( 19 août, 2019 )

Auteurs jugés sur leurs écrits.

Rien ne m’énerve plus que ces raccourcis faciles réduisant un auteur à ses écrits ou à leurs contenus. Il est évident qu’une plume va inéluctablement retranscrire une émotion ou un avis philosophique, mais en aucun cas ( sauf pour les œuvres autobiographiques) une réalité. Preuve en est de nombreux romans où de nos jours l’éditeur indique : « « Les opinions exprimées par les personnages de ce roman leur appartiennent, elles ne sont nullement le reflet de celles de l’auteur » C’est incroyable d’en arriver là ! Preuve que des lecteurs ( mais ne serait-ce pas plutôt de simples langues de putes) s’amusant à poser sur le front d’un auteur und étiquette.

 

Je m’en suis aperçue lorsque j’ai lancé un concours où des personnes adorables ont découvert que j’écrivais des romans policiers et que je n’étais pas simplement une malade de la thyroïde ( étiquette que je déteste tout autant). Je suis juste une auteure et je refuse de porter l’étiquette «  malade » car c’est très réducteur. J’ai une maladie auto-immune incurable, mais je suis en vie et je me délecte à chaque minute de ce temps qui m’est alloué. Je suis également auteure de polars car lectrice assidue depuis mon enfance de romans policiers ( le Club des 5, Alice …) l’écriture de ce genre m’a toujours semblé aller de soi. Après, pour façonner un manuscrit, je glane des idées dans les faits divers des journaux, dans les anecdotes que certaines personnes me racontent. Un mot peut amener un chapitre, une image un endroit, une visite un livre. Ce fut le cas du Père Lachaise dans Blanc en 2014 né suite à une visite scolaire. Pour Pourpre, un proche s’était trouvé avec un collègue partant à Carcassonne et mon l’endroit où planté le décors fut choisi. Pareillement pour Rouge, mon premier polar, le moins bien construit au départ, né après une discussion avec un collègue lors d’une pause. J’avais déjà écrit une nouvelle sur une histoire d’amitié compliquée. Nous montions un projet sur Dali, la Justice, et l’idée de réaliser un vrai livre s’est imposé. Encore une fois, tout s’est fait doucement un peu comme en assemblant un puzzle.

Des personnes se sont imaginés qu’il était question d’autobiographie allant jusqu’à insinuer que je pouvais comploter voire connaître certains secrets médicaux. Faut un peu stopper la paranoïa ! Je l’ai déjà souligné, le seul point en lien avec ma vie est le journal de Marie sur la mort de son fils, extrait que j’ai intégré sur les conseils de mon médecin de l’époque afin de pouvoir aider par ces quelques lignes placées au milieu d’un écrit ordinaire les mamans endeuillées.

 

Qu’on se le dise, je ne suis pas une auteure de polars ou une révolutionnaire brandissant un drapeau pour rallier des gens pour une cause juste. Je suis juste une petite plume, un peu paresseuse, n’écrivant mes manuscrits que lorsque j’en ai envie, préférant l’ombre à la lumière. Je peux passer aussi bien d’un style très sérieux à une écriture plus moderne tâchée d’érotisme. Ce n’est pas pour autant que j’ai envie de me voir accoler une étiquette comme certain auteur : moeurs légères parce que je peux émoustiller le lecteur dans une scène un peu chaude, psychopathe parce que je vais trouver une intrigue bien tordue que j’affectionne, appartenant à un parti politique ou une confrérie religieuse parce que j’en décris les moindres recoins dans mes livres. Cela s’appelle simplement « la recherche » ! Et c’est une étape que j’adore ! Alors non, je n’ai pas fait les camps de concentration comme je l’ai lu dernièrement ( sic ! Je ne suis pas si vieille !), je ne suis pas Franc maçon ni liée au milieu médical et surtoutpas à la recherche que je ne connais pour étayer mes manuscrits qu’après des heures et des heures de recherches ! J’avoue que j’aime beaucoup écrire sur les dysfonctionnements des laboratoires pharmaceutiques parce que j’ai beaucoup discuté lorsque mon fils était hospitalisé sur des protocoles de soins précurseurs, sur les limites et le pouvoir de l’argent dans ce domaine. Ce sont ces routes que j’ai croisées il y a plus de trente ans qui ont laissé leurs traces.

 

Au final, vous qui passez votre vie à juger les autres sur un mot ( auquel on pourra donner de nombreux sens), sur un acte ( qui pourra être interprété jusqu’à perdre son essence), contentez-vous de lire simplement une histoire telle qu’elle a le mérite d’être, écrite simplement pour donner du plaisir. Est-ce que beaucoup de lecteurs de la collection Harlequin s’interrogent sur la vie ou les pensées de  l’auteur, sur ses prouesses amoureuses et sexuelles ? Alors faites la même chose avec nos romans.

Un livre est juste là pour faire du bien et non pour servir d’armes.

Qu’on se le dise…

 

4BD106E0-99C2-444D-BF05-2245B595AE79

2 Commentaires à “ Auteurs jugés sur leurs écrits. ” »

  1. Nicolaï Drassof dit :

    Bien d’accord!
    Je n’écris que de la fiction, de l’imaginaire, sans toutefois quitter la vie courante et ma planète ! Ou alors, quelque fois une petite incursion d’insolite. J’écris tantôt au féminin, tantôt au masculin. Sil fallait m’appliquer tout ce que j’invente !
    Je crois qu’en tous les arts, mineurs ou majeurs ou tout ce qu’on voudra, il faut prier, convaincre les destinataires(en l’occurance lecteurs-trices) de ne consommer que ce qui leur est destiné: l’oeuvre. Le reste est vie privée et je m’offusque parfois des études sur les vies passées des grands auteurs qui n’auraient peut-être pas apprécié ces rapprochements hasardeux de leur vie avec leurs oeuvres. Qu’en pensez-vous ?

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|