( 8 novembre, 2021 )

Ces douleurs invisibles des maladies thyroïdiennes

Fatigante cette thyroïde ! Fatigantes ces douleurs qui n’en finissent pas.  Heureux ceux qui vivent un dysfonctionnement thyroïdien sans symptômes ou douleurs. La plupart souffrent, en silence, parce que cette maladie est invisible, parce que personne ne comprend ou ne veut comprendre. On a l’impression de se battre contre des moulins à vent. Comment faire comprendre à une personne qui ne veut pas comprendre ce qu’est cette souffrance ? Ce n’est pourtant pas une maladie orpheline puisque cette pathologie touche presque sept millions de français ! Pourquoi les médecins ne s’y intéressent pas plus allez-vous me dire ? Simplement parce qu’il existe des hormones de substitution qui permettent d’aller mieux. Il reste des symptômes ? Ce n’est pas leur problème ! N’importe comment, on ne peut rien y faire. Alors, on préfère fermer les yeux. C’est plus facile. Cette souffrance est multipliée dans les ablations thyroïdiennes et dans la maladie auto-immune Hashimoto. Très souvent, ces maladies sont associés à la fibromyalgie avec ces symptômes divers, douleurs musculaires diffuses, tendinites troubles digestifs, migraines et céphalées, fatigue chronique, troubles du sommeil, troubles anxiodépressifs. Il est important de faire la différence, car un dysfonctionnement thyroïdien non diagnostiqué peut être gravissime.

Beaucoup cherchent la cause, ne serait-ce pas plus important de reconnaître la douleur des malades plutôt que de chercher un coupable ? Reconnaître cette douleur, c’est cesser de pointer du doigt une personne fatiguée en ricanant, en se servant de « cet handicap » pour frapper, en usant même de pouvoir en la changeant de poste ou la licenciant. Un malade ne choisit pas d’être malade. Il l’est. Il en souffre, et le regard des autres est terriblement destructeur. Il fait mal. Ne pas être entendu. Ne pas être compris. Être jugé sans vouloir comprendre.

Je repense à une jeune malade qui m’a récemment dit s’être fait insultée, car elle s’était assise dans le RER. Fatiguée, n’arrivant plus à avancer, avec une tsh explosive, elle n’y arrivait plus. Alors, oui, il faut le dire. On peut avoir vingt ans et avoir le droit de dire que l’on est fatigués ! Notre société montre la fatigue comme une tarre. La maladie aussi. Il faut aussi comprendre qu’une hormone thyroïdienne de substitution n’est pas magique. Ce n’est pas un traitement comme un antibiotique qui va tuer le microbe. C’est un traitement qui va essayer, tout est dans ce mot, de relancer le corps vers « la normale ». Seulement une fois le déséquilibre fait, il est bien difficile de stabiliser une balance. Elle finira toujours par pencher à un moment et surtout, au moindre mouvement, elle se déstabilisera de nouveau. Pour la thyroïde, ce sera pareil. Il y aura des moments « avec » et d’autres «  sans ». Le tout est de faire en sorte qu’il y ait de plus en plus de moment « avec ».

D’où l’importance d’une vraie reconnaissance de cette maladie ! Une utopie certainement, car nullement une priorité du système de santé actuel, mais au moins, une prise de conscience du monde médical serait une avancée ! Peut-être simplement juste une once d’empathie et que cessent les remarques méprisantes de certains spécialistes ou médecins de ville.

Être compris, être entendu permet de mieux vivre sa maladie, alors écoutez les malades ! Leurs souffrances ne sont pas des affabulations !

Courage les papillons !

 

Texte protégé, toute reproduction interdite sans l’accord de l’auteure.

A8ADBD97-04A7-4006-B15D-590EBE1400B0

2 Commentaires à “ Ces douleurs invisibles des maladies thyroïdiennes ” »

  1. ROBERT dit :

    Tout ce que vous décrivez, j le ressens en ce moment, tendinite, douleurs musculaires importantes et fatigue. Il faut vraiment ce cette maladie d’Hashimoto soit reconnue et les médicaments (TCaps) remboursés ! Belle soirée Sylvie Marie-Claude ROBERT

  2. philippot patricia dit :

    Bonjour merci pour cet article.effectivement les symptomes venant du fonctionnement anormale de la thyroide sont tres destabilisants..douleurs dans tout le corps,nervosité (mal percue)..plus jeune l’on mù’a diagnostiqué de pressive et ensuite en vieillisant…la depression avait bon dos et surtout les ordonnances de de tres lourds anti depresseurs et autres et leurs effets indesirables.ce n’est qu en 91 que j ai sollicité de moimeme une prise de sang au sujet de la thyroide.et verdict ;hypo..cela allait mieux avec le levothyrox sauf qu’en 2017 ils nous ont balancé leurs merdes.et depuis c’est galere.ce mois j’en suis a nouveau en reequilibrage de t.caps. et evidemment a mes frais 1 boite de 50et 1 de 13…ce qui me fait 25 ers par mois ?? ..je percopis 860ers de retraite apres un parcours de vie chaotique avec depression et fibromyagie.voila mon experience.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Répondre à ROBERT Annuler la réponse.

|