( 31 mars, 2016 )

L’aventure d’un blog

Plus de deux ans que je fais chaque jour un bout de route avec vous à travers ce blog. Pourquoi suis-je si assidue ? Pour une raison fort simple, ne pouvant écrire mes manuscrits quotidiennement vu ma surcharge de travail, et ne voulant pas perdre l’envie ( car s’arrêter peut parfois engendrer une certaine paresse parfois dure à reprendre), j’ai opté pour ce post quotidien, quelques mots rapides, jetés sur un écran afin de ne pas laisser mon cerveau se ramollir. Efficace ? Je le constate vu le nombre constant de visiteurs en hausse, vu mes fidèles que je remercie, vu le nombre de commentaires souvent personnels ( qui ne sont destinés qu’à moi seule d’où l’absence de validation publique). J’aime cette aventure qui chaque soir ( je fais toujours mes articles la veille) me plonge dans le jaccuzi des mots.
Un lien aussi peut-être illusoire avec le monde que je fuis le plus possible préférant comme vous le savez mon petit cocon où je suis douillettement installée.
L’aventure de ce blog ce sont aussi de nombreuses rencontres qui sont grâce aux salons passées du virtuel au réel, des réflexions qui m’ont poussée depuis des mois à des remises en question ( car rester sur ses positions sans fléchir est une pure idiotie ), à des défis qui me motivent, à des rêves qui parfois se concrétisent et surtout qui m’aident à tenir debout ( même si pour le côté humoristique, un peu difficile en ce moment avec mon orteil fêlé !) … Mais à l’image de ce que je suis, vouloir continuer l’aventure car rien de plus grisant que de ne pas savoir ce dont demain sera fait :)

2 Commentaires à “ L’aventure d’un blog ” »

  1. Etienne Renaudon dit Tienou dit :

    Et pour nous une petite balade (ballade? ) quotidienne dans ton jardin…
    J’aime bien venir y voir fleurir les fleurs ;-)

  2. Elisabeth LEROY dit :

    Je t’admire, écrire un peu tous les jours sur mon blog, je ne saurais pas. Je te souhaite une bonne continuation et un très bon week end.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Répondre à Elisabeth LEROY Annuler la réponse.

|