( 7 novembre, 2019 )

Écrire pour exister ou exister pour écrire.

On se croirait presque dans un sujet du bac philo. Seulement, je ne me retrouve dans aucune de ces deux définitions. J’écris parce que cela fait partie de moi, mais je n’existe pas au travers de l’écriture et n’ai pas non plus besoin d’elle pour exister.

Je laisse juste les mots se poser sur le papier sans rien attendre juste le bonheur de les voir danser. Contrairement à d’autres amies auteurs que j’admire, je ne suis pas une perfectionniste, peut-être parce que je me moque complètement de ce que les autres peuvent penser, mais surtout parce que j’ai tellement d’autres plaisirs que je refuse de perdre mon temps à peaufiner juste pour « plaire ».

Je ne pratique pas la langue de bois et j’assiste depuis quelques mois à un phénomène en recrudescence des auteurs en herbe, tellement certains de leur suprématie au niveau de l’écriture qu’ils cassent la plus petite plume « rivale » ( vive Amazon et ses étoiles perverses !). Ces auteurs, eux, ont besoin de l’écriture comme une reconnaissance de ce qu’ils sont, convaincus d’être les meilleurs peut-être simplement parce qu’à l’inverse, au fin fond d’eux-mêmes, ils n’ont pas cette confiance en eux. Je vais très rarement regardé  les commentaires, et je ne lis les chroniques sur mes livres que pour tenter de m’améliorer et non pour pavoiser.

Je ne me battrai jamais pour être sur le devant de la scène, rien que l’idée me déplaît. Ce n’est pas moi non plus que vous verrez appuyer sur la tête d’un auteur qui boit la tasse.

Parce que je n’ai pas besoin d’écrire pour exister, j’existe déjà au travers de ma famille, de ceux qui me tiennent la main, de toutes les autres passions qui font battre mon coeur. L’écriture est l’encre de mes veines et continuera toujours à couler, mais mon corps a besoin de tellement d’autres choses pour vivre !

Écrire pour exister ou exister pour écrire, non ! Écrire simplement pour me faire du bien ! Et ça, c’est cool !

 

F27D0559-4B65-447B-891A-54ADF145A585

Pas de commentaires à “ Écrire pour exister ou exister pour écrire. ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|