( 3 mai, 2021 )

Thyroïde et régime

Ça y est ! Le printemps pointe son nez ! L’hiver a son côté sympa car on peut cacher ses rondeurs, mais l’été, c’est mort. Mais bien avant de commencer, on n’a qu’une envie baisser les bras. Il faut bien le dire, les kilos et la thyroïde, c’est loin d’être une histoire d’amour. On l’a déjà expliqué maintes fois, lorsque le métabolisme thyroïdien est déréglé, en particulier en hypothyroïdie, mais pas que, la production d’hormones est mis en pause et le corps fonctionne au ralenti. Le corps va alors dépenser moins d’énergie. La fatigue de l’hypo se rajoutant les kilos et la rétention d’eau vont s’accumuler. On note des prises de poids énormes survenant même sans avoir une alimentation « riche ».

Rien n’est plus compliqué que de voir son corps changer, déjà supporter son ralentissement, si à cela s’ajoute en plus un physique que l’on ne supporte plus, cette maladie devient un gros fardeau.

Alors le combat commence contre la maladie et contre les kilos. Et là, on se heurte vite à l’indifférence des Autres et leurs propos malveillants.

« Tu ne peux pas faire attention à toi ! », « Qu’est-ce que tu as grossi ! », « Si tu faisais des efforts ! »

Seulement, maigrir n’est pas simple. La plupart des régimes sont inefficaces lorsque la thyroïde n’est pas soignée. Il faut donc en premier tenter de réguler les hormones thyroïdiennes. Ensuite seulement, on va pouvoir essayer de s’attaquer aux kilos.

Pourquoi un régime hypocalorique comme nous bombarde les journaux féminins durant tout l’été est-il souvent inefficace ? Simplement parce que ces régimes privatifs puisent dans le corps, ralentissent le métabolisme de base et ainsi stoppent la perte de poids.

Que faire ? Plutôt que se mettre en mode restriction, se mettre en mode « brûler les calories ». Cela ne veut pas dire s’inscrire dans un club de fitness et y aller à fond, ce qui serait également une claque pour la thyroïde, mais simplement « bouger ». J’aime préconiser la marche quotidienne ayant ainsi réussi à ne plus prendre de poids. S’obliger à marcher chaque jour doit alors devenir une habitude et s’imposer les 10 000 pas préconisés par les organismes de santé. Outre la stabilisation des kilos, le second atout est l’action positive sur l’hypertension et la réduction des maladies cardiovasculaires. Un premier pas !

Impossible alors de se délester de ces kilos ? Non, mais difficile. En clair, on ne peut maigrir en claquant des doigts ni en quelques jours et il faut impérativement éviter de se jeter sur tous les régimes que vont vanter certaines personnes. Certains peuvent être extrêmement dangereux en hypothyroïdie ou avec Hashimoto. Ce qui convient à une personne ne va pas vous convenir, car chaque personne est unique. De plus personne ne raconte « l’après », ou le suivi, juste la perte spectaculaire de kilos.

Dernièrement, une adhérente a écrit :

« L’an dernier, j’ai pris 25 kilos en un an. Pronostic Hashimoto. Le médecin m’a mis sous Lévothyrox@. Je pensais perdre mes kilos et à l’inverse, au bout de 3 mois, deux se sont rajoutés. J’ai sombré dans une bonne dépression. Une personne sur un groupe m’a conseillé le jeune intermittent. J’étais ravie car au bout d’un mois, j’avais perdu 5 kilos. Seulement, mon organisme a morflé. Vertiges, maux de ventre, je me suis un jour réveillée aux urgences. Ma thyroïde s’était complètement détraquée, mon coeur avait flanché. Au final, j’ai énormément maigri à l’hôpital et je n’en suis même pas heureuse, car je me suis perdue. »

 

En résumé, j’ai juste envie de dire, prendre son temps, perdre doucement, bouger, limiter le sucre, les graisses sans pour autant se priver. Des astuces diététiques montrent qu’il serait bon de finir par un thé ou une tisane sans sucre ou avec un édulcorant, mais ne pas finir un repas par un gâteau sucré. Boire beaucoup d’eau ( excellent pour éviter une hypertension). Ne pas manger trop de féculents, choisir des légumes, mais pas trop tout de même, car l’intestin est particulièrement irritable avec Hashimoto.

Ne pas se décourager ! Ne pas laisser les autres vous juger et surtout apprendre à s’aimer avec quelques kilos en trop. Éviter le stress qui fait grossir.

Il est bon de rappeler que malheureusement des malades en hyperthyroïdie contrairement à l’idée reçue peuvent aussi souffrir de prise de poids. Ce qui souvent fausse le diagnostic de certains praticiens.

Ce n’est pas facile de vivre avec une maladie qui change votre façon de vous voir, la façon dont les autres vont vous percevoir, mais il faut vous accrocher, amies papillon !

 

https://www.amazon.fr/dp/B07DY92WNW/ref=dp-kindle-redirect?_encoding=UTF8&btkr=1

 

A8ADBD97-04A7-4006-B15D-590EBE1400B0

 

 

Pas de commentaires à “ Thyroïde et régime ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|