( 25 octobre, 2023 )

Société cloisonnée et vieillesse

Dans le temps, les vieux étaient gardés au coin du feu, faisant peut-être partie des meubles, mais au moins, ils partaient entourés. Aujourd’hui, ils finissent inéluctablement en Ehpad, un endroit aseptisé où on est loin d’être entourés. Ce cloisonnement entre jeunesse et vieillesse est une des pires erreurs de notre société, incompréhensible dans un monde dit civilisé. Comme si la vieillesse était une tare. J’ai assisté à des scènes, hors pandémie, où des établissements pour personnes âgées refusaient les enfants, parce qu’ils faisaient trop de bruit et qu’ils salissaient partout. Quelle excuse débile ! Rien de mieux que les rires et l’innocence d’un enfant pour mettre du soleil dans la vie d’une personne âgée.
À quand les rencontres régulières entre les Ehpad et les écoles ou les centres de loisirs ? À quand ce magnifique passage de mémoire avec le siècle d’avant ? À quand la tendresse intergénérationnelle ?
Cessons de tout cloisonner et ouvrons nos bras et nos cœurs …

0C65344F-A312-4B4A-A109-B73FD08B2779

2 Commentaires à “ Société cloisonnée et vieillesse ” »

  1. 010446g dit :

    souvenir:
    Peut-être connaissez-vous cette friandise lyonnaise et/ou nord dauphinoise ?

    Cette année-là, les classes s’étaient réparties la préparation : les petites classes avaient cassé les œufs et pétri la pâte, les cours élémentaires avaient manié le rouleau à pâtisserie pour étendre au maximum les boules restées au repos une nuit… et les cours moyens se chargeaient sous haute surveillance de mettre à frire et de retirer, couvrir de sucre glace, et mettre au frais.

    C’est que le lendemain, c’était mardi gras, et au lieu de défiler bêtement dans la rue, chaque classe avait prévu un petit morceau de bravoure (c’est à ça que servent les moments de « théâtre »!) pour aller divertir les vieux de la maison de retraite voisine… et partager avec eux, ensuite, les bugnes préparées…
    L’opération ne fut pas renouvelée… Mais peut-être parce que les visages étaient un peu trop crépus pour l’établissement d’accueil…

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Un, deux, trois...

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|