( 4 avril, 2015 )

L’indifférence

Comment peut-on oublier une personne que l’on a tant aimée jusqu’à l’indifférence la plus complète ? ( clin d’œil à Gabrielle qui m’a suggéré ce post). Toute la question de l’oubli, du pourquoi, du désir.
Pourquoi cet homme qui nous a pris la tête et le cœur jusqu’à nous aliéner totalement, nous ne parvenons pas à l’ oublier. Pourtant on essaie de mille façons et on assiste à la réaction inverse. On s’accroche, nous faisant de plus en plus mal. Au final, on finit par rompre cette relation nocive même si notre coeur saigne simplement parce que nous jugeons cet amour impossible. Seulement, inconsciemment, ce mot  » impossible » se met en travers de notre route, rendant notre deuil impossible, avec sur la langue un goût d’inachevé, un mélange de sensation d’avoir gâché et d’avoir tout fait pour, une culpabilité s’installe alors. Sommes-nous simplement les méchants pour ne pas avoir voulu ? Alors on se retrouve face à deux choix : l’un, évitant de trop souffrir nous pousse sans fin à réinventer des peut-être, des si, des possibilités qui n’existent que dans un pauvre esprit en manque, l’autre est plus radical et se nomme juste l’oubli. Avoir le courage de tirer un trait, de fermer un livre définitivement afin simplement de pouvoir penser à l’autre avec juste une once d’indifférence qui nous fera sourire au lieu de pleurer. Oublier jusqu’à l’indifférence la plus totale nous offre la possibilité de vivre tout simplement.

Pas de commentaires à “ L’indifférence ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|