• Accueil
  • > Archives pour décembre 2021
( 23 décembre, 2021 )

Aimer les moments de solitude

La solitude imposée est terrible, elle est partout, à tous les coins de rue, celle du sans abri, celle de la petite mamie qui n’a plus de famille qui vient lui rendre visite, celle du malade que tout le monde ignore, celle de l’endeuillé que l’on fuit comme un pestiféré. La solitude imposée est difficile, et pourtant, on peut aimer la solitude. Ce n’est pas une tare même si elle est montrée du doigt. On peut être seul au milieu d’une foule, seul à un repas où on s’ennuie à mourir seul avec un ami ou un amant.

Apprivoiser la solitude, c’est apprivoiser son environnement, c’est surtout s’apprivoiser soi-même.

Aimer des instants de solitude ne veut pas dire pour autant s’isoler des autres. La solitude ne peut se définir que par rapport à son inverse. Trop souvent, on a une vie intense, active, côtoyant de nombreuses personnes, alors va naître ce besoin de solitude. Être seul simplement pour se retrouver, pour faire corps avec la nature, avec les bruits familiers des oiseaux, être seul pour lire un bon bouquin, pour écouter de la musique, pour rêver tout simplement. La solitude est importante, car elle permet surtout de ne pas être dépendant des autres, de se rendre compte que nous pouvons vivre sans avoir « ce manque » des autres.

Mieux s’isoler pour mieux s’ouvrir aux autres, c’est la clé !

638A98A2-B584-4153-82EE-21618A62990A

( 22 décembre, 2021 )

La magie de Noël

La magie de Noël quelque soit la religion est bien présente. Lorsque j’étais petite, j’entendais souvent des chansons reliant Noël à la paix, et je me dis encore aujourd’hui, plutôt que de voir certaines religions bouder Noël, pourquoi ne pas faire simplement de ce jour, la fête de la paix ? Pour l’avoir vécu dans mes classes, rien n’est plus triste qu’un gamin interdit de Noël pour cause de religion voire d’athéisme. Les copains vont ensuite s’extasier sur leurs cadeaux, et lui, ce sera sur ses larmes. La magie de Noël est magnifique. J’adore voir les sapins bien décorés, les jardins avec des guirlandes qui clignotent. L’hiver est une saison grise et triste et cette période de Noël offre une note festive. Je me souviens d’une époque où j’allais regarder avec mes enfants les vitrines de la Samaritaine. C’était magique ! Aujourd’hui, ces décorations sont de moins en moins nombreuses, mais dans ma campagne, j’ai la chance de sentir cette magie chaque jour, car de nombreuses maisons sont décorés totalement, tout autant que les vitrines de ces magasins dont je garde le souvenir.

Merveilleuse magie de Noël, je t’aime !

14664EA9-A808-4AE9-AD96-9E5EC19FA577

( 21 décembre, 2021 )

Il suffit de presque rien …

Il suffit parfois de presque rien pour mettre sa vie en l’air. Un virage mal pris et c’est l’accident, une parole de trop, un « presque rien » et tout s’envole.

Il suffit de presque rien pour que la peur s’installe, pour que la vie se dessine autrement.

Il suffit parfois juste d’un regard, d’un mot pour que la vie bascule.

Il suffit de presque rien.

786C4CB9-8C18-4C59-AF46-3A72D86F292E

( 20 décembre, 2021 )

La thyroïde et ses dérives : hyperparathyroidie

Comme vous le savez, nous luttons depuis des années pour la reconnaissance des maladies thyroïdiennes, maladies invisibles, sournoises, douloureuses. Une lectrice m’a demandé de lui laisser la parole sur une maladie invisible, qui devrait également être reconnue.

Je laisse la parole à Béatrice.

