• Accueil
  • > Novembre 2019
  • > L’illusion des réseaux sociaux et « influenceurs » en culottes courtes
( 8 novembre, 2019 )

L’illusion des réseaux sociaux et « influenceurs » en culottes courtes

Je suis d’un autre siècle, j’en ai conscience, mais cela n’empêche pas que je suis choquée de voir ces mômes haut comme trois pommes être les « influenceurs » de demain. Ces gosses qui ouvrent une chaîne youtube pour promouvoir des jeux ou des aliments, qui n’existent que par Internet, que pour Internet, qui n’ont pas ou plus d’amis simplement parce que leurs amis ne sont que des Likes virtuels.

Dernièrement, une petite fille de dix ans ne vivait plus que pour ses followers, ne mangeait que ce qui était « bien » pour ceux qui la suivaient, jusqu’à ne plus être une enfant mais un simple objet virtuel.

Ces enfants sont devenus tellement addicts à leur ordinateur ou à leur tablette qu’ils ne peuvent rester une journée sans être « vus ». Autant, cela me fait sourire lorsque ce sont des adultes qui alimentent leur propre chaîne comme si leur vie en dépendait, autant un enfant doit-être protégé. Nombreux de ces petits influenceurs en culottes courtes sont en véritable manque d’amour avec des parents trop occupés, souvent fatigués, préférant coller leur progéniture devant un petit écran.

Seulement la vie n’est pas virtuelle ! Il faut rester très vigilant face à ce raz de marée qui gangrène notre société. Il y a vraiment un côté pervers dans ces réseaux sociaux, une facette qui n’est pas toujours bien réelle. Parfois, certaines personnes se cachent derrière de magnifiques photos de paysages ou des clichés personnels de couples, d’enfants, bref d’un bonheur parfait, alors que si l’on creuse un peu, si on les rencontre dans la vraie vie, on ne verra qu’une grande solitude. D’autres, pour exister, passent leur vie connectée soit sur des jeux en ligne, soit à publier non stop publicité pour un roman ou chroniques diverses. Un contact addict m’a avoué publier un post toutes les dix minutes qu’il vente, qu’il neige et se retrouver frustré avec les nouveaux algorithmes, car la visibilité est moins grande qu’avant. Et c’est un adulte !

Seulement tout cela, ce n’est pas la vraie vie ! Parfois je vois avec tristesse s’amonceler des dizaines d’images magnifiques, pleines de positivisme alors que je connais la personne et que je sais qu’elle est brisée de l’intérieur et que personne ne comprend sa douleur parce que l’image offerte n’est qu’une illusion.

La vie n’est pas simplement une couverture de livre, ce n’est pas non plus juste l’image de deux amoureux ou celle de blagues cocasses racontées. La vie, c’est un tout fait de bons moments, de moins bons, de moments où on n’est pas toujours bien, d’autres où on n’a pas le moral, simplement parce que la vraie vie n’est pas une vitrine que l’on peut placarder. Et il faut avoir le courage, car il en faut du courage, pour admettre publiquement que l’on ne va pas bien, pour pousser un coup de gueule simplement parce que l’on en a assez, car on a ce droit !

L’important est de le savoir lorsque l’on clique sur un « j’aime » après avoir vu un beau coucher de soleil, lorsque l’on s’esclaffe sur la réussite d’une personne, il est primordial de toujours se dire que derrière un simple profil, il y a une personne, une vraie, une qui souffre peut-être et non une image.

A85F5452-363B-4BDE-B7CB-93ECC1EF2308

 

 

Pas de commentaires à “ L’illusion des réseaux sociaux et « influenceurs » en culottes courtes ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|