( 11 juillet, 2018 )

La solitude des malades de la thyroïde.

Personne n’est égaux face à ces maladies thyroïdiennes qui dévorent nos vies. Chaque jour de nouveaux cas, l’un en hyperthyroïdie, l’autre en hypo, une autre avec des nodules. Aujourd’hui, il faut cesser de ne plus se sentir concerné, nous sommes tous avec une épée de Damoclès au dessus de notre tête, tous nos enfants, tous nos amis. Anodines diront certains, ceux qui « n’en sont pas », car une fois que l’on a mis un pied, on change vite d’avis.

Bien sûr, comme pour tout, chacun est différent, et certains malades ne ressentent aucun symptôme, heureux chanceux ! Malheureusement, la grande majorité subissent les aléas liés aux changements de traitement, de temps, voire de vie.

Parler d’une maladie thyroïdienne est souvent prise de haut par les médecins, les relations, les autres. « Ce n’est pas un cancer, alors ne te plains pas! » , « tu en fais des histoires pour juste une affaire d’hormones »

Seulement les hormones thyroïdiennes ne sont que le haut de l’iceberg, dessous il y a une vie qui va changer, qui va transformer la personne. Le corps ne fonctionne plus comme avant, les relations familiales ou amicales vont s’en ressentir. Comment vivre en voyant son corps se déformer par des prises de poids parfois dramatiques pour certaines, comment travailler sereinement avec une mémoire qui vacille ?

Ça, ce sont des faits tout comme l’humeur qui est mouvante, le sommeil, la fatigue qui se dérèglent aussi. Et je ne parle pas des angoisses, des craintes que ces maladies multiplient par dix, des problèmes cardiaques, de tension fortement liés etc

Seulement parler ouvertement de la maladie, il faut le pouvoir. Ce n’est pas simple surtout lorsque l’on subit des rejets du corps médical ou des proches, alors on s’enferme dans une solitude qui n’arrange pas nos symptômes.

Ai-je encore besoin de le rappeler, la thyroïde est le centre de nos émotions, la clé. Peu importe la cause de son dysfonctionnement, que ce soit l’environnement, Tchernobyl, des grossesses, des chocs psychologiques, le résultat sera toujours le même ! On se retrouve avec une maladie bien pourrie dont on voudrait se débarrasser, mais si on a en plus la poisse d’avoir coché la case « auto-immune », c’est raté, on aura cette maladie à vie.

Mauvaise nouvelle donc, c’est irréversible pour Hashimoto, bonne nouvelle, on finit adapter notre vie. C’est long, il y a des rechutes, mais on vit autrement, différemment.

Je suis convaincue, d’où ce combat, que l’on vivrait mieux, plus vite, si cette maladie était reconnue, si on cessait de dénigrer les maladies invisibles, si on se battait tous ensemble. Apprendre à ne pas juger, à ne pas dire « moi, je vais bien avec une hypo ou une TSH à tant. » Toi, ce n’est pas elle ni lui.

Apprenons la bienveillance !

 

https://www.evidence-boutique.com/samsara/maladies-thyroidiennes-devoreuses-de-vie

 

 

6 Commentaires à “ La solitude des malades de la thyroïde. ” »

  1. MYRIAM CHIHA dit :

    Je me retrouve tellement dans votre texte,
    Merci a vous!

  2. Buleux dit :

    Moi aussi je m’y retrouve tellement !!
    Mais comment faire prendre conscience à notre entourage et surtout au corps médical que nous allons si mal et que se n’est pas qu’un simple petit problème d’hormones !!!

  3. Lefevre Olindina dit :

    Il faudait que toutes ces personnes qui se sont permis de changer ou laisser changer se médicament comprennent ce que nous subissons

  4. diard patricia dit :

    tellement vrai,hashimoto m’a pourri la vie …..plus tout le reste….insomnies,dépression,douleurs neurologiques impossible a régler mème avec des antalgiques,,,,,crampes,fatigue extréme……vie changée ou plutot survie…..je suis a bout….mais le soutien de l’asso et de sylvie ça fait du bien….et j’attends mon bouquin avec impatience…amitiés a tous et toutes.

  5. Marie claude Ribaut dit :

    J’ai acheté votre livre sur Amazon et je suis admirative pour ce travail de recherche, pour tout ce que avez dit. Je regrette d’avoir pris le Kindle car c’est un ouvrage à lire et relire.
    Dire que je m’y reconnais.
    Malheureusement, oui.
    Dire que cette indifférence je la vis Oui
    Dire que j’ai subi cette cochonnerie de NF du levo , oui et je n’en suis pas encore soetie.
    Au delà de moi, il y a VOUS et je suis admirative. Ils vous ont faut du mal, et vous êtes là pour nous au lieu de faire comme tous ces gens qui ne parlent que d’eux.
    Merci merci de mettre un tel talent car vous écrivez drôlement bien à notre service à tous
    J’ai lu des livres sur la thyroïde c’était pédant ou mal écrit. Le votre devrait se trouver dans tous les services d’encrinologie ou de santé. Bravo !

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|