( 24 septembre, 2015 )

Le désir et l’attirance.

Nombreux sont les auteurs, dont je fais partie, qui n’hésitent pas à mettre en scène des héros sexuellement libérés mais qu’en est-il du monde où nous vivons ? Je remarque dans les nombreux retours que je reçois que la liberté sexuelle des années Peace and Love est bien loin. Chaque individu est unique avec ses propres normes, son propre désir, qui n’est et ne doit être critiquable. Je constate pourtant une réalité, un appauvrissement du désir, en particulier chez les quatras. Est-ce à cause des médias, d’Internet qui bombardent chacun d’entre nous d’images ou de scènes plus ou moins érotiques ? À cause du travail de plus en plus prenant ? Une chose est sûre, on assiste au sevrage des femmes et des hommes en limitant le pouvoir des mots. Nous sommes au XXIe siècle, et pourtant, une femme revendiquant son autonomie sexuelle, son désir pour un homme se retrouve cataloguer de noms guère sympathiques, un homme reluquant une femme qui n’est pas la sienne sera un salaud ou un pervers. Stupéfiant, non ? Connaissons nous l’histoire de ces personnes pour les juger ainsi ?  Et le désir dans tout cela ? Et l’amour ? J’aime revenir sur le thème clé de mes romans : choisissons-nous de tomber en amour ? Inconsciemment, peut-être que oui mais consciemment le désir qui pousse une personne vers une autre est lié à des phénomènes psychiques forts complexes. Un homme sera attiré soit par une femme à l’opposé de la sienne par envie de changement, par une femme lui envoyant des signaux liés à une complicité et une ouverture possible sexuellement parlant. Une femme pourra à l’inverse recherchera souvent  l’image du père, de l’homme d’expérience comme c’est le cas d’Adelyse mon héroïne, ou simplement elle aimera sans raison. Au final, est-ce si important ? Mes héros osent avouer leur désir mais combien d’entre vous qui me lirez, oseront vraiment avouer leurs flammes à l’élu(e) de leur coeur ? Dire son amour est synonyme de vulnérabilité. Qui a envie d’ouvrir une faille ?

Pourtant un désir qui vrille l’estomac, qui active mille papillons dans le regard jusqu’à enflammer le ventre et bien plus est une bénédiction. Riche est celui qui s’en délecte et pourtant la majorité des individus vont refouler cette passion en se donnant de nombreux prétextes. Oser dire, c’est déjà se libérer d’un poids. Combien notre société draine-t-elle de dépressifs en tous genres contraints de n’avoir pu dire ?
Je reçois beaucoup de témoignages de femmes détruites par des non dits, par des mots restés innocemment coincés dans leur gorge, des mots qui n’auraient fait aucun mal à l’autre car être objet de désir est une douce caresse de l’âme. On ne tombe pas amoureux par hasard, on ne peut non plus aimer tout le monde. On ne sait même pas pourquoi certaines personnes vont nous provoquer cette vibration unique. Est-ce un mot, juste un ? un parfum ?  un rire ou une citation ? Nous sommes entourés perpétuellement de désirs et je crois qu’il faut se laisser bercer par ces sensations ce qui ne nous invitent pas pour autant à ouvrir notre coeur et notre âme à chaque personne qui nous trouble.
En conclusion, car il faut bien conclure, ne regardons pas avec mépris le désir des autres, ne crachons pas sur les sentiments violents d’une personne sans connaître sa vie, ses besoins, et surtout respectons l’amour. On ne choisit pas de tomber amoureux et nul ne devrait porter une croix pour cela. Aimer peut s’avérer parfois une épreuve bien lourde pour certains si ce sentiment n’est pas partagé. Mettons juste des mots sur nos ressentis, un peu comme si on apposait de la couleur sur un tableau et restons surtout honnêtes envers nous-mêmes et envers nos désirs.

2 Commentaires à “ Le désir et l’attirance. ” »

  1. Etienne Renaudon dit Tienou dit :

    Eh bien tout est dit… ou presque, mais le solde n’est pas important ;-)

  2. Marie-France dit :

    Que dire d’une prose comme la votre ? Plusieurs mois que je suis ce blog avec un plaisir chaque jour renouvelé. Vous savez toucher en plein coeur par vos mots. J’ai suivi votre parcours et je vous admire sincèrement. Votre post du jour s’adresse à une femme qui pourrait être moi, blessée par la vie alors merci. Vos mots me font du bien.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Répondre à Etienne Renaudon dit Tienou Annuler la réponse.

|