( 9 juin, 2020 )

Génération trop gâtée

Suite à une discussion hier en cours de dessin sur « avant » …
Nous en avons fait des rois, bien malgré nous. Les trentenaires, et les plus jeunes, ont bénéficié de la pédagogie Dolto où l’enfant était le centre de la famille, unique, devant avoir ses droits respectés, mais à aucun moment on n’a envisagé que l’on donnait trop. Nous sommes aujourd’hui face à une génération trop gâtée.

Qui ne l’a pas constaté ? Des enfants qui veulent tout, immédiatement, et s’en lassent tout aussi vite. Des adultes qui ont perdu le « petit quelque chose » qui fait l’humanité. Une génération trop gâtée, souvent dénuée d’empathie envers ses aînés, mais surtout foncièrement égoïste.

Dernièrement une amie me disait que sa progéniture à qui elle avait tout sacrifié ne se fendait même pas d’un bouquet de fleurs pour la fête des mères, alors qu’elle-même avait vidé toutes ses économies pour eux. Bien sûr, nul ne doit rien attendre des autres, ce n’est pas l’objet de cet article, juste que l’évolution des générations ne se fait pas dans un sentiment de bienveillance. Le téléphone a remplacé le contact physique résultat les jeunes préfèrent envoyer un sms en un clic plutôt que de prendre un peu de temps et les partager avec leurs proches.

Je suis souvent nostalgique d’une époque où on prenait vraiment soin des autres, où notre premier geste au retour de nos vacances était d’appeler ceux que nous aimions, où nous écrivions des lettres pleines d’émotions simplement pour créer du lien. Je suis nostalgique des sourires offerts juste pour remercier d’un humble cadeau, parfois fait de nos mains. Aujourd’hui si on n’offre pas du High-tech à nos enfants ou petits-enfants, on a juste droit à un merci forcé. Je suis nostalgique d’une époque où être grand-mère ou maman ne s’apparentait pas aux cadeaux ou à l’argent.

Je me souviens encore de ces moments uniques que je partageais avec ma grand-mère, simplement à discuter, où je savais que passer la voir allait me donner du bonheur pour toute une journée.

Aujourd’hui, Facebook, les réseaux sociaux ont remplacé le contact et j’ai envie de pleurer sur ce monde qui part en fumée …

FB664EF4-7DEB-482A-A5DE-108F1BD3D86A

2 Commentaires à “ Génération trop gâtée ” »

  1. 010446g dit :

    Je serai plus pessimiste: il faut remonter plus loin.Parce que nous avions connu les privations des restrictions puis du temps de reconstruction, nous avons donné tout ce qui nous avait manqué, nourriture choisie, argent sans travail, et en particulier la liberté… Quand je vois les quadras au pouvoir regarder avec désinvolture le fait que les vieux coûtent trop cher, les jeunes n’en sont que les héritiers.
    Dolto, comme Rousseau, ont de belles théories qu’ils n’ont pas si bien que cela appliquées eux-mêmes (Carlos!) c’était par facilité qu’on a voulu les suivre.

    Dernière publication sur le radeau du radotage : histoire de source

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|