( 28 mai, 2021 )

L’insouciance

Que c’est beau l’insouciance ! Que c’est triste de la perdre. Lorsque l’on a quinze ans, on est totalement insouciant, on fonce des rêves plein la tête. On n’a peur de rien. C’est cela la clé, la peur ! Et puis les années passent, la raison prend la place de l’insouciance. On ne pense plus folies, on pense avenir et sécurité. Et pourtant, on garde toujours au fond de nous cette envie de liberté. On n’ose pas. On a peur, encore.
Et puis un jour, le tissu se déchire. On reprend confiance en soi.
Souvent sur le coup de la cinquantaine ou soixantaine, on retrouve cette envie de vibrer différemment, autrement. On décide d’aller de l’avant. On démissionne ou on part en retraite avant l’heure, on ne pense plus argent, on pense plaisir ! On va se retrouver à évoluer autrement, un peu comme si une nouvelle forme de pensées se dessinait. Certains vont se tourner vers une nouvelle spiritualité, d’autres vers des techniques douces : méditation, yoga, d’autres encore vont vivre leurs rêves : voyages, produire un livre, peindre, s’occuper d’associations, peu importe. On sent un petit goût nouveau.

Il est temps pour chacun d’apprivoiser l’insouciance qui ne devrait plus jamais nous quitter jusqu’à la fin …

70635AC3-E77D-4479-B730-909E70CB2E8B

Pas de commentaires à “ L’insouciance ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|