( 8 mai, 2016 )

Le manque

« Parfois, on fixe le ciel, on regarde une étoile, on pense à une personne. C’est ça le manque. » ( extrait de Ghost)
Qu’est-ce que le manque si ce n’est cette boule à l’estomac qui nous saisit parfois, cette vague qui nous submerge sans que nous ne puissions la stopper, qui nous englobe jusqu’à nous faire basculer, cette sensation de n’être qu’un atome à la dérive dans l’infini de l’espace simplement parce que l’autre, qui n’est plus ou que nous avons simplement perdu, n’est plus là pour nous. Le manque, c’est l’asphyxie la plus totale, comme une impossibilité de respirer. Seuls ceux qui l’ont vécu peuvent le comprendre car le manque n’est pas rationnel, il n’obéit à aucune règle, à aucune logique, il peut parfois être assimilé à une folie tellement sa douleur est grande.
Un jour pourtant, le manque diminue, il se fond dans d’autres manques, d’autres mains lâchées, il n’est plus qu’une simple ligne dessinée sur notre vie, comme une cicatrice nécessaire pour ne permettre de ne jamais complètement oublier.

2 Commentaires à “ Le manque ” »

  1. Etienne Renaudon dit Tienou dit :

    Comment pourrai-je ne pas adhérer profondément à ton propos;
    Il n’est guère que la fin pour élever quelque doutes, je ne me guéris pas de ces manques-là
    :-(

  2. 010446g dit :

    très juste!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : histoire de source

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|