( 20 octobre, 2017 )

La course aux éditions …

Cette course aux maisons d’édition me fait doucement sourire. Que l’on se rassure, j’ai été comme vous, avant. Il est vrai que ces des contrats, j’en ai reçus, j’en ai signés, ce qui me vaut aujourd’hui de publier dans plusieurs ME à compte d’édition, de faire le choix de poursuivre également pour d’autres genres de manuscrits chez Edilivre, et de prochainement tenter KDP juste pour le fun.

Que dire ? Je serai bien ingrate de cracher sur l’édition alternative qui m’a servi de tremplin, tout comme sur les autres éditions, car je vends bien, sachant que je fais peu de salons, et aucune dédicace. J’en ai fait, mais je n’en ai tiré aucune satisfaction, et je n’ai plus envie de faire ce qui m’ennuie. C’est donc un exploit là où beaucoup échouent. Même si j’en suis heureuse, je n’en retire aucun orgueil. Contrairement à beaucoup, j’écris juste parce que c’est une passion, un besoin de poser des mots, de faire passer des messages qui me tiennent à coeur. Je pourrais transmettre mes idées gratuitement, je le ferai, mais dans ce monde cynique, seul le label éditorial donne une apparence de qualité.

Dans les mois qui arrivent, plusieurs publications vont voir le jour. D’abord «  Juste une seconde » , la nouvelle version de « 5 Secondes », encore meilleure, un message auquel je tenais, qui ne devait pas mourir, celui de cette seconde chance à laquelle nous avons tous droit. Puis, une nouvelle aventure d’Antoine Bourgnon, chez Évidences édition, Pourpre, un polar que j’ai adoré écrire. Pour Noël, je l’espère, mon tout petit livre jeunesse illustré par Marie Texier, que je remercie encore, un message d’une importance capitale pour moi sur le harcèlement et la reconnaissance des maladies invisibles. Et je ne parle même pas de 2018 qui verra la version revue de Rouge, toujours chez Évidences édition. Que du bonheur ! Surtout que l’encre n’a pas séché et continue à courir, plusieurs idées de manuscrits, roman, polar, historique, jeunesse … Des mots pour toucher, des mots pour faire pleurer ou rire, des mots pour dire ce que la voix ne dit pas toujours, des mots pour vous, pour toi, pour tous ceux qui ont envie de continuer à mes cotés. 2018 ne pourra qu’être une très bonne année. Je le veux. Il le faut ! Enfin !

1 Commentaire à “ La course aux éditions … ” »

  1. Jenny dit :

    J’adore, c’est remplit de bon sens et d’optimisme… Je suis contente parce que là encore, on sent bien qui tu es… Une personne avec de l’expérience, des conseils, une auteure complètement épanouie, simple, bien dans ses baskets, ses maisons d’édition et bien dans sa plume et j’adooore ça !!!

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|