare ! On sent votre énergie et votre force.
    Ma compagne est Hashimoto et passe ses journées à pleurer et se plaindre Je lui ai fait lire vos posts Elle est sortie de son lit enfin
    Que votre projet de livre réussisse
    Vous êtes un porte parole idéal
    Les familles et les malades ont besoin de vous
    Je vous dis d’avance merci

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|