• Accueil
  • > Juin 2018
  • > Pourquoi tant d’auteurs se tournent vers l’autoédition ?
( 15 juin, 2018 )

Pourquoi tant d’auteurs se tournent vers l’autoédition ?

Avant vendre était synonyme essentiellement de grosses éditions, ces noms écrits en lettres d’or sur un roman, garantis de qualité. Seulement, notre société de pouvoir et d’argent a changé la donne. Aujourd’hui, tout le monde écrit s’il en a envie, et tout le monde peut-être publié, par contre tout le monde ne peut vendre, et c’est là que naissent les premiers problèmes. Choisir une grosse maison d’édition est souvent un parcours du combattant, simplement parce que comme dans tous les domaines de notre société, on se heurte au piston, aux recommandations, aux relations, et le pauvre petit auteur novice n’a quasi aucune chance de publier son livre parce qu’il sera systématiquement mis en bas de la pile. C’est de bonne guerre ! Cinq cents romans reçus, cinq choisis, comment faire ?

Seulement un auteur n’a qu’une envie être lu, cela devient son oxygène, son but. Il va donc se tourner vers des petites éditions souvent plus humaines, mais beaucoup plus limitées aussi côté communication. Bien rare, une petite édition qui verra son livre récompensé par un grand prix littéraire, non à cause de la qualité, mais simplement parce que c’est le jeu des chaises tournantes où chaque année on remercie « un pote ». On s’étonne que certains romans laissent au final aussi dubitatifs !

Ensuite, l’édition est un vrai coup de poker. Certaines maisons font miroiter le paradis, d’autres à l’inverse, toutes petites, vont faire un buzz. Un jeune auteur se verra accepter par de nombreuses éditions à compte d’auteurs, parce que ces entreprises savent qu’un jeune auteur est un bon filon, prêt à mettre la main au porte-monnaie pour tenir son premier livre dans les mains, mais à côté de cela, les ventes ne poussent pas toujours comme des champignons, et les auteurs se sentent bafoués. Ainsi, ils vont inexorablement se tourner ensuite vers l’auto édition. Là, zéro intermédiaire, pur bénéfice. Seulement, il faut du temps pour s’autoéditer, avoir des compétences informatiques pour parfaire son roman, avoir envie de le promouvoir, savoir le faire aussi.

Dernièrement, je lisais que 38% des jeunes auteurs n’écrivaient qu’un seul livre, découragés, 30% des restants n’y croyaient plus. Publier son premier livre reste un échec pour une majorité des petits auteurs. Je trouve cela terriblement triste, et surtout je me dis que j’ai eu une chance terrible de vendre autant mon premier livre, et les suivants, et surtout d’être lue. Je ne connais donc ni le découragement de ces auteurs ni la peur d’échouer, mais peut-être est-ce simplement parce qu’au fond, je n’attends rien des autres … et qu’écrire reste pour moi une passion, juste une passion.

En tous les cas, il n’y a plus à notre époque de mauvais systèmes éditoriaux, juste des éditeurs un peu plus pourris que d’autres dont il faut se méfier.

35F52F54-248F-4AF8-8DC3-BC7FC03B3BBD

Pas de commentaires à “ Pourquoi tant d’auteurs se tournent vers l’autoédition ? ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|