( 12 juillet, 2019 )

Ces enseignants, nos héros.

 

Une fois la clé tournée, les souvenirs me reviennent en masse avant d’aller se ranger définitivement dans différents tiroirs. Je repense à toutes ces années, à tous ces enfants que ma route a croisés, à tous ces projets que j’ai menés à terme. Ces petites frimousses hilares dont j’ai oublié le nom, ces sorties dont le souvenir s’est estompé, ces intervenants qui m’ont serré les mains. Des prénoms clignotent, ceux des diablotins qui m’ont souvent poussé à bout, qui ont perturbé notre année, mais qui au fond n’ont été que des enfants. Une vie de prof bien remplie.

Alors quand je lis ces derniers jours des commentaires acides sur les enseignants, sur leur comportement, pestant sur ce métier tellement privilégié, j’ai envie de riposter une dernière fois afin de leur dire que la vie de prof n’est pas un long fleuve tranquille. Passer six heures avec trente gamins, cela veut six heures derrière une caisse au supermarché ( et croyez-moi, j’ai testé les deux).

Être enseignant, c’est supporter des décibels au-delà de ce que le commun des mortels peut imaginer, c’est perdre sa voix les semaines de rentrée à force de trop parler, c’est avoir les yeux partout pour garder les élèves en sécurité, c’est ce stress qui prend à la gorge quand la fatigue s’invite. Être enseignant, c’est anticiper, tout le temps. C’est aussi affronter la débilité de certains adultes, pires que les enfants, prêts à nous pointer un pistolet sur la tempe simplement pour satisfaire leurs convictions. Être enseignant, c’est accepter la hiérarchie, le mot d’ordre « #pas de vague » même si cela nous bousille la vie, c’est courber le dos sans un mot parce que parler nous est interdit.

Alors non, la vie de prof n’est pas celle d’une personne effondrée sur son canapé, car ce sont des heures debout sans parfois avoir le temps d’aller faire pipi à la récréation. Et quand je lis que les enseignants sont des nantis car ils peuvent « jouer » à Internet toute la journée, j’ai envie d’éclater de rire. Non, je n’ai pas eu Internet durant vingt-sept ans dans mes classes, jamais, même la 3G sur les téléphones ne passaient pas. Et ceux qui disent cela n’ont jamais mis un pied dans une salle de classe où l’attention est constante.

La vie d’enseignant est celle d’un héros, car quoiqu’en disent les langues de vipère, enseigner, c’est planter des graines qui un jour finiront en magnifiques fleurs !

Enseigner restera toujours dans mon coeur le plus beau métier du monde, et je me montrerai toujours aux côtés de ceux qui doivent affronter les critiques et le négativisme.

 

A5225366-FF2D-4EF3-8264-F858F5A26619

Pas de commentaires à “ Ces enseignants, nos héros. ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|