( 11 novembre, 2018 )

Savoir fixer des limites.

 

Trop souvent, nous ne sommes, pour les autres, que l’épaule sur laquelle pleurer, celle qui écoute, celle qui ne se plaint pas, mais au final, nous nous épuisons à tant donner.

Vouloir le bonheur des autres, c’est bien. Triste réalité que ceux qui préfèrent faire du mal pour se sentir exister, mais à côté de cela, il me semble bien plus important de savoir se fixer des limites. On ne peut aimer tout le monde. On ne peut être aimés de tous. Et pourtant, avec la régulière d’un métronome, il nous arrive d’avoir des contacts « juste intéressés ».

Vous savez, ce sont ces personnes qui vous racontent leur vie, qui vous demandent conseils sans même écouter votre réponse, celles qui vont vouloir à tout prix prendre un verre avec vous juste pour parler d’elles, de leurs malheurs, de leurs pensées bien négatives. Cela m’est arrivé récemment, une « pompeuse d’énergie » comme j’aime à les appeler, une personne qui jamais ne va me demander ce que je fais, comment je vais, et si j’ose (sacrilège ) détourner la conversation ( le monologue devrais-je dire) en plaçant que je suis fatiguée parce que …, je me retrouve coupée avant la fin de ma phrase.

J’ai beaucoup de mal à dire stop et à refuser l’aide que l’on me demande, mais comme me l’a expliqué une thérapeute, il faut fixer des limites aux autres. Peut-être va-t-on perdre plusieurs amis, mais au final, ce ne sont certainement pas des amis, juste des personnes que mon écoute intéresse et non moi. Accepter de perdurer une telle situation, c’est au final se mettre dans une situation confortable où on s’imagine que l’autre a besoin de nous et nous aime, ce qui n’est au final qu’une illusion. Si nous ne l’écoutons pas, il se tournera vers une autre personne, celle qui voudra écouter son mur des lamentations. Nous sommes pour ces gens interchangeables.

Pour être en accord avec soi, il est donc important d’imposer des limites à toute relation et ainsi nous saurons que les vrais amis seront ceux qui sont toujours là à discuter avec nous, de tout de rien, de vie positivement, même si la vie, la santé nous impose une pause.

 

609D6C3B-188C-4DAE-9FD6-4D02BE2A1151

1 Commentaire à “ Savoir fixer des limites. ” »

  1. Renaudon Isabelle dit :

    Belle analyse sur les relations !
    Être une éponge ne rend pas service toutefois ton écrit, ton ressenti, est pertinent.
    Si nous parlons de soi à ne pas être écouter et surtout sans échanges il me semble que la vie dérange les personnes face à nous donc elles mettent tout le temps au centre de la conversation leur quotidien encore et encore…

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|