( 23 août, 2021 )

Tolérance, mode d’emploi

À nous entendre, nous, les humains, nous sommes tous tolérants ! Il ne pourrait en être autrement. Et pourtant par définition, la tolérance est le fait d’accepter les limites, mais aussi les écarts de ces limites. Et puis, sans être linguiste, c’est plus facile de se dire tolérant que de l’être vraiment. La tolérance, c’est par exemple le vivre ensemble, accepter les autres comme ils sont quelque soit leur couleur, leur religion, leur défaut.

La société se dit tolérante, et pourtant au moindre grain de sable, l’intolérance est de mise. Est-il bon de rappeler qu’en 2020, la majorité des français était contre le Pass Sanitaire, intolérants envers ceux qui osaient proposer cette solution. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Les anti-pass sont maudits et s’ils pouvaient brûler sur un bûcher de nombreuses personnes « pourtant très tolérantes » iraient gratter l’allumette !

Doit-on également parler du regard posé sur ceux qui sont différents, regard de gêne, de dégout parfois, face à une personne en fauteuil, un vieillard qui bave, une personne « sans cheveux » à cause d’une chimiothérapie, un couple d’homosexuels …

J’aime à dire que le monde est très tolérant derrière sa télévision, loin de la réalité, mais face à la vraie différence, on voit même des médecins, qui pourtant devraient, eux, être les piliers de la tolérance, avoir une attitude de rejet. La tolérance reste une affaire d’éducation. Les enfants sont rarement intolérants, jeunes, et ne le deviennent qu’influencés par le milieu culturel ou familial. L’école y a sa place, mais souvent trop tardivement, même si faire pousser des petites graines de tolérance pourra un jour, on peut l’espérer, porter ses fruits.

6A4F8FF1-D8C4-438A-B2E6-088BC9EB51CF

( 22 août, 2021 )

Remember us

US REMEMBER de Laura Collins
Collection Romance passion Editeur Infinity

⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Attirée par la superbe couverture de ce livre, eh oui, il n’y a pas d’âge pour apprécier les beaux mecs, je suis dans sortie de ma zone de prédilection pour une romance. En ayant lu énormément plus jeune, j’avais un peu abandonné ce genre que je trouvais trop « gnangnan. » Ce fut donc une belle surprise que ce moment passé en compagnie de Gaelle et d’Arnaud.

L’histoire alterne entre « aujourd’hui » au travers des mois qui sont vécus, et « hier », avec un plongeon dans cet été magique que Gaelle a passé chez sa grand-mère et où elle a croisé Arnaud. L’histoire s’égraine donc sur un rythme soutenu, s’attardant sur la personnalité des personnages, de leur entourage, en particulier Malo et Erwan, leurs enfants, dont les blessures du coeur sont admirablement détaillées.

Ce n’est pas une simple romance peace and love. Nos deux personnages ont un passé douloureux et il va leur falloir beaucoup de temps et de confiance pour atteindre le bonheur.

En tous les cas, un livre à découvrir car extrêmement bien décrit, à tel point que l’on pourrait fort bien prendre un crayon et dessiner les paysages dans lesquels ils évoluent.

Aucun regret, et pourtant je ne suis pas une adepte des romances, alors n’hésitez pas !

248C9685-2E3D-487F-AF70-3E845EB286D2

( 22 août, 2021 )

Transaction de Christian Guillerme

Transaction de Chrisrian Guillerme
Taurnada édition

⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Excellente lecture !

J’avais beaucoup aimé Urbex Sed Lex de Christian Guillerme, c’est pour cette raison que j’ai accepté avec plaisir le SP de Taunada édition que je remercie. Vraiment pas déçue ! Un livre qui débute tel un uppercut, avec un prologue fort, dérangeant, qui donne la chair de poule, mais invite le lecteur à continuer !

Johan, Alphonse, Manal, un groupe de trois amis, deux garçons et une fille, des jeunes adultes ordinaires dirions-nous, ni meilleurs ni plus mauvais que d’autres. Jusqu’au jour où Alphonse décide d’acheter une caméra miniature en ligne. Jusqu’au jour où après la transaction Alphonse s’aperçoit que cette dernière ne fonctionne pas sur la durée. Jusqu’au jour où Johan suggère à son ami de revendre cette caméra en sachant qu’elle était défectueuse. Jusqu’au jour où l’acheteur découvre l’arnaque et décide de retrouver son vendeur. Alors une traque commence, sournoise, violente, une traque qui ne supporte aucun obstacle.

Le récit se lit facilement, dans un style bien rythmé et soutenu. Son contenu est terrifiant, centré sur la psychologie des personnages et sur celle de cet homme, touché dans son orgueil de s’être fait « avoir », qui ne lâchera rien avant d’avoir obtenu vengeance.

Une histoire qui ne vous fera plus voir les sites de ventes en ligne de la même manière ! En tous les cas, qui vous fera réfléchir avant de vendre un objet défectueux !

À découvrir !

