( 15 mars, 2017 )

Ces livres qui nous ébranlent

« Il est des livres qu’on ne doit pas oser avant d’avoir quarante ans » écrivait Marguerite Yourcenar. Il faut effectivement avoir acquis une certaine expérience pour plonger avec délice dans ses mots. De « Mémoire d’Hadrien » à « Dernier du rêve », certains mots chantent à nos oreilles. Certains craqueront pour la vision politique ou historique de l’auteure, je suis beaucoup plus sensible à la poésie des mots, à la force qui s’en dégage, à une vérité qui me touche »
Quelques citations ce cette grande dame …

« Le malheur est que, parfois, des souhaits s’accomplissent, afin que se perpétue le supplice de l’espérance. »

« Notre grande erreur est d’essayer d’obtenir de chacun en particulier
les vertus qu’il n’a pas, et de négliger de cultiver celles qu’il possède. » Une phrase extraire de Mémoire d’Hadrien si vraie. Ne cherchons-nous pas souvent à modeler les autres selon nos propres désirs ?

Et je termine sur cette dernière sublime …

« Il ne faut pas pleurer pour ce qui n’est plus, mais être heureux pour ce qui a été »

Nous faisons tous des erreurs, nous dérapons, nous écorchons nos genoux, pleurons même de colère ou de douleur, mais nous vivons. Célébrons cette vie, ces moments qui laissent des traces, qui nous font juste nous dire, j’ai vécu, j’ai existé, je suis.

Pas de commentaires à “ Ces livres qui nous ébranlent ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|