( 30 juillet, 2019 )

La profusion des drones et autres.

 

On ne cesse de parler de la liberté individuelle et pourtant, on ne cesse de voir se multiplier les drones ou les objets connectés que tout le monde peut s’offrir pour un prix dérisoire sur Internet ( voire sur le grand distributeur Amazon). Certes, je suis d’une autre époque et réfractaire aux nouvelles technologies ( ayant fait les frais des limites de sécurité des systèmes informatiques )mais je m’inquiète vraiment de ce monde qui se profile où tout sera totalement connecté. Pour ne citer que les Smartphone qui sont de nos jours tous géolocalisables ( une bonne chose si on n’a rien à cacher), plus ennuyeuses les applications qui mettent en route la lumière, les robots ménagers voire gérer comme aux États-Unis des appareils cardiaques comme les Pacemakers. L’homme va-t-il devenir dépendant de la machine ?

Et ces appareils comme Google Home qui parle aux personnes dans un appartement, où se trouve la limite du privé ? Combien de conversations sont-elles ainsi enregistrées à l’insu des personnes ? Quant aux drones avec caméra, on a beau dire, il n’est jamais agréable sur la plage de voir un de ces appareils survoler notre graisse ! (Si si j’en ai croisés cet été) Combien de clichés pris sur le vif sont ainsi chaque jour décimés sur des réseaux comme Instagram. Sans devenir parano, je pense que ce culte du « moi » que certains vénèrent est dangereux. Prenons les webcams, inoffensives en apparence, sauf que nul ne sait ce que la personne derrière l’écran va faire des clichés capturés. Combien de messieurs pensant passer un bon moment coquin retrouvent leur « joujou » en gros plan diffusé sur Internet voire envoyé à des contacts ?

Internet est un merveilleux outil de recherche et une terrible arme pour qui veut s’en servir négativement. Pour une fois, je n’ai aucun conseil à donner étant dépassée par ces technologies, par l’usage malveillant de certains, et par surtout l’impossibilité de s’en protéger. Que ce soit dans la vie privée ou en tant qu’auteure, je suis réfractaire à ce modernisme, essayant de protéger le mieux possible mes données tout en sachant que ce ne sera jamais suffisant. Doit-on pour autant vivre en ermite et renoncer à partager certaines données ? En qualité de petite plume, si j’optais pour ce choix, je devrais cesser de publier des livres car personne ne me lirait. J’ai donc simplement choisi d’éviter drones et objets connectés, et surtout de passer le moins de temps possible en continue sur Internet. D’autres options ?

 

D0D71411-C16D-4F5C-8950-884FB6989DD5

1 Commentaire à “ La profusion des drones et autres. ” »

  1. Tienou dit :

    La loi interdit le survol des propriétés, des individus et des sites protégés par des engins d’observation (et en enregistrant) de toute sorte!
    Il est important il me semble de le rappeler.
    un recours est toujours possible mais c’est vrai que c’est un sacré imbroglio :-/

Fil RSS des commentaires de cet article.

Répondre à Tienou Annuler la réponse.

|