( 21 mars, 2015 )

Les surprises de la vie.

 

Jour J où je vais aller dédicacer mes modestes ouvrages dans ce grand salon de renommée internationale. Heureuse, oui, anxieuse aussi ! C’est un peu le grand saut dans le vide. Salutaire car hors de mon univers scolaire où la bêtise humaine me fatigue de plus en plus. J’espère revenir avec quelques photos souvenirs, de jolies rencontres même si au final, je ne vendrais peut-être que peu de livres. Le bonheur simplement d’être à ce grand événement ! Un rêve de toute petite fille. Par hasard, je suis tombée sur ce texte sur internet qui est un excellent résumé de ce que je pense et crois en ce jour un peu particulier pour moi. Bonne méditation à tous .

Tout le monde ne peut pas avoir une fin heureuse, mais c’est le voyage qui compte, pas la destination.
Le sens de la vie, c’est d’avoir une vie pleine de sens.
La différence entre l’ordinaire et l’extraordinaire, c’est simplement un petit extra.
Le bonheur est une direction, pas une destination.
Merci d’exister. Soyez heureux, libre, ayez foi, restez toujours jeune.
Vous connaissez mon nom, mais pas mon histoire.
Vous avez entendu parler de mes actions, mais pas de ce que j’ai traversé.
L’amour c’est comme le verre, c’est superbe, mais ça se brise très facilement.
L’amour est rare, la vie est étrange, rien ne dure et tout le monde change.
Chaque journée est unique, aussi il faut en profiter au maximum. Car peut-être que demain, vous serez atteint d’une maladie incurable.
La vie n’est décevante que si vous la traitez ainsi.
Si quelqu’un vous aime, alors cette personne ne vous laissera jamais tomber, quelle que soit la situation.
La vie est pleine de hauts et de bas, et sans les bas, les hauts ne veulent rien dire.
L’amour, ce n’est pas trouver quelqu’un avec qui on pourrait vivre sa vie future, mais plutôt trouver quelqu’un dont l’on ne pourrait pas se passer dans le futur.
La vie est un jeu, et l’amour en est la seule récompense.

 
 Le 23/03 /2015 : rajout
Texte déclaré « cucul » par une personne étant tombée sur ce blog. J’aurai pu, certes, écrire un long texte mais voilà et d’un : je travaille et ne passe pas mon temps sur mon PC, et de deux j’écris aussi , j’ai une famille, des enfants, bref une vraie vie ! Je ne lézarde pas toute la journée sur mon canapé à réfléchir à mon blog. Je ne lui accorde que cinq minutes chaque jour pour garder un lien avec mes lecteurs qui aiment me suivre ( une cinquantaine chaque jour ce qui me suffit et que je remercie) ! Donc oui, je choisis par moment la facilité mais quand on voit Musso ou Levy qui publient des livres qui marchent et restent fort simplistes;, en quoi critiquer des textes qui nous ont touchés trouvés sur internet était-il  » cucul » ? En tous les cas, cela m’a bien amusée !
( 20 mars, 2015 )

L’éclipse

 

Difficile de ne pas parler aujourd’hui de cette fameuse éclipse qui va monopoliser toute l’attention des médias. Une éclipse presque totale que nous pourront voir dans notre région le matin, en croisant bien sûr les doigts qu’il y ait peu de nuages sinon pas de spectacle !
Bien entendu, des lunettes adaptées sont indispensables car regarder le soleil dans les yeux est très poétique mais peut créer des dommages irréversibles.
Ne ratons pas cet événement ! Le prochain n’aura pas lieu avant longtemps.
( 19 mars, 2015 )

Le bonheur.

 

Dédicace de CARLA au stand P69bis.
Qu’en dire si ce n’est un merveilleux sentiment à savourer sans modération. Notre société semble courir après et ne s’autorise pourtant pas à l’apprécier. Le monde est une gigantesque toile d’araignée où les destins se croisent, parfois sans se regarder. Rien n’est un hasard. Un fait qui peut un jour nous sembler anodin se révélera des années plus tard la clé. J’en suis la preuve vivante. Ma vie fut jalonnée de rencontres ou tragédies qui toutes m’ont menée vers ce seul but : écrire. Certaines furent bouleversantes et à jamais gravées dans ma chair me permettant cette préhension plus fine de mes lecteurs. D’autres ne furent qu’un petit vent vite oublié qui pourtant a laissé, j’en suis certaine, une empreinte. Le bonheur ne peut se construire que dans cette réalité. Accepter ce qui fut hier pour appréhender demain avec sérénité. Longtemps, j’ai pensé que l’on devait aimer tout le monde, que c’était la bonne attitude. Aujourd’hui, je pense le contraire. On ne peut aimer tout le monde, on ne peut être appréciée de tous. Mais pour se sentir heureux, il faut savoir se préserver des personnes nocives qui nous entraînent vers ce que l’on ne veut pas, ce que l’on n’est pas. Pour être heureux, il faut se sentir libre et vivant. Soyez heureux et pour l’être encore plus retrouvez moi Samedi au salon du Livre de Paris ! CARLA y sera en version papier pour vous donner un moment de pur bonheur !
( 18 mars, 2015 )

Les « on dit ».