BAFA71DF-7644-41A8-B07A-74C9F27F053D

( 22 août, 2021 )

Tout ce que tu veux réaliser est réalisable

L’impossible n’est pas français, et pourtant combien de fois dans notre vie avons-nous entendu dans notre vie : Ne te lance pas dans ce projet ! Il est irréalisable.

Et pourtant, tout est réalisable, ou presque, à condition de le vouloir vraiment et de s’en donner les moyens. Il est évident que l’on ne va pas devenir à soixante-dix ans champion de tennis si on n’a jamais touché une raquette, mais il n’y a pas d’âge pour apprendre. De même on ne réussira pas du premier coup des macarons si on n’a jamais fait de cuisine de sa vie. Mais si on « apprend » à travailler les ingrédients, on y arrivera !

Rien n’est impossible en soi, il faut juste prendre conscience que le monde ne s’est pas fait en jour, mais que cela vaut vraiment la peine d’essayer.

883F7F7E-B1F0-4DCB-A9BB-8F1A5F0FFFEE

( 21 août, 2021 )

Pourquoi est-ce si difficile de se confier ?

Dernièrement je visionnais une vidéo qui explicitait que si les gens se confiaient plus, ils seraient moins malades ou déprimés. Seulement, je m’interroge, car dans le mot « se confier », il y a le mot «  confiance », et peut-on raconter ses petits bobos ou ses malheurs à tout le monde ?  La vie m’a appris que même les amis intimes, au fond, n’ont guère envie de s’épancher sur l’autre, voire pire vont se servir de ces failles avouées dans un moment de grande détresse. Et je ne parle pas de ceux qui ne peuvent s’empêcher de compatir avec , certes, bienveillance, mais en racontant notre vie à des tiers. Il est difficile de se confier, car il faut avoir « en face » une personne qui écoute vraiment ! J’essaie d’être cette personne, ayant par contre plus de difficultés à me confier, hormis à quelques proches triés sur le volet. Apprendre à faire ou à refaire confiance est difficile, surtout quand on s’est heurtés soit à l’indifférence, soit à des pervers narcissiques, mais il est bon de se souvenir qu’il reste des personnes fiables sur qui compter. Ne jamais l’oublier !

15685C4D-E001-4F20-9EC1-465244A40CE7

( 20 août, 2021 )

L’importance des racines

Un arbre a besoin de racines, un homme aussi, c’est pour cette raison que fut créé « l’arbre généalogique », pour rappeler aux hommes qu’ils sont issus d’une lignée. On comprendra la difficulté que va ressentir un enfant adopté. Même ceux qui ont connu une famille stable auront un jour ce besoin de partir à la recherche de leurs origines. Je pense qu’avec la technologie, les réseaux sociaux, ce sera de plus en plus fréquent, une nécessité de comprendre ce qu’ont vécu les ancêtres. Personnellement, ayant une vraie passion pour l’histoire, plonger dans mes racines est une vraie cure de jouvence, même si mon arbre généalogique ne va pas très loin. Les actes de naissance étaient souvent conservés dans les paroisses et beaucoup de papiers ont brûlé durant les guerres.

Conserver ses racines, c’est s’autoriser à ne pas couper ce lien avec hier, c’est s’enraciner dans l’amour familial qui nous a construits. Les personnes qui ont vécu un traumatisme d’enfance peuvent choisir de s’en éloigner pour se protéger, en déménageant loin de leurs géniteurs, il n’en demeure pas moins qu’un jour, leur passé les rattrapera et peut-être alors voudront-ils comprendre, le jour où eux seront aussi l’arbre de leurs descendants.

E550FD7B-B719-4E24-A938-F1F1A422D837

( 19 août, 2021 )

Parler de lui …

Perdre un enfant est un deuil unique que ne peut comprendre que celui qui l’a vécu. C’est contraire à la normalité. Nul ne devrait jamais avoir à vivre une telle souffrance qui laisse une plaie ouverte à jamais. On n’en guérit pas, car l’absence s’apprivoise juste, mais ne l’efface pas, lui, notre enfant. Peu importe qu’il soit mort in vito, à la naissance, ou après. Il fut. Et nous sommes ce que nous sommes parce qu’il fut.

Lui, il est l’encre de mes mots, l’énergie dans laquelle je puise ma force, mon étoile éternelle. Alors oui, j’écris sur lui à mi mots depuis 33 ans, des textes, des poèmes, des simples passages de quelques lignes que je mets dans mes manuscrits, sans jamais oublier mes remerciements. Ce qui a fait dire à un monstre que j’étais folle d’écrire sur lui, de penser à lui, suggérant qu’il était temps de clore ce chapitre. Méprisable !

Faire son deuil ne veut pas dire oublier, mais cesser d’avoir mal. Et parler de lui peut aider d’autres personnes dans la souffrance à ne pas se noyer, parce que malgré cette tragédie, j’ai continué de vivre, je n’ai rien lâché, je ne me suis pas abrutie de calmants comme on le voit dans les films, non, j’ai tout fait pour qu’il soit fier de sa maman !

