( 29 mars, 2017 )

Vérités, mensonges et Internet.

 

Les réseaux sociaux s’avèrent un outil bien dangereux où à l’image de notre société, des vérités qui ne sont au final que de sordides mensonges s’affichent.

Par manque de temps, j’avoue ne plus me préoccuper d’Internet me contentant d’un clic pour poster sur mon blog, FB ou Linkedln. Dernièrement une connaissance m’a conseillé fortement de regarder si j’étais « googlisée ». Quel grand mot pour une petite bonne femme comme moi. Oh surprise ! J’ai découvert avec horreur une demie douzaine de profils Facebook à mon nom regroupant quelques anciens contacts, dévoilant quelques moments de me vie (car bien sûr aucun respect du paramétrage de confidentialité), même chose sur Linkedln sauf que cette fois, tous ces profils étaient vides.

Je comprends pourquoi à une époque certaines personnes ne furent pas capables de différencier le vrai du faux , un peu comme s’ils se tenaient sur une balançoire, oscillant au grès des échanges falsifiés.

Cinq secondes de discussion par hasard, mais je ne crois guère au hasard, et je n’avais pas regardé sur Google, découvert cette ignominie, réalisé que de nouvelles pièces du puzzle s’assemblaient. Trop tard, puisque j’ai perdu définitivement des personnes précieuses, mais utile pour ma propre compréhension du passé. Je reste admirative, même si je méprise l’acte, face à un tel jeu. Du pur machiavélisme.

En suis-je peinée ? Non, j’ai donné, mais cela me renforce dans l’idée ceux qui m’aiment, ceux qui sont là, ceux qui me suivent chaque jour, savent qui je suis. Je ne me cache pas derrière un masque. Je ne suis pas parfaite, et heureusement, je ne suis pas non plus une sainte, grand bien m’en fasse, mais j’essaie de rester intègre, fidèle à ce que je pense, à ce que je suis, à ce que je crois.

Alors, quel que soit le profil que vous trouverez, ne croyez qu’en celui où je navigue. N’acceptez aucun contact venant d’un homonyme se disant « moi », posant des questions privées ( c’est arrivé dernièrement). Vous avez des questions ? Venez me les poser face à face . Je ne suis pas du genre à m’enfoncer dans un mensonge, car c’est pire que des sables mouvants, et je n’ai aucune envie de m’y enliser sans pouvoir ensuite en sortir.

J’ai fait des erreurs dans ma vie, de mauvais choix parfois, mais je ne retiens que ce qui m’a fait avancer. J’ai aussi aimé, trop, peut-être, mais au final, qui peut dire que l’on a trop aimé ? J’ai choisi le silence, un tort ? J’ai choisi de laisser des portes fermées, un autre tort ?

J’ai dédié mon dernier roman « 5 Secondes » à toutes les routes que j’ai croisées, bonnes ou mauvaises, à tous les actes manqués, autant les miens que ceux des autres, à la possibilité offerte d’une seconde chance, mais je ne rends aucun hommage aux plaisantins qui s’amusent ainsi sur les réseaux sociaux à jouer un acte de ma vie qui n’existe pas (même si en y pensant, cela ferait un excellent livre).

Ne vous laissez pas prendre à ce piège ! Tout se découvre un jour ! Et ne faites pas comme moi, pensez à vous « googliser » régulièrement afin d’éviter ce type de fraudes mesquines.

N’oubliez jamais, il n’y a pas de serrure assez solide pour enfermer le mensonge. 

 

3 Commentaires à “ Vérités, mensonges et Internet. ” »

  1. Jenny dit :

    j’suis choquée que les gens soient aussi machiavélique que ça pour tenter de détruire une personne sur les réseaux sociaux, c’est quand même un truc de ouf ! Tu as raison d’en tirer des leçons et le côté positif pour avancer après tout ça… Les gens sont chelous, vraiment !

  2. Tienou dit :

    Tu le dis, l’important est la probité. C’est par elle que « se joue » notre vraie place. Contre elle on ne peut rien, le mensonge, la médisance s’y heurtent à périr.

  3. Nell dit :

    Aucune surprise ! Tu es belle intelligente tu écris bien tu vends et tu fais bander les mecs alors tu penses bien que la jalousie est la
    Mais reste comme tu es sereine
    Ces poufs se lasseront

Fil RSS des commentaires de cet article.

Répondre à Jenny Annuler la réponse.

|