( 19 juillet, 2019 )

Les blessures de l’âme

 

Rien n’est pire que ces blessures de l’âme qui continuent de saigner malgré une bonne couche de pommade. Il y a des blessures qui ne s’effacent jamais. C’est une réalité. Il faut cesser de faire la politique de l’autruche et se mentir à soi-même. Est-ce pourtant une raison pour ne pas avancer ? J’ai beaucoup de mal à comprendre ces personnes qui restent figées à un moment précis de leur vie, que ce soit un deuil, un chagrin, une séparation, qui la ressassent sans cesse, qui vont même jusqu’à transformer leur histoire pour qu’elle fasse moins mal. Je ne parle même pas de ces autres qui pour ne pas être de nouveau blessés vont frapper avant même qu’un événement ne se soit produit, armure invisible, indestructible, dont l’issue finale est de raviver cette douleur.

Nul n’échappe aux blessures de l’âme peut-être simplement parce que l’orgueil est là pour titiller un peu, parce que tout simplement on n’est pas maso et on n’aime pas avoir mal.

Seulement la vie ne peut pas être douce sans un bon coup de balais, et même si se vautrer inconsciemment dans ces blessures est quelque part sécurisant, il faut ramasser bien vite ces poussières et tout mettre dans la première poubelle. Car même si les blessures de l’âme ne s’oublient pas, et bien comme tout ce que l’on peut avoir vécu, un voile déformant va s’intercaler entre nos souvenirs et la réalité du passé. À nous de dessine, des images qui vont nous apaiser pour éviter de laisser ces plaies encore longtemps saigner.

 

67AC2031-7EBF-47D7-82EC-02ECBEE49038

Pas de commentaires à “ Les blessures de l’âme ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|