Parfois j’ai fait des erreurs, des mauvais choix, mais je suis restée fidèle à ce que je suis et à la mère que j’étais pour lui. Alors non, le plus fou des deux n’est pas celui que l’on croit, simplement parce que …

J’ai parfois envie de parler de lui …

902184F3-0BA2-4723-A92A-17F6EA1B9F11

( 18 août, 2021 )

Tout s’apprend …

Lorsque j’étais enseignante, je me plaisais à dire que tout enfant avait du potentiel et pouvait apprendre. Certains mettent simplement plus de temps que d’autres. Adulte, l en est de même. Certaines personnes ont des prédispositions, c’est ce que l’on appelle « des dons », mais à force de travail et de persévérance, je pense que tout le monde peut apprendre ! Cela prendra juste un peu plus de temps.

Je n’ai jamais eu la main verte, malgré mon amour pour la verdure, et mes plantes se sont toujours ratatinées malgré mes soins. Je commençais à désespérer lorsque l’on m’a conseillé de visionner des vidéos YouTube. C’est ainsi que j’ai créé mon petit potager dont je prends grand soin et qui fait ma fierté.  J’ai failli renoncer maintes fois, entendant ces mots destructeurs : « tu n’as pas l’étoffe d’un jardinier ! » Je me demande au final ce que cela signifie vraiment « avoir l’étoffe  de … », en tous les cas, j’ai appris , je n’ai pas renoncé. Même chose en peinture où j’ai débuté avec des handicaps que le temps a comblés.

J’ai cru en moi, j’ai eu confiance en moi, je n’ai rien lâché, alors par pitié, ne briser jamais le rêve d’un de vos enfants ou de vos proches, même si au départ cela sent le roussi. Tout s’apprend et la vie elle-même est un apprentissage continue. Celui qui dit tout savoir est d’une grande arrogance, car c’est certainement celui qui en sait le moins !

AE064A4B-A1E0-4AD8-A4D3-0E686F22E887

( 17 août, 2021 )

Ah l’arrogance !

Comme j’aime cette phrase de Einstein :

« La seule chose la plus dangereuse que l’ignorance est l’arrogance. »

Tellement vraie ! J’en ai rencontré dans ma vie des personnes arrogantes, qui souvent dès le premier contact m’ont hérissée, et toujours cette même question, pourquoi une telle arrogance ? Ce sont ces « je sais tout », « j’ai tout connu, tout visité », « je suis le meilleur parce que j’appartiens à ce corps de métier », des individus que l’on a envie de fuir même si trop souvent, ce sont des personnes fort intelligentes qui peuvent beaucoup apporter aux autres, un temps, jusqu’à la prise de pouvoir et la vraie nature qui se dessine. La fuite est la seule issue. Un psy m’a dit un jour que fuir était un signe de déséquilibre mental. Comme quoi, même dans ces professions, certains sont aussi gonflés d’arrogance, car fuir est le premier instinct de préservation !

Je déteste l’arrogance et la suffisance, et face à ces comportements, je fuis, je me retire dans mon cocon où je suis « bien ». Peu importe si je n’ai ni l’intelligence ni la culture de ces personnes, je ne chercherai jamais à les égaler. Je reste une modeste ex-enseignante pour qui donner du savoir, c’est lutter contre l’ignorance en toute humanité et humilité, en sachant que l’on peut se tromper …

E0CB540A-0BBE-42E3-AAA6-6F9D6CF9BBF5

( 16 août, 2021 )

Joyeux anniversaire l’envol

Les bougies sont de nouveau prêtes à être soufflées.  L’association est toujours debout malgré les tempêtes, et surtout son nombre d’adhérents ne cessent de grimper.

Il est important de remercier nos bénévoles qui agissent dans l’ombre et font vivre cette association, notre présidente Sylvie N, notre secrétaire Régis P qui illumine chaque semaine nos coeurs avec de jolies photos, notre petite nouvelle Émilie qui partage un peu d’énergie positive et mes articles quotidien, sans oublier Patricia D et bien d’autres …

L’association l’envol du papillon a pris le relais de l’association Hashimoto mon amour avec pour mot d’ordre : la reconnaissance des maladies thyroïdiennes dans leur ensemble !

Sa mission est totalement bénévole. Aucune adhésion n’est demandée. Les adhérents peuvent demander conseils, dans la mesure où la réponse ne nécessite pas l’avis d’un professionnel. Plusieurs médecins ont fait savoir qu’ils soutenaient cette cause. Cette association accepte tous les malades que ce soit un dysfonctionnement thyroïdien simple, une maladie auto-immune, un cancer.  De plus elle ne prend pas partie « pour ou contre » le Levothyrox ayant des adhérents satisfaits de cette formule.

L’esprit de cette association se résume en quelques mots : bienveillance – positivisme – entraide.

https://fr-fr.facebook.com/associationmalades/

N’hésitez pas à nous soutenir en faisant connaître le recueil suivant :

https://www.amazon.fr/Maladies-thyroïdiennes-Dévoreuses-Sylvie-Grignon/dp/B07DY2C221

BAB369CA-123D-4F7F-A029-8D2792539B31

 

1234
« Page Précédente  Page Suivante »
|