( 25 août, 2018 )

cette violence que l’on cautionne

Je suis fatiguée de cette violence gratuite que tout le monde cautionne. Une personne que je connais s’est fait défoncer dans un bar, et lors de sa plainte, on lui a juste dit « Il va falloir vous habituer à la violence ! Elle est partout. » Et bien non, je refuse moi de m’habituer à la violence, à la haine, à cette facilité que les gens ont de vouloir faire du mal aux autres. J’en ai assez que l’on minimise les actes de malveillance comme s’ils étaient une normalité dans notre société.

La violence envers autrui n’est pas normale, pourtant on passe notre temps à fermer les yeux jusqu’à culpabiliser la victime.

Je me souviens d’une époque, pas très longtemps au final, où une personne m’a interpellée plusieurs fois, prodiguant des menaces verbales violentes. Il y avait du monde, voisins ou amies, et pourtant, cela n’a rien enlevé à ma peur. D’autres personnes sont même allées jusqu’à oser affirmer que j’étais folle ! Folle parce que j’avais peur de traverser une rue et de croiser cet homme dans sa voiture blanche, peur de croiser par hasard « l’autre » que l’on m’intimait d’éviter, peur tout simplement. Je n’ai pas été non plus prise au sérieux au commissariat, où une bien gentille policière m’avait fait comprendre que sans coups, sans viol, ce type de violence n’avait aucun intérêt pour la justice, car il y en avait tant.

J’ai mis des années à me reconstruire, car cette peur ayant déclenché chez « les autres » un autre regard, une suspicion, je me suis retrouvée avec une étiquette sur le front « parano », « peureuse » voire « dingue », prise bien malgré moi, dans un vrai tourbillon. J’en suis sortie, mais avec un sacré travail personnel. Tout le monde n’a pas ma chance.

Trop souvent, nous nous trouvons face à cette violence, et elle est si forte que nous disparaissons face à elle. C’est elle qui prend le pouvoir.

J’en ai assez de cautionner cette violence. Des enfants mettent le feu à une école ou une voiture, c’est normal, ils ont une vie dure. Des couples s’entredéchirent n’hésitant pas à prendre un tiers comme bouc émissaire, c’est normal, vivre à deux, c’est compliqué. Les gens s’insultent sans cesse, se traitent de noms d’oiseaux, c’est normal, c’est à la mode. Et la liste est longue. Et bien non ! Ce n’est pas normam ! La violence n’est pas normale.

Je refuse de cautionner la violence ! Alors place à la bienveillance.

2 Commentaires à “ cette violence que l’on cautionne ” »

  1. Renaudon Isabelle dit :

    N’importe quelle violence est à bannir.
    Morale, physique, verbal, …
    Assez en effet !
    N’a t-on pas perdu l’écoute tout simplement car entendre n’est plus suffisant.
    Un texte fort, Merci Sylvie

  2. Tienou dit :

    Non ! Ce n’est pas normal.
    Ce qui est normal, c’est le calme et une attention très naturelle portée à l’autre, juste afin de pouvoir prévoir ce qui peut être, quand c’est possible.
    Ce qui est normal, c’est de considérer ce qui nous environne, non forcément comme bienveillant, mais au moins comme non agressif, juste armé de préventions…
    Et ce qui, non plus, n’est pas normal, c’est l’indifférence que manifeste autrui, quand bien ce serait par peur d’une « contagion » (mais laquelle, grand Dieu?).
    Nous sommes destinés à vivre plus ou moins proches les uns des autres, à chacun de faire que cela se passe le plus tranquillement possible, et le plus loyalement!

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|