( 7 novembre, 2021 )

Trop vite, ah ce temps …

Toujours difficile le moment où on prend conscience que le temps qui nous reste à vivre est bien moins important que nous avons déjà vécu. Cette prise de conscience peut s’avérer terriblement anxiogène. Et pourtant, le jour où nous commençons notre vie sur cette terre, nous sommes déjà amenés à mourir. N’empêche que …

Notre société  vit à deux cents à l’heure. Difficile de faire autrement avec un travail extrêmement prenant, une famille, des enfants. Ce fut mon cas et j’ai rondement mené ma barque, ne soufflant enfin que lors de ma mise en retraite anticipée. Il est vrai que cette dernière a coïncidé avec le départ de ma petite maman dont je m’occupais beaucoup. Je me suis donc retrouvé avec du temps. Enfin ! Seulement, les vieilles habitudes ont la vie dure et j’ai continué à aller vite, comme si la mort me chauffait le popotin. Seulement, à aller trop vite, on fatigue. Alors il faut apprendre à aller moins vite, même si cela m’impose parfois de sérieux efforts. Apprendre à prendre le temps, même si on a déjà vécu une sacrée vie bien remplie. Et curieusement, lorsque l’on apprivoise le temps, le poids des ans semble moins lourd. Peut-être est-ce pour cela que ma grand-mère disait toujours que le meilleur remède pour vivre longtemps, c’était de prendre son temps.

E9D041F9-82D9-4DA7-BEA6-0E7768F26431

Pas de commentaires à “ Trop vite, ah ce temps … ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|