( 10 décembre, 2019 )

Les obstacles

Rêver les yeux ouverts, c’est mon leitmotiv ! Aller jusqu’au bout de ses rêves, ne pas renoncer, seulement, si c’était si simple, tout le monde réussirait ! On a beau vouloir, avancer, bien malgré nous, on se prend régulièrement les pieds dans des racines qui nous font basculer. Beaucoup vont aller renoncer, faire demi-tour, ce qui revient à faire dire que seuls obstacles que l’on a sont ceux que l’on se donne.

Seulement, est-ce parce que vous avez une grosse racine qui vous bloque le passage que vous devez abandonner ou baisser les bras ? Faire demi- tour ? Pourquoi pas si c’est pour prendre un autre chemin, peut-être plus long, mais qui nous mènera au final où nous avons envie d’aller. Enjamber la racine ou tenter de la couper ? Faisable !

Dans les deux cas, on va inexorablement perdre du temps, ce qui fait que de nombreuses personnes vont simplement renoncer parce que « c’est trop dur ! »

Là va s’en suivre une phase de colère «  Ma vie est pourrie ! Je n’ai jamais de chance ! » à une phase de dépression « Puisque je n’atteins jamais mes rêves, c’est que je suis nulle ! »

La racine devient soudain une montagne et face à une montagne, c’est bien difficile d’agir. Et là, c’est fichu !

Il est donc important d’arriver à préparer son mode de pensées. « Je sais que ma vie sera jalonnée d’obstacles. Je l’ai compris. Je sais aussi que ces obstacles ne son pas un échec. Je sais surtout que je vais me donner les moyens de réussir même si pour cela je doit prendre mon temps et un autre chemin. ».

C4F79848-C36A-4465-A82C-D8CB9A038247

( 9 décembre, 2019 )

Hashimoto et l’écoute du corps

 

Pourquoi faut-il être à l’écoute avec une thyroïde d’Hashimoto ?

Pour une raison simple, il n’est pas question dans ce cas précis d’un simple dysfonctionnement thyroïdien faisant suite à une grossesse ou une ménopause, mais il s’agit d’un problème au niveau des anticorps qui ont décidé de n’en faire qu’à leur tête et au lieu de faire leur travail, ils vont s’attaquer à cette glande pour la détruire.

On se retrouve donc avec deux problèmes : une possibilité d’hypothyroïdie qui va faire bouger sensiblement la TSH et des anticorps tpo qui vont, eux, continuer leur travail de destruction.

Certains vous diront que l’on peut faire régresser des anticorps avec des régimes ou autres. Attention ! Si des résultats furent visibles, ce ne fut que sur des taux d’anticorps relativement bas. Une personne avec des tpo avoisinant les 3000 ou 6000 aura beau faire un régime sans gluten ou prendre des huiles essentielles, elle ne fera pas disparaître cette maladie auto-immune.

Une fois que l’on est diagnostiqué « Hashimoto », c’est à vie ! Et même si la pathologie semble avoir pris des vacances un temps, elle est toujours là, sournoise et peut ressurgir au moment où on s’y attend le moins.

Faut-il pour autant un traitement d’hormones de synthèse ?

Si les anticorps sont bas, la tsh normale et que la personne ne présente aucun symptômes, inutile de passer par un traitement. L’important est cette écoute du corps qui est primordiale.

Il y a sept ans, j’aurais été plus favorable aux traitements systématiques, mais depuis l’eau a coulé sous les ponts et seuls les imbéciles ne changent pas d’avis.

Il est donc important de faire au moins deux fois par an une prise de sang, surtout si une grosse fatigue s’installe, mais si le corps va bien, si le coeur marche correctement, si la personne est en pleine forme, pourquoi lui donner un traitement préventif même si la tsh est « bizarre » ? En particulier si cette prescription fait suite à un accouchement ou à un problème de santé.

Notre corps a la capacité de se remettre sur les rails dans plus de 80% des cas. Si par contre, de vilains symptômes s’ajoutent : problèmes de mémoire, digestifs, cardiaques, asthénie, dépression etc, là il faut se poser la vraie question : avons-nous envie de tirer sur la corde en attendant qu’elle casse ou allons-nous simplement donner un petit coup de pouce à notre thyroïde ?

Un traitement ne peut-être pris à la légère surtout lorsque l’on voit depuis quelques années tous les problèmes liés aux dosages ou aux allergies aux excipients.

Avant c’était différent, nous disait dernièrement une adhérente. Je pense surtout qu’avant 2002, avant l’Europe, on avait réduit l’ajout de tous ces excipients qui bousillent les organismes. À vouloir en fabriquer plus pour une durée plus longue pour faire plus d’argent, on ne peut avoir une qualité parfaite. Sans jouer l’avocat du Diable, on le voit régulièrement avec les objets ou vêtements fabriqués en Chine.

Il faut donc bien choisir le traitement qui convient quitte à hausser le ton face aux médecins qui ne sont pas toujours compatissants. Dommage qu’il n’y ait pas plus de ces soignants Hashimoto, je suis certaine que le regard sur cette maladie changerait !

Ensuite, une fois le traitement supporté, bien veiller durant les premiers mois à son dosage. On sait aujourd’hui que les comprimés sont moins bien assimilés que les gouttes Serb ou le Tcaps et donc pour ces deux derniers médicaments, il faut donc prescrire un dosage plus faible sinon le patient se retrouve avec des palpitations, maux de tête etc … Il va juger que le traitement est mauvais alors qu’il n’est question que d’un surdosage. Il est vrai que cela devrait être anticipé au départ !

