• Accueil
  • > Juillet 2016
  • > Pourquoi tous les livres édités ne sont-ils pas vendus en rayon Fnac ou Cultura ?
( 17 juillet, 2016 )

Pourquoi tous les livres édités ne sont-ils pas vendus en rayon Fnac ou Cultura ?

Question récurrente à laquelle je vais essayer de répondre en espérant ne pas faire d’erreurs. Comme tout auteur, mon rêve serait de voir mon livre dans les Fnacs de France et de Navarre. Je savais que dans une édition alternative comme Edilivre ce serait difficile, que les portes seraient fermées. L’autoédition n’est pas bien vue en France contrairement aux States. Lorsque j’ai signé avec la maison d’édition pour mes Carla et pour Hashimoto, mon amour, j’avais toujours ce même rêve mais mon éditrice s’est heurtée à une autre réalité, les pièges de la production et de la diffusion. Inégalités entre les petites éditions et les grosses maisons qui elles sont de véritables usines avec un capital leur ouvrant de nombreuses portes.
J’ai donc découvert que seules les grosses maisons d’édition avait le pouvoir, car c’en est un, d’investir dans la mise en vente dans les Fnac françaises, pour ne prendre que cet enseigne. Pourquoi ? Question de gros sous. Pour mettre un livre dans tous les rayons, il faut que la Fnac « optionne » ces livres, que l’éditeur commande donc à l’imprimeur une quantité de romans, de l’ordre de mille dirions-nous. Sachant qu’en moyenne le coût d’achat du livre sera de minimum 3€, on voit déjà qu’il faut un capital à investir, capital qui ne sera amorti que lorsque les livres seront vendus sinon le lot ira directement à la poubelle.
Triste réalité que celui du pouvoir de l’argent !
Et je ne parle pas des diffuseurs comme Sobook avec lequel travaille mon éditrice qui demande plus de 55% du prix d’un livre pour diffuser ce livre, en faire sa promotion, sa mise en relation et les démarches d’envois, un résultat bien souvent décevant à en juger le nombre de lecteurs attendent toujours leurs commandes pour les Secrets de Carla et pouf Hashimoto.
La différence avec les grosses maisons comme Grasset, Actes Sud etc ? Elles possèdent le plus souvent leur propre diffuseur voire leur imprimeur, pouvant recycler sans perte les invendus.
L’inégalité du système me choque surtout lorsque je lis certains livres sortant de ces presses, avec une écriture bâclée, un style haché, une histoire insipide. Encore une fois, notre société ne repose que sur du paraître, du facile. Des petites éditions même pleines de bonne volonté ne pourront malheureusement jamais rivaliser avec les grosses devantures et nos livres, même s’ils sont géniaux car ils le sont n’est-ce pas ? :) ne seront jamais distribués dans les grandes distributions sauf un miracle.
Mais moi, je crois aux miracles et à la positive attitude alors pourquoi pas un jour Carla ou Hashimoto dans votre ville ?

 

Désolée s’il reste des coquilles dans mon texte. Pas de correcteur d’orthographe en vacances :)

3 Commentaires à “ Pourquoi tous les livres édités ne sont-ils pas vendus en rayon Fnac ou Cultura ? ” »

  1. Felicia dit :

    Merci ma chérie. Sobook est une catastrophe mais je ne désespère pas d’en changer vite. Tu as très bien expliqué les difficultés rencontrées par une maison qui débute avec peu de titres au catalogue. Mais celui-ci grandit donc bravement je reprends mes démarches et seule la ténacité permet d’y arriver. Repose-toi ! Décroche. Baisers tendres et idem pardon pour les faut res avec mon écran casse

  2. annick Brière dit :

    J’ai écrit deux livres de nouvelles à compte d’auteur. Je me suis très investie pour les vendre mais j’ai très peu perdu d’argent. Est-ce interdit sur facebook de mettre le prix des livres proposés ?

  3. Etienne Renaudon dit Tienou dit :

    tenter parfois le démarchage des revendeurs soi-même, c’est un peu exister quelque part, en France (sur mes stocks personnels avec contrat de dépôt)

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|