( 23 avril, 2018 )

Trente ans … presque hier …

 

Les dates, ces fichues dates, on a beau dire, c’est comme si soudain le temps s’arrêtait, comme si le film de notre vie passait au ralenti, comme s’il s’était figé sur ton sourire, sur ton regard pétillant de vie. Trente ans, c’est court et long à la fois. Je ne serai certainement plus là dans trente ans, je l’espère, tout comme te revoir, juste un instant, toi dont l’énergie me maintient en vie. Que pourrais-je te dire aujourd’hui si ce n’est que ton souvenir s’estompe bien malgré moi, la douleur aussi. C’est une bonne chose, la vie. D’autres rires ont remplacé les tiens, d’autres colères, car tu n’étais pas un ange, d’autres enfants, même des petits-enfants.

Souvent je t’imagine lors de nos grands repas familiaux, que serais-tu ? Quelle profession aurais-tu pris ? Aurais-tu, toi aussi réussi vie ?  Cette vie que tu n’as pas vécue. Parfois, je suis en colère contre ces personnes qui ont propagé des rumeurs en se servant de ta disparition, des années après, pour m’atteindre. C’est tellement facile de faire tomber ainsi une mère qui a perdu son enfant. La flèche idéale qui fait mouche à chaque fois. Mais ce qu’ils ne savaient pas, c’est que je tenais ta petite main dans l’ombre, elle ne me lâchait pas. Pour toi, je me suis relevée. Brisée, détruite, j’ai continué d’avancer, j’ai bâti de nouveaux rêves, tu as guidé ma plume, tu protèges ma famille, tu seras là jusqu’à mon dernier souffle. Peu importe ce qui pourrait m’arriver. Pour toi, je ne les ai pas imités, je ne suis ni tomber dans la médisance ni dans la délation. Je suis restée celle qui t’a mise au monde, qui a applaudi tes premiers pas, qui a versé en cachette des larmes lorsque tes bouclettes sont tombées, qui n’a rien dit lorsque les chimios te faisaient saigner par tous les orifices, je suis et je resterai celle qui fusionnait dans ton énergie pour apaiser ta douleur, je suis et je resterai à jamais ta maman même si tu as lâché ton corps il y a aujourd’hui trente ans.

Je t’aime mon Totophe …

À Christophe

5 Mars 1985-23 Avril 1988

 

3FB12E0B-3606-4F98-B69D-6F01A8D11988

1 Commentaire à “ Trente ans … presque hier … ” »

  1. Muriel Denizard dit :

    Un joli témoignage

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|