( 22 avril, 2018 )

La vie est un vaudeville.

 

Trop de personnes pensent que les vaudevilles n’existent que dans les romans ou dans les films, seulement il n’en est rien. Si vous avez le malheur de vous retrouver à la croisée de certaines routes, de personnalités parfois un peu exubérantes ou simplement de croiser les mauvais chemins, vous aurez l’impression d’être tombés dans une série B. Que ce soit la narcissique prête à tout pour garder le pouvoir, l’ex femme d’un ami qui s’évertue à tenter des infiltrations par pur esprit de vengeance, la nouvelle qui elle est liquéfiée de jalousie et va retourner son petit mari comme une crêpes, le copain toujours prêt à foutre en l’air un repas lors d’un mariage, cet autre à la main si vive qu’elle se glisse sous les jupes des petites filles, le collègue un peu dérangé qui se prend pour votre sauveur ou cet autre qui va déblatérer vos moindres faits et gestes, votre voisin de jardin qui va systématiquement tenter de bousiller vos rosiers … vous êtes si nombreux à me rapporter ces histoires que je pourrais en écrire un livre. Naïvement, je n’arrive pas à comprendre ce besoin de colporter des ragots.

Je me souviens encore lors d’un retour de classe transplantée il y a presque vingt ans, une collègue s’était amusée lors de mon absence à distiller son venin sur ce séjour, difficile car deux animateurs avaient pris le large devant l’indiscipline, déjà à l’époque, de ces élèves. Plus tard, j’ai appris que cette fille avait été mise sous Prozac, car très instable, mais en attendant, ce n’est jamais agréable lorsque l’on revient fatiguée de subir ces médisances. J’étais jeune, j’ai connu mille fois pire depuis, et même si je serre les dents, je ne m’y ferai jamais.

Pourquoi les gens ont-ils ce besoin de déformer la vérité ? De changer ce qui est ? D’inventer une vie aux autres ou de s’en mêler ? Peut-être ai-je une attitude pathologique à rester à l’écart de ces digressions ? Honnêtement je m’en fiche de qui couche avec qui, de ce qu’a dit Albert sur Yvonne ou même sur moi. Comme je l’ai déjà écrit, je vis dans mon petit monde, ma petite bulle où ne rentre que ceux que j’aime. C’est peut-être du pur égoïsme, je l’assume totalement, mais je ne me sens pas coupable de vivre ainsi. Ma porte est entre-ouverte, il suffit de toquer, et si vous venez avec de bonnes intentions, vous pourrez vous assoir et rester … mais surtout pas pour parler «  des autres », juste d’idées, de la vie …

1 Commentaire à “ La vie est un vaudeville. ” »

  1. Isabella dit :

    Excellent bien dit bravossimo

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|