( 12 mars, 2018 )

Au bout de l’énergie, l’autre

 

Pourquoi cet autre avec son énergie nous pose-t-il souvent problème ?

Parce que cela nous ramène à la fin de notre route ou bien à cette philosophie intimement liée à l’énergie cosmique. Quoique nous pensions, même le plus cartésien ne peut nier que le monde n’est que vibrations. Nous-mêmes, nous ressentons, différemment selon les personnes, ces énergies. Qui ne s’est pas déjà trouvé avec la chair de poule aux côtés d’une personne dont l’énergie était contraire, tout comme qui n’a pas ressenti un jour cette fusion énergétique même sans toucher l’autre, cette évidence, cette complémentarité ?

Des pays ont adopté ce mode de pensées depuis des décennies, tandis que nous en sommes juste aux balbutiements. La religion nous a bien ligotés depuis des siècles.

Et pourtant, nous sommes énergies, nous absorbons parfois l’énergie des autres tout comme les autres absorbent la nôtre. C’est scientifiquement prouvé même si les explications restent floues. Tout comme de nombreuses personnes se ressourcent au soleil ou en forêt. D’où l’importance à l’ère des jeux vidéos de forcer les jeunes à sortir pour s’oxygéner. Un ordinateur ne remplacera jamais le soleil.

Une fois encore, nous n’utilisons pas assez cette source de bien-être. L’autre est là pour canaliser notre énergie positivement tout comme nous sommes là pour équilibrer la sienne.

Notre manière de penser va influer sur notre façon de vivre, sur notre santé.

Nous avons souvent appris au fur et à mesure des années à brider nos émotions. Nous devons donc apprendre à nous déprogrammer, à réapprendre à respirer, autrement, à libérer notre plexus qui est le centre de notre énergie. Au bout de notre énergie il y a l’autre, tout comme au bout de l’autre, il y a nous.

Pas de commentaires à “ Au bout de l’énergie, l’autre ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|