( 13 novembre, 2019 )

L’oubli, le jour d’après …

Il est long l’oubli. C’est ce qui se dit. C’est ce que de nombreuses personnes désirent. Ce n’est pas mon cas, je ne veux rien oublier. Il est important de se souvenir. C’est ce qui fait notre essence même, ce que nous avons été.

Je ne veux oublier ni les peines ni les joies. Bien sûr, je suis consciente que certains de mes souvenirs sont édulcorés, qu’ils ont cette saveur d’antan, un zeste de goût sucré, un soupçon d’acidité, mais ils ont le mérite d’être là, d’exister, bien présents et pour rien au monde, je ne voudrais les voir totalement s’effacer.

Pour beaucoup d’individus,oublier, c’est se libérer du passé, seulement on n’oublie jamais vraiment. Ces souvenirs que l’on voulait oublier sont simplement rangés dans des tiroirs d’où ils peuvent ressortir à tout moment avec plus de violence ou plus de tendresse, selon la vie.

Alors non, je ne veux rien oublier ! Ni les pertes ni les larmes ni les coups reçus ni les bons moments, ni les moments de tendresse, ni les rires d’enfants et surtout pas l’amour. Oublier mon passé serait renié qui je suis, mon identité propre, car on a beau parfois haïr cette souffrance, prier pour que l’oubli arrive, nous ne serions rien sans ce et ceux qui nous ont construits, qui ont fait de nous ce que nous sommes aujourd’hui.

 

E1D13315-858C-4027-9DA8-ADDEE51DFE3C

 

Pas de commentaires à “ L’oubli, le jour d’après … ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|