( 4 décembre, 2018 )

Les encriers de porcelaine

Il faut bien l’avouer, nous avons tous, un peu comme des chaussons au pied, des lectures confortables, des genres dont on ne sort que rarement, simplement parce que nos heures de lecture sont comptées et qu’ainsi, nous choisissons ce que nous affectionnons le plus en priorité.

Pour moi, ce sont les polars et les thrillers comme tout le monde le sait. J’ai débuté à l’âge de dix ans avec la sériedes « Alice », des « Fontomette », « Le club des cinq » et bien d’autres. Déjà à cette époque, je dévorais les livres, préférant rester parfois sur mon lit plutôt que de sortir.

Près d’un demi-siècle plus tard, je n’ai pas changé. Même l’intrusion dans nos vies d’Internet ou des réseaux sociaux n’ont pas effacé cette passion. Dans ma vie, j’ai lu de tout, mais en particulier des polars.

Alors, récemment, je me suis lancée le défi de lire un ouvrage de chaque genre littéraire ! Pas facile alors que ma PAL est rempli de dizaines de thrillers non lus.

J’ai commencé par un petit roman « les encriers de porcelaine » de  Jean Paul Malaval, genre roman historique, l’histoire d’une jeune institutrice dans les années 1935, et j’ai aimé cette immersion dans une autre époque. Cela m’a rappelé les livres de Claude Michelet lu il y a de nombreuses années. Un livre à lire traitant de façon agréable la campagne, la politique de l’époque.

 

Un bon début pour être sortie de ma zone de confort. Second choix, un livre coquin publié dans la collection indécence d’Evidence édition « Sexy Market », là encore, un genre que je ne lis jamais, je teste donc …

76985EF7-E48C-4F63-84A3-0D1A8346CBA6

 

Pas de commentaires à “ Les encriers de porcelaine ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|