( 16 août, 2019 )

Difficile l’idée de la retraite ?

Vous êtes nombreux à me poser cette question : comment est-ce que je vis mon départ ( un peu forcé pour raisons de santé) en retraite anticipée ? Partir en retraite m’a demandé une adaptation, car ce n’est pas si facile de se faire à la simple idée que l’on va passer de la vie active à une autre vie. Du jour au lendemain, sans en avoir vraiment conscience, on se retrouve cataloguée dans la case sénior avec violence. J’ai eu un an pour l’accepter et je suis passée par des moments de gros doutes.

Cette perspective en plus s’est trouvée en symbiose avec la fin de vie de ma maman, et là, j’ai pris peur. J’ai mélangé durant  quelques semaines  « vieillesse et retraite.  Heureusement, j’ai été très épaulée une fois encore et j’ai rebondi ! N’ayant pas l’âge officiel de la retraite, j’ai découvert que je ne pouvais  pas être classée dans les séniors avant plusieurs années, et j’ai poussé un grand ouf ! :)

N’en déplaise à certains, je ne suis pas  bonne à jeter ! :) :) :) J’ai encore, si la vie m’y autorise, quelques belles années. Bon, c’est vrai qu’ensuite j’ai un peu pesté contre cette injustice : Pas question pour moi de réductions de train ou de tickets de bus ni de billets de cinéma, mais oui, sans cette case «sénior » collée à mes basques, le mot retraite passe beaucoup mieux !

J’ai passé d’excellentes vacances, la tête  vide, n’ayant plus le poids de la future rentrée sur les épaules, sereine n’appréhendant plus les dysfonctionnements systématiques de ma thyroïde les quinze  premiers jours de Septembre, en paix tout simplement …

Bien sûr, je ne vais pas vous mentir, j’ai tout de même une petite appréhension sur l’organisation de mes journées. J’ai toujours tiré sur la corde jusqu’à menacer de casser, bossant malgré ma maladie, alors me retrouver sans planning fixe, sans certitude, me fait un peu peur. Mais je sais que la santé n’a pas de prix, et j’ai tellement de projets que l’avenir me semble plutôt fleuri. De nombreux manuscrits à écrire, visiter une fois par semaine les moindres recoins de Paris, me perfectionner en peinture en particulier en aquarelle, conserver ma santé avec un peu de marche nordique, voir mes amis, partir plus souvent en week-end avec homme. Mais qu’on se le dise, ma retraite anticipée ne voudra pas dire non plus conchita à la maison, n’est-ce pas chéri ?

Alors en résumé, si difficile que cela l’idée de la retraite ? Finalement, non ! Si vous avez cette chance, faites-le !Lavie est tellement courte. Il faut juste s’y préparer et vous verrez que c’est largement positif l’optique d’une vie beaucoup plus paisible, sans réveil le matin, sans être obligée de se fondre dans un moule, sans avoir l’obligation du « pas de vagues », sans ordre à recevoir. et puis, si cela devient difficile,nvos amis sont là.

Un coup de blues, je vous le dirai, car je sais que vous serez là pour m’inviter à prendre un thé ! Parce que la retraite, c’est avant-tout  une nouvelle route à prendre sans lâcher les mains des autres !

 

3C9DEEB1-21A7-4CE4-BCD0-D98BA8060D8E

2 Commentaires à “ Difficile l’idée de la retraite ? ” »

  1. ELISABETH LEROY dit :

    Bonne retraite, je suis certaine que tu vas savoir faire ton emploi du temps chaque jour de ton nouveau statut de retraitée. Il y a tellement de choses à faire…. bonne continuation et bises.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|