« J ai été diagnostiquée en hyperparathyroidie cet été. Effectivement, des fractures récurrentes ( entorse de la cheville avec arrachement osseux et hydarthrose sur l interligne de Chopart puis tassement d une vertèbre après une chute sur les fesses), ce qui a fait penser à mon médecin à un problème d ortéoporose dans un premier temps. Après une ostéodensitometrie, je suis en ostéopénie niveau 2-3. Rdv chez un rhumatologue, qui me confirme être en carence excessive en vitamine D et que mon taux de PTH ( parahormone) est trop élevée. Selon ma rhumatologue, ma supplémentation en vitamine D devrait faire diminuer ma PTH. Or, cela a occasionné l’augmentation de cette hormone. Donc rdv avec un endocrinologue qui me conseille de faire une échographie et une scintigraphie (une après midi d’examens de mes 4 parathyroïdes afin de savoir laquelle de mes parathyroïdes est dysfonctionnelle. Les examens n’ont rien donné…. Juste une supposition d’adénome parathyroidien ( donc non cancéreux).

 

Résultat je repars à Bordeaux faire une TPE CHOLINE ( tomoscintigraphie par émission de positrons) en fin de semaine ( encore une après-midi d examens) en espérant avoir un résultat pour pouvoir faire l’ablation de la parathyroïde dysfonctionnelle.

 

L’hyperparathyroïdie entraîne une hypercalcémie qui peut être léthale si elle n est pas prise à temps…heureusement pour moi mes reins éliminent bien le calcium, mais il y a un risque aussi qu’ils se fatiguent à la longue.

Cela entraîne une ostéoporose car la PTH augmentant les os libèrent beaucoup de calcium dans le sang et les urines. …. Mais aussi beaucoup de fatigue ( cela faisait deux ans que je disais à mon médecin que j’étais fatiguée. Il me donnait du berrocca. ),des insomnies, de la tachycardie, des malaises, des douleurs articulaires, des problèmes respiratoires, une irritabilité et un mal être. Bref rien de très réjouissant.

J’espère me faire opérer afin de réguler au plus vite ma PTH et pouvoir être traitée aux diphosphonates ( traitement l ostéoporose) car cela traine depuis mars 2021. »

L’hyperparathyroïdie est une maladie endocrinienne due à un dérèglement des glandes parathyroïdes et engendrant une augmentation anormale de l’hormone secrétée, la parathormone (PTH). Au nombre de quatre, les parathyroïdes sont situées à la base du cou, accolées à l’arrière de la thyroïde. Les glandes parathyroïdes font partie du système endocrinien. Pourquoi présenter cette maladie dans un groupe thyroïde ?

Parce que souvent,  les symptômes se rapprochent fortement d’und maladie de la thyroïde, et qu’unies nous seront toujours plus fortes.

C182754E-CBA6-494F-9FF5-86744612D8F9

( 20 décembre, 2021 )

Le regard des autres

Le regard des autres est terrible, car il régit notre vie bien malgré nous. Il interagit sur ce que nous sommes vraiment, pouvant aller jusqu’à fausser notre jugement. Partout où nous posons un pied, nous nous heurtons au regard des autres, parfois avec violence. Ce regard peut passer par des mots très durs :  « Tu es nulle », « Votre travail est à refaire », « Vous ne comprenez jamais rien ! » Si vous savez ce que vous valez, il est primordial de faire abstraction de ces regards. Malheureusement, ce n’est pas toujours simple. L’angoisse dans laquelle nous plonge ces regards peut-être destructrice.  Trop souvent, nous avons la sensation de ne pas être à la hauteur,  ces regards nous empêchent d’avancer.  Autant en écriture, il ne m’a jamais posé problème, autant dans la peinture, je crains ce regard n’étant jamais satisfaite de moi. Preuve en est mon dernier tableau dont je ne suis pas satisfaite et que je ne cesse de faire et refaire sans fin …  Prendre du recul, se dire que nous n’avait pas besoin de ces regards pour exister, que seul notre regard à nous sur nous est important. Et si on réfléchit bien, on peut s’interroger sur une réalité, on ne peut plaire à tout le monde, tout comme on ne peut aimer tout le monde.  Une fois que ce « besoin d’amour » est accepté et compris, le regard des autres ne pèsera plus sur nos vies. Enfin, c’est ce que nous devons croire !

