( 29 août, 2021 )

Perdre un enfant ne s’efface pas

Le coeur brisé, une relation vient de m’annoncer la perte de sa petite fille de cinq ans, un drame terrible, une blessure à vie. Je connais tellement cette souffrance que j’ai eue. Elle foudroie. Elle fait mal. Elle déstabilise une vie. Certains aiment à dire que la douleur disparaît avec le temps. Cela me fait toujours hurler de l’intérieur et ces mots viennent toujours de personnes qui ne l’ont pas vécue. Il n’y a rien de pire que de perdre un enfant. On parle de la chair de notre chair. Alors, on survit jour après jour, mois après mois. On réapprend à vivre, autrement, mais on en sort complètement changé. On n’efface pas la douleur avec juste un coup d’éponge, on n’efface pas un enfant. J’ai survécu grâce à mes autres enfants. Je ne sais pas encore comment ni pourquoi. Je sais juste que je suis toujours debout, avec mes cicatrices, avec des rides datant de cette époque, avec des cheveux blancs. Je suis debout et je ne sais pas pourquoi, mais ce que je sais, c’est que rien n’effacera jamais mon bébé, et aujourd’hui, je pleure pour cette petite âme qui a rejoint l’immensité !

4B3D99C2-0752-4064-86CF-33F073893CFF

Pas de commentaires à “ Perdre un enfant ne s’efface pas ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|