( 25 janvier, 2019 )

Souvenirs, souvenirs …

Parce qu’un jour …

À deux mois du salon de Paris, toujours la même question : « raconte ton premier salon de Paris. ». Tout d’abord, je n’avais que dix ans et déjà j’arpentais les allées de ce salon avec ma grand-mère pour dénicher les nouveautés de la bibliothèque rose ou verte. C’est devenu pour moi un salon « mythique » où je prenais rendez-vous chaque année pour remplir mon sac de nouveautés. Penser qu’un jour, je dédicacerai à mon tour ne m’avait jamais effleuré l’esprit ! Et puis, je ne suis pas une grande fan des mouvements de foule, et l’idée de m’installer à une table pour attendre le client me semblait une perte de temps.

Et puis, il y a eu ce premier salon où je signais dans deux éditions différentes. Un de mes polars de l’époque ( je n’en ai vendu qu’un seul) et la sortie en avant-première de Carla, ma première romance. Ce roman reste très symbolique pour moi puisqu’il inaugurait la lancée d’une petite maison d’édition et tous les espoirs qui y étaient liés.

Une aventure inoubliable à bien des égards. L’éditrice avait réussi à me caler une demie-heure de dédicace au milieu de « grands auteurs ». C’était purement magique. J’ai vendu plus de trente romans en trente minutes ce qui faisait grincer des dents les auteurs auxquels « je prenais des ventes ». Bienvenue dans la cocotte de l’édition et sa réalité où tous les coups sont permis. Malgré des mots parfois grinçants, une interdiction à certains lecteurs venus pourtant de loin de s’approcher, cette courte séance fut prodigieuse. Je me souviens de Pierre C, l’attaché de presse, aujourd’hui décédé, qui tentait de faire le buzz pour l’auteure que j’étais, parfaitement inconnue.

Comme on dit, il y a eu d’autres salons de Paris depuis, des journées entières de dédicaces, mais aucune n’a eu la saveur de ces souvenirs. Comme quoi, les premières fois restent souvent ineffaçables. Avec Maladies Thyroïdiennes cette année, je pense revivre la même chose …

Cette année ce sera mon cinquième salon du livre de Paris, et mon plus grand bonheur est de savoir que Maladies Thyroïdiennes sera à l’honneur, simplement parce que même si je suis plutôt « une sauvage », et que je préfère l’ombre à la lumière, pouvoir rencontrer des lectrices à qui le livre a fait du bien, c’est certainement mon plus beau cadeau !

Et une fois encore, pour rebondir sur les propos d’une personne malveillante sur FB, malheureusement, je ne touche pas des millions ni même des milliers d’euros ! Mais peu importe ! Le bonheur des autres est mon plus beau cadeau !

 

C38D5557-B58D-43D8-8FE0-BEC29D317333

 

 

1 Commentaire à “ Souvenirs, souvenirs … ” »

  1. Elisabeth LEROY dit :

    Contente que tu y participes ! bonnes dédicaces et bon week end ! bises.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Répondre à Elisabeth LEROY Annuler la réponse.

|