( 29 mars, 2018 )

Enseignement privé, enseignement public.

 

Fréquemment, je lis cette guerre entre public et privé, guerre qui se retrouve tout aussi bien entre secteur professionnel privé et fonctionnaires. Le monde est ainsi, toujours à se quereller, toujours à chercher la fameuse faille chez l’autre. Pourquoi deux secteurs doivent-ils nécessairement s’opposer ?

L’école publique est celle de Jules Ferry, laïque, obligatoire et gratuite. L’école privée est souvent sous contrat, payante, mais les enseignants sont payés par le ministère et doivent suivre le programme.

Alors quelle différence ?

D’abord, les écoles privées ont le choix à dire sur le recrutement des enseignants, ce qui n’est pas le cas dans le public où on embauche aujourd’hui des contractuels sans aucune formation ! Ensuite les parents ont beaucoup plus de pouvoir dans le privé, contrairement au public même si c’est de plus en plus le cas.

J’aime raconter une anecdote d’il y a quelques années lors des attentats de Charlie où une mère, certainement très angoissée, a directement contacté mon inspectrice pour dire que « je faisais voir en live les attentats sur la télévision de ma classe ! »

J’ai eu aussi sec la visite de ma supérieure hiérarchique qui n’a pu que constater que je n’avais pas de télévision dans ma classe. Cette dernière avait été enlevée plusieurs années auparavant … Voilà où la malveillance de certains parents se niche !

Ensuite pourquoi choisir le niveau ? J’ai envie de dire qu’un bon élève réussira n’importe où mais si tant de parents s’orientent vers le privé, c’est intimement lié à une réalité, dans les écoles difficiles, l’enseignant passe un tiers de son temps à régler les problèmes, à gérer l’éducation (et non l’instruction des enfants), éducation qui est le rôle des parents. Même si j’enseigne dans le public, je ne critique pas ces parents, inquiets de la réussite de leur enfant, qui vont opter pour un collège privé où la discipline est de mise, où les sanctions sont autorisées.

Dernièrement, lors d’une sortie, un de mes élèves m’a pris de haut devant des animateurs, jugeant que je m’étais trompée lors d’une leçon, stipulant que «  les vaisseaux sanguins mis bout à bout représentaient environ 100 000 km ». Avec beaucoup d’arrogance, cet élève a soutenu que je me trompais jusqu’à ce que je vérifie sur Internet pour confirmer mon affirmation. Une accompagnatrice était outrée de l’insolence de cet enfant, quant à moi, je n’en étais même pas surprise. Ce genre d’irrespect est de nos jours notre lieu quotidien, enfant soutenu par des parents, enfant roi, enfant déjà à cet âge malveillant. Une école privée sanctionne, une école publique a pour seule consigne « surtout pas de vagues ».

Alors stop à la guerre publique, privée. Partout il y a des enseignants qui font de leur mieux, et malheureusement l’échec scolaire, c’est mon avis, est principalement lié à l’éducation des parents et non à un choix d’établissement.

Pas de commentaires à “ Enseignement privé, enseignement public. ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|