 

Mon dernier tableau imaginatif

B5BA3B45-2802-4AAB-9E61-C67C58CD0560

( 19 décembre, 2021 )

Pause positive

Le monde est devenu fou !

Le monde est stressant, culpabilisant. Au début de la pandémie, on culpabilisait les vieux d’être vieux et d’inonder les hôpitaux, aujourd’hui, ce sont les enfants très contagieux (alors qu’ils ne l’étaient pas il y a trois mois) et les non-vaccinés. Hier, j’ai assisté à une scène poignante.  Un « vieux » a littéralement fait voler un gamin de trois ans sur le sol, car il était, comme tout gosse, proche de lui en lui hurlant : Tu es contaminant !

Honte à ces politiciens qui utilisent de tels mots retenus par des esprits étroits. Je n’ose imaginer l’impact sur leur développement psychologique. J’ai toujours détesté la politique et les hypocrites, mais je déteste encore plus les imbéciles. Voilà pourquoi j’ai décidé de ne plus regarder les informations négatives, inutiles et jouant avec la peur des hommes, de ne plus lire ceux qui m’envoient des mp avec des informations qui ne servent qu’à attiser la peur. Il y a des personnes qui semblent se délecter dans le négatif, s’en aluminium, un peu comme des vampires. Ils ne vont jamais bien, ont toujours le malheur du monde sur les épaules, mais en parlent, en parlent, en particulier du « vivirus » comme si c’était un membre de leur famille.

Faites une pause, une vraie, une vraie pause énergétique. C’est primordial pour votre organisme. C’est un peu comme si on coupait un interrupteur pour éviter la surchauffe. La vie moderne, les pensées négatives imposent un rythme générant beaucoup de stress. L’énergie positive doit circuler, sans entrave.

Se poser, c’est s’autorisé à attendre que son esprit se vider, que les problèmes qui tournent en boucle s’envolent. Dit ainsi, cela semble facile, mais le culpabilité revient souvent à la surface, et elle s’ajoute au négatif ambiant !

Il faut se convaincre que chacun a le droit de s’assoir sur un banc les yeux dans les étoiles. Ce n’est pas du temps perdu. C’est du temps où nous nous retrouvons vraiment, seul ou avec ceux que l’on aime, peu importe, mais loin de cette ambiance volontairement négative.

8A9BB9D1-FA70-4839-9725-3DE8E433CEC5

( 18 décembre, 2021 )

En colère

Alors non, ça ne va pas, mais pas du tout !  Alors oui, j’en ai marre de ces mesures qui divisent l’humain !

Je le dis, je lève le poing !

La bonne éducation impose de « faire semblant d’aller bien » même lorsque l’on va mal. Il suffit de constater le nombre de fois où nous répondons « ça va » lorsque l’on nous demande comment nous allons, demande souvent automatique dont l’interlocuteur n’attend aucune réponse. Faire semblant d’aller bien, faire semblant d’être heureux, beaucoup de personnes fonctionnent ainsi en public, se précipitant en rentrant chez eux sur une bouteille d’alcool ou des antidépresseurs.

Il faut bien comprendre que l’on a le droit d’aller mal, que l’on ne peut pas toujours aller bien, tout comme on ne peut pas être heureux tout le temps. Il faut se retrouve, dire lorsque l’on va mal sinon on se détruit à petit feu de l’intérieur.

Je suis en colère contre un monde qui s’effondre, où on supprime petit à petit des libertés, sans que cela ne choque personne parce que tout simplement la peur gouverne les hommes, une terre qui est tellement polluée qu’elle se meure.

Alors j’ose dire que ça ne va pas bien, c’est certainement la seule liberté qui me reste, ma bouffée d’oxygène, et certainement la vérité. Celle que personne ne veut entendre !

