( 17 février, 2015 )

Mourir d’amour.

 

Ces derniers jours, je vis par procuration une rupture ignoble infligée à une amie  l’incitant  à songer à mettre fin à ses jours. Je ne me permettrais jamais de la juger. Nul n’est en droit de juger le pouvoir de l’amour, ni la douleur. Je m’interroge juste sur la finalité de mourir pour un amour perdu. Perdre une personne, que ce soit par le biais de  la mort qui l’emporte ou la vie qui nous éloigne reste quelque chose d’horrible, d’insurmontable. Cette souffrance peut rendre fou. Qui ne l’a pas connu est soit un veinard, soit n’a jamais vraiment aimé. Se donner la mort ensuite reste trop  facile. Tel un mantra, j’ai déjà expliqué que je suis convaincue que le hasard n’existe pas. On ne rencontre que des personnes qui vont avoir un impact dans notre vie, même si cet impact s’avère douloureux. On n’en comprendra le sens que bien plus tard.
Tout comme on n’est jamais attiré par n’importe qui. Lorsque l’étincelle jaillit, c’est souvent au moment où on s’y attend le moins. Sans paraître ésotérique, on sent la rencontre des énergies. Le désir nait également ainsi. Comme me dit souvent une copine de plume , on ne mouille pas sa petite culotte pour n’importe qui et même si on adore les grands bruns aux yeux bleus, va-t-on savoir pourquoi ce jour-là, on va craquer pour un blond bedonnant ? L’alchimie des êtres a un sens. Alors le jour où cette alchimie disparaît ( mais au fond, disparaît-elle ou les aléas de la vie font-ils qu’elle n’existe plus ?) cela aura-t-il valu  la peine de mourir d’amour alors que tant de jolies choses nous attendent encore … On a tous versé des larmes de sang. On y a tous survécu à notre manière, plus forts. La vie n’est pas un conte de fées. Une fois que l’on a bien compris où on allait mettre les pieds, on voit l’avenir autrement.
Alors, toi qui souffres, ne te détruits pas pour un amour perdu. Cherche plutôt ce qu’il a pu t’apporter et ainsi tu pourras continuer à avancer et la douleur, petit à petit s’estompera.
Er si l’amour ne meurt pas, continue à t’en servir pour créér des lumières sur un tableau, des mots sur une feuille, des vers sur un papier. Les plus belles créations sont issues des maux d’amour, tout comme les plus jolies chansons.

1 Commentaire à “ Mourir d’amour. ” »

  1. 010446g dit :

    Belle plaidoierie.

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Accident

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|