( 5 mai, 2016 )

Les souvenirs

Il y a des livres qui happent dès le début. C’est le cas du dernier Michel Bussi  » Le temps est assassin. » Je ne vais pas en faire la chronique juste recopier ce paragraphe.
« Même les pires souvenirs finissent par s’oublier si on en empile d’autres par dessus, beaucoup d’autres, même ceux qui vous ont cisaillé le cœur, ceux qui vous ont rayé le cerveau, surtout les plus intimes. Parce que de ceux là les autres s’en foutent. »
Je n’ai rien à ajouter aujourd’hui et me contenter de savourer les bons souvenirs en espérant que la pile sera assez haute pour me faire oublier les mauvais, ceux effectivement dont tout le monde se moque.

1 Commentaire à “ Les souvenirs ” »

  1. 010446g dit :

    mais dans ce grand empilement, on risque de ne pas découvrir qu’il fallait cela pour apprécier des bonheurs trop discrets pour qu’on les aperçoive.

    Dernière publication sur le radeau du radotage : histoire de source

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|