 

Ah ! Ces mots dont chacun se délecte tant dans les milieux fermés, souvent majoritairement féminins.
 » On dit que … Un jour, un muet a dit à un sourd qu’un aveugle l’avait vu … « 
Et ainsi naissent les rumeurs. J’en ai fait personnellement les frais il y a presque cinq ans. J’en ai payé le prix fort. Depuis, je hais ces individus qui propagent ragots et commérages, qui se délectent dans des fausses informations ou suppositions, qui détournent volontairement une phrase anodine pour en faire une arme. Je hais ceux qui écoutent ces « on dit », qui se les approprient, qui vont ensuite jusqu’à crier à la malveillance alors qu’ils en sont le poison. Je méprise ce monde où l’homme n’est pas respecté, où on ne lui demande pas s’il souffre de se voir écraser ainsi d’un coup de talon.
Les femmes sont souvent prêtes à tout pour garder leur apparence bien lissée. C’est un des thèmes qui ressort dans Carla et au vu des nombreux retours que beaucoup vivent ou ont vécu. Intelligent celui qui résiste à la rumeur, faisant fie des commérages. Intelligent celui qui continuera à sourire sans tourner le dos malgré les ragots. Il est difficile de garder la tête haute lorsque l’on se retrouve attaquée de partout sans pouvoir se défendre.
On dit que … Il y a des cons qui écoutent d’autres cons, qui vont ensuite agir pour aider ces cons afin de détruire la vie d’autres individus, certainement des cons.
Moralité : Fuyez les cons ! Évitez les gens négatifs. Restez en dehors des « on dit », ne croyez que ce que l’on vous dit en face. Je sais ! C’est difficile. Moi-même, j’y ai cru. Mais croyez moi, si c’était à refaire, j’écrivais l’histoire autrement.
( 17 mars, 2015 )

CARLA sous presse … C’est parti …

 

Ça y est ! Mon éditrice, Félicia-France Doumayrenc a lancé CARLA en version papier pour une sortie au salon du livre. Magique ! Je rappelle que les Ateliers de Grandhoux sont une maison d’édition à droits d’éditeurs, numérique au départ. Quelle joie de découvrir que ce roman sera si vite en papier après sa sortie en Ebook. D’avance, quel samedi cela sera ! Tout à la fois grisant et époustouflant. Une fois encore, rien n’est un hasard. Un manuscrit envoyé, un coup de coeur de l’éditrice, une connivence malgré nos différences, une réussite, un but. La victoire est proche si vous continuez à être là. Merci à vous qui m’avez épaulée dans mes instants de doute, car comme tout humain, j’en ai eus.
Ne jamais baisser les bras, ne jamais se décourager. Toujours croire que le meilleur est à venir. Plus que jamais, j’y crois et je continue de miser sur CARLA !
( 16 mars, 2015 )

La difficulté de communiquer

Sujet difficile et pourtant, qui seraItalie capable de pondre un traité sur le Savoir Communiquer remporterait le Prix Goncourt. Notre société se cache derrière des écrans virtuels, refusant presque de croiser le regard d’une autre personne par crainte d’être foudroyé. Résultat, face à une réelle nécessité de communiquer, on se heurte à diverses difficultés. La peur est en tête : peur du jugement de l’autre, peur de ne pas être compris, peur de dire ce que l’on pense, peur de se dévoiler et de montrer ses failles. Ensuite, il y a cette indifférence latente : on se fiche de ce que l’autre pense donc à quoi bon entamer un dialogue avec ? Plus facile, effectivement de rentrer dans sa petite coquille, de s’enfoncer dans le sable tel un crabe plutôt que de se faire violence pour aller vers l’autre. Le cas s’est posé récemment entre deux enfants qui se sont fâchés pour des broutilles mais dont les mots ont dépassé leurs pensées. Le dialogue est rompu depuis le début de l’année. Les enfants sont en souffrance mais avouent ne pas pouvoir faire ce fameux pas parce que « c’est trop dur », « on a trop peur », « etsi l’autre nous rejetait encore ? ». Tout est dit ! Il est difficile de communiquer mais ne rompons jamais une communication. Mieux vaut parfois une bonne dispute, des mots qui échappent trop vivement suivies d’une réconciliation. Laisser le fossé se creuser amèneront les protagonistes à adopter l’attitude de ces enfants, le retrait, la rancœur voire même des sentiments de haine et de vengeance. Notre monde n’a nul besoin de pensées négatives. Ne lui donnons pas matière à souffrance. On ne peut aimer tout le monde, on ne peut s’entendre avec tout le monde. Parfois, la vie nous fait comprendre que nous ne sommes plus intéressants pour une personne. C’est son choix et nous devons le respecter. On n’a pas à se sentir vexer. On a juste le droit de ressentir pour un temps une certaine tristesse mais l’important restant de se le dire en face, d’avoir ce courage afin de ne pas laisser une porte entrebâillée que certains guetteront avec un espoir au fond du coeur. Communiquer reste la clé qui nous différencie des animaux, même si c’est difficile, parfois insurmontable, n’y renonçons pas car nous renoncerions ainsi à notre liberté.

