( 14 mai, 2017 )

Lorsque la douleur fait trop mal

Souffrir n’a pas de sens, souffrir ne devrait jamais arriver, mais notre condition d’humain nous embarque souvent dans des désordres émotionnels qui nous font souffrir. Faut-il pour autant cacher cette brûlure qui est en nous ?  Le faisons-nous parce que nous pensons que c’est une honte d’avoir mal ? Nous préférons alors dessiner sur notre visage un sourire, un peu crispé, mais suffisant pour nous donner bonne contenance. Un mensonge en fait, un masque.

Seulement en choisissant de nous murer, nous gardons la blessure ouverte, cette plaie ouverte que nous ne pouvons pas montrer, que nous devons laisser cacher.

Se libérer de cette douleur nécessite d’oser regarder l’autre en face pour lui avouer notre souffrance, crier cette sensation qui étouffe, mais ainsi se mettre à nue, laissant alors une faille dans notre carapace, un point de vulnérabilité, un peu comme le talon d’Achille. Cela n’enlèvera pas la blessure ni ce qui l’a causé. Cela évitera juste de creuser plus profondément und plaie et d’ouvrir la porte à un véritable labyrinthe de mots.

L’acceptation de ce qui fut, sans tourner en boucle le passé, n’est-il pas le meilleur des remèdes ? Comme je le dis souvent, il faut apprendre à pardonner, juste parce que cela nous enlève une charge parfois trop lourde à porter, ce qui ne veut pas dire pour autant que l’on est prêt à effacer, juste à avancer.

Après la vie reste un choix qui appartient à chacun.

« La force, c’est de pouvoir regarder la douleur en face, lui sourire, et continuer malgré ses coups à se tenir debout. »

 

2 Commentaires à “ Lorsque la douleur fait trop mal ” »

  1. Jenny dit :

    Super bel article !!! Bravo !

  2. Regis77 dit :

    Très belle conclusion.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|