( 5 décembre, 2018 )

Le découragement

Trop souvent nous proférons des phrases vite dites, sans avoir conscience qu’elles peuvent avoir un impact négatif sur les autres. J’essaie d’y faire attention, et pourtant je sais que cela peut m’arriver. Le découragement est quelque chose que je lis souvent dans les yeux de mes élèves lorsqu’au bout de quelques essais, ils n’arrivent pas à résoudre un exercice. Rien n’est pire que ce sentiment d’échec. Plus ils vont essayer, moins ils vont comprendre, car « leur cerveau » s’est déjà conditionné à ne pas réussir. Dans ce cas, j’arrête net la séquence, et je passe à une autre, pour revenir plus tard, autrement.

Les adultes fonctionnent à l’identique. Face à une difficulté, ils vont tourner en rond, ruminer tous les échecs possibles pour au final se décourager et renoncer.

Il est important de changer sa façon d’appréhender les événements. Ce n’est pas simple, je vous l’accorde. Je suis la première à « péter un câble » lorsque je n’arrive pas à faire un fichier ou une manipulation digne d’un débutant en informatique ! J’ai même cassé un clavier ainsi à une époque où continuellement piratée, je tentais de retrouver des traces de fichiers. Il fallait « soit disant » taper sur plusieurs touches à la fois, et ce fut la Bérézina ! J’ai fini en larmes, sans clavier et sans fichier !

Et puis, j’ai appris que se décourager n’était qu’un mode de pensées que l’on pouvait inverser, reconditionner. Cela ne s’est pas fait en un jour, mais j’ai réappris à voir autrement, à demander de l’aide ( chose que j’avais stoppée à cette époque ayant subi des trahisons d’amitié), j’ai réappris à faire confiance. Maintenant, si je sens le découragement se pointer, je l’arrête net ! Je me dis que c’est juste quelque chose qui n’est pas fait pour moi tout simplement, que je ne m’y suis pas pris de la bonne façon, que ce n’était pas vraiment utile.

Pour exemple, je n’ai jamais réussi à mettre mon roman Kindle autoédité en version papier. Au lieu de me décourager, je me suis simplement dit que cela permettrait à une maison d’édition, un jour, de le remarquer. Ce serait dommage qu’il reste dans une liseuse exclusivement, non ?

Vaincre le découragement, c’est s’autoriser à changer le chemin pris au départ, c’est ne pas avoir peur de ne pas savoir, c’est surtout s’offrir d’autres portes de sortie, car une sortie unique n’existe pas.

 

4AE6916D-8C7C-43F7-BDD3-95B5AAE9E553

Pas de commentaires à “ Le découragement ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|