( 8 août, 2020 )

Partir pour mieux revenir

Lorsque l’on doit partir, quitter le paradis, on ne peut empêcher nos yeux de se mouiller. L’émotion est là, tentant de conserver cette image magique de la dernière vague, du dernier rayon de soleil. Chaque année j’affronte le retour avec un pincement au coeur, comme si c’était mon dernier passage, comme si sur le sable mes traces de pas étaient les dernières. Je déteste ces retours. Je déteste rentrer. Je déteste partir de cet endroit où je me sens protégée, en paix.

Seulement tout à une fin, et je m’interroge souvent, surtout lorsque je discute avec les locaux, éprouverais-je toujours autant de bien-être, de passion, de sérénité si je vivais là ? N’est-ce pas justement ce rendez-vous annuel avec mon coin de paradis qui me rend si heureuse ? Cette attente que je dessine, que je m’imagine, jusqu’au jour où la rencontre entre la mer et moi se fonde. Certaines personnes rêvent d’aller jusqu’au bout du monde. J’ai traversé les océans, les mers, mais je n’y ai jamais trouvé cette sérénité.

Au final, rassurez-vous, j’ai vite séché mes larmes, car je sais que je ne suis repartie que pour mieux revenir si la vie m’en laisse le temps. Je l’espère !

 

3359A536-2FAD-40A0-8F40-429F186A248F

1 Commentaire à “ Partir pour mieux revenir ” »

  1. Laira dit :

    Bel endroit

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|