( 15 mars, 2015 )

salon du livre 2015 … J-7

 

Combien de fois n’ai-je arpenté ce salon chaque année, admirant ces auteurs venus présenter leurs livres ? Combien de fois, ai-je rêvé d’être à leur place ? Pourtant, jamais je n’aurai imaginé que ce rêve puisse un jour se réaliser, même il y a un an ! Et pourtant, à une semaine de ce grand salon, je n’ose toujours y croire ! J’y serai ! Pour Rouge et Blanc bien sûr mais mon éditrice m’a aujourd’hui informée de cette nouvelle extraordinaire : CARLA sortira aussi en papier ! Que dire ? Merci à cette vie qui m’a fait traversé bien des épreuves, bien des douleurs mais qui m’a toujours poussé à me relever et à continuer la tête haute. La vie est vraiment ce que l’on en fait ! L’important est de ne jamais croire que tout est fini, que notre avenir est fichu car il y a toujours une petite lumière prête à briller de nouveau si on se donne la peine de bien regarder.
Ceci étant, amis, je vous attends Samedi 21 Mars ! Afin que le virtuel rencontre le réel, afin que les rêves durent à jamais.
( 14 mars, 2015 )

Pensée du jour

image

 

Superbe citation. Je n’ajouterai rien de plus. Tout est dit avec ces quelques mots.

Bon we à tous.
( 13 mars, 2015 )

La vie et le choix.

 

Encore ce thème du choix qui revient à la surface après avoir regardé un film où se posait la décision cruciale : faire le Choix de l’un ou laisser mourir pour sauver des milliers de personnes. Nos vies ne sont que des successions de choix. Certains d’entre eux sont parfois faits trop vite, sous le coup de l’impulsivité. Pas le temps de se mordre la langue et déjà, les bêtises sont dites. D’autres choix, plus réfléchis, vont nous conduire à changer, évoluer ou parfois nous noyer dans un verre d’eau. Une personne m’a dit un jour : » On n’a pas le choix. » Je la plains encore aujourd’hui. Bien sûr que si ! On a toujours le choix. Nos actes sont des choix. On peut choisir de ne pas les exécuter, c’est certain mais une chose est sûre, cela reste nos choix. Seul l’amour est rarement un choix. Il nous tombe dessus lorsque l’on ne s’y attendait pas. Ensuite, on peut juste choisir de le vivre pleinement en toute quiétude ou comme certains, d’en faire un enfer quotidien où les larmes ne cesseront de tomber. On ne choisit ni de tomber malade, ni les drames de nos vies mais on va choisir de s’en sortir !
Continuons donc de croire que nos choix sont importants. Ils le sont ! Ils définissent nos espoirs !
( 11 mars, 2015 )

Atteindre son but.

 

« Il est pire que de ne pas atteindre son but,  de ne pas avoir de but. » Toute l’histoire de la vie.
Il est impératif de ne jamais renoncer à un rêve même si on a eu un mauvais départ. Les jugements parfois hâtifs nous poussent à nous décourager, à renoncer ou à faire marche arrière. Ceci est une redoutable erreur. Il est important de s’accrocher. À force d’y croire, à force de faire de grands pas, on finit par réaliser que l’on est au final allé bien plus loin que notre désir du départ. Par définition, un rêve est un merveilleux moteur. Il ne faut jamais y renoncer même s’il semble irréalisable. C’est le temps que l’on va y consacrer qui va en fixer la valeur. Ne jamais se dire que l’on perd son temps, que l’attente est trop longue. Ne jamais se dire que c’est impossible car tout est possible. Il faut juste y croire vraiment et surtout croire en ses capacités, croire en soi et croire dans les autres.
1234
« Page Précédente  Page Suivante »
|