( 6 novembre, 2021 )

Ce premier roman

Ah, ce premier roman …. Toute plume l’imagine, sans trop lui donner de contour. Il prend vit dans nos rêves. Il est beau. Il sera connu, apprécié par tous. Parce qu’on y a mis notre âme. Et puis, une fois le livre publié, une fois notre bébé entre nos mains, le rêve s’effrite. Commencent alors les difficultés à vendre ce roman auquel on croyait tant ! Un parcours du combattant lorsque l’on n’est pas une personne célèbre.  D’abord les « grandes » maisons d’édition, celles qui font une publicité médiatique à outrance permettant de faire connaître le roman font de l’ombre. Comment vous, petit auteur, avec votre livre inconnu du grand public allez-vous bien pouvoir caser votre petit bébé ? Beaucoup vous diront que c’est une question de chance, de date de sortie du livre, de relations également. Au final, vous rêviez de milliers de livres vendus et vous vous retrouvez avec juste quelques centaines, et encore !

Vivre de sa plume s’avère extrêmement compliqué de nos jours. Mieux vaut rêver à ce premier roman en restant lucide et les pieds sur terre. L’important est d’être lu même si c’est modestement. Stop au découragement. Un premier roman reste un moment magique dont on se souvient des années plus tard avec une pointe de nostalgie. Alors, il faut savourer ! Car si on sait conserver cette magie, d’autres romans suivront, à condition de ne jamais se forcer à vouloir écrire, juste laisser l’encre couler.

AEB82F92-C277-4327-987A-1D9309B608B9

Pas de commentaires à “ Ce premier roman ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|