( 17 décembre, 2021 )

Mon premier livre

Il y a huit ans sortait mon premier livre. Je me souviens encore de ce moment unique où j’ai tenu « ce bébé » entre mes mains, un accouchement livresque, un défi auquel je ne croyais pas.  Même si ma mémoire s’étiole avec le temps qui passe, je me souviens encore de toutes les étapes de ce livre, ma collaboration avec des collègues sans qui l’essence de ce roman n’aurait jamais vu le jour, ces moments que nous passions à inventer des situations burlesques pour mes personnages. Que de fous rires nous avons eu parfois.  Une autre vie.

Aujourd’hui, l’eau a passé sous le pont, limpide, laissant sur sa route, d’autres écrits, d’autres manuscrits, de nombreux écrits, mais malgré les multiples imperfections de ce polar, il conserve une saveur particulière, celle « de la première fois », celle d’un livre sorti des limbes, passé par diverses éditions, mais qui a eu ce fabuleux impact, celui de m’avoir ouvert les portes d’un monde que je ne connaissais pas.

93A68780-BC52-48F0-8E54-0D494C02F3DD

( 16 décembre, 2021 )

Ces choses merveilleuses

Nous sommes tous des créateurs de nos vies, capables de créer des choses merveilleuses, uniques.

Il est important d’avoir confiance dans notre capacité à créer. Nous sommes tous des Créateurs, quelque soit le domaine, des constructeurs de l’impossible.

Alors osons, osez, franchissez vos limites pour toujours aller plus loin.  La création n’en a pas. Vous n’en avez pas. Cela s’appelle simplement vivre ! Vivre l’INSTANT !

60338542-4E53-4A52-BDE3-6C1DD260A791

carte réalisée en stage de dessin

( 15 décembre, 2021 )

Le bien-vivre au quotidien

Entretenir son corps est important. C’est pour cela qu’il faut veiller à sa qualité de vie.  Ce n’était pas le cas il y a un siècle où la notion de bien-être était bien la dernière chose à laquelle les hommes auraient pensé ! Le bien-être permet d’être en harmonie avec les autres, avec son corps, avec son équilibre. Le bien-être passe par l’aménagement du lieu de vie qui doit nous ressembler, d’où l’importance de ne se mettre en couple qu’avec une personne ayant besoin d’un équilibre similaire. Si vous aimez les bougies, ne prenez pas un compagnon qui les déteste, pareil si vous aimez les chats et pas lui.

De nombreuses ouvertures sont accessibles pour se sentir bien même si certaines semblent étranges à certaines personnes. Je pense notamment au Feng Shui, qui est un art destiné à harmoniser énergétiquement un lieu.  Même si cela fait un peu sorcellerie, certaines demeures sont empreintes de l’énergie des précédents occupants. Est-ce que cela fonctionne ? Peut-être, n’importe comment cela ne coûte rien d’essayer. Entretenir son corps est important également, et la méditation ou le yoga peuvent procurer un réel bien-être. Il faut tester ce qui convient le plus, car chaque personne est différente. Le bien vivre passe également par une bonne hygiène de vie, en particulier avoir un bon sommeil, calme, régulier et suffisant en nombre d’heures.

Favoriser le maximum de moments de plein air pour que le corps prenne le maximum de luminosité. Marcher dans la verdure permet de se reconnecter à son enfant intérieur. Dans tous les cas, le bien-vivre est intimement lié à une vie sereine où le stress doit-être banni. Parfois, il faut savoir faire des choix pour se garantir cette zénitude. Ne pas hésiter à se faire aider par un psychologue, à choisir des thérapies parallèles comme le Reiki ou le Shiatsu, à bien s’entourer.

Trop souvent, le bien-être a un coût, malheureusement.

En tous les cas, bien-vivre est la clé d’une vie épanouie et sereine.

7F4CDD54-9B60-44C2-B1D6-EBAADBE99188

1234
« Page Précédente  Page Suivante »
|