Revenons donc à notre point de départ : pourquoi être à l’écoute de son corps avec Hashimoto ?

Tout d’abord parce que ce ne sont pas les toubibs qui vont l’être pour nous. La thyroïde, ce n’est pas leur tasse de thé car bien trop complexe !

Ensuite parce que nous sommes les seuls, surtout avec l’habitude, à comprendre comment réagit notre organisme : frilosité soudaine, prise de poids inexpliquée, digestion perturbée etc. Le danger serait de tout mettre sur le dos de la thyroïde.

Certains malaises comme maux de ventre, de tête, sueurs froides peuvent simplement être une intoxication alimentaire, donc apprendre à prendre du recul, à s’écouter.

Un stress important va faire grimper les anticorps, va déstabiliser l’organisme, va parfois même provoquer des problèmes d’hypertension ou des crises d’angoisse, des insomnies etc

Le lien avec un dysfonctionnement thyroïdien reste probable et surtout il n’est pas « dans la tête ». Ça, c’est la réflexion de ceux qui ne savent pas quoi dire, qui ne trouvent pas la cause exacte, qui ne comprennent pas.

La thyroïde est une glande qui devrait fonctionner parfaitement pour permettre au corps d’être au mieux de sa forme, un peu comme l’essence d’une voiture. Sans un bon fonctionnement, la voiture n’avance pas. Sans une thyroïde en état de marche, le corps va être en piteux état !

Alors, donnons le bon carburant à notre organisme et surtout, écoutons le !

 

N’hésitez pas à offrir ce recueil pour que vos proches, vos médecins continuent en 2020 de soutenir notre combat !

 

https://www.evidence-boutique.com/samsara/maladies-thyroidiennes-devoreuses-de-vie

 

2743AE1B-B228-416A-AADC-A5189788BA43

( 9 décembre, 2019 )

La PMA

 

Je suis une fervente partisante de la PMA pour tous, simplement parce que le Moyen-Âge est révolu et qu’il faut vivre avec sin temps. Ce qui choquait hier n’a plus aucune raison de poser problème aujourd’hui. La preuve en est « le mariage pour tous » qui a fait couler beaucoup d’encre est maintenant rentré dans les moeurs. Pourquoi cette forme de procréation est-elle si décriée ? Est-ce à cause de l’impact religieux qui a un véritable poids en énonçant qu’un homme doit impérativement s’accoupler avec une femme ? Mais là encore, comment des personnes intelligentes ne se rendent-elles pas compte que ces dogmes, qui au fond n’étaient rien de plus que des lois, destinées à une certaine époque pour une raison précise inhérente à cette civilisation, ces lois n’ont plus aucune raison d’être de nos jours. Et que l’on n’aille pas me sortir le magnifique refrain qu’un enfant a besoin de ses deux parents biologiques pour se construire ! Un enfant a juste besoin de personnes qui l’aiment et que ce soit au sein d’un couple gay ou d’un couple hétéro, seul cet amour importe ! Et croyez-moi, j’en ai croisé des familles « normales » comme osent le dire certains où l’enfant était en véritable souffrance et à l’inverse, des fillettes issues de PMA ayant deux mamans totalement bien dans sa peau !

Une fois encore, l’humain est en constante évolution et il serait peut-être temps de jeter les anciennes pensées pour faire un reset positif !

EBB25236-A0BB-4C30-8919-FAA4F374E1E8

( 8 décembre, 2019 )

La paralysie du choix

 

Qui ne s’est pas déjà trouvé confronté à cette notion de choix ? Que ce soit pour des décisions de vie ou des choix d’achat, on se retrouve toujours devant cette réalité : notre monde regorge de choix, de possibilités et cette avalanche commerciale peut nous pousser à une véritable paralysie de choix.

Trop de choix tuent le choix !

Je le vis régulièrement lorsque je me trouve dans un rayon « beaux arts », avec une envie de tout, touchant les couleurs, les toiles, imaginant, rêvant puis repartant les mains vides vu les prix.

Et quant à la lecture, quelle histoire ! Régulièrement, je me trouve dans cette situation après avoir terminé un livre. Lequel sera le suivant ? Vais-je me laisser tenter par le dernier best-seller dont tout le monde parle sur Facebook ? Vais-je plutôt opter pour ce livre qui prend la poussière ou relire ce vieux bouquin que j’avais tant aimé ?

 

Ainsi nait la paralysie du choix. Trop de routes à prendre, trop d’ouvertures.

Dans la vie, c’est pareil. Souvent, on espère voire on dessine une vie parfaite et un jour, on se heurte à un mur. Pour le traverser, il faut trouver les failles, les petites portes, mais parfois on se retrouve bloqué sans pouvoir avancer. Frustration intense !

Un peu comme si on se retrouvait des heures à choisir un resto et au final lorsque l’on se décide, tous les restaurants sont fermés.

 

Une solution ? Prendre du recul, s’éloigner des choix pour au final finir par toucher du doigt ce qui nous conviendra vraiment.

 

AB20B790-222E-4A55-86D4-A53A105A7CAE

( 7 décembre, 2019 )

Il n’y a pas d’âge pour apprendre !

 

Que c’est fatigant toutes ces personnes convaincues que seuls les jeunes sont capables d’apprendre ! Il n’y a pas d’âge pour apprendre ! C’est vrai que dans notre cerveau, il paraît que les neurones vieillissent, mais cela ne veut pas dire que l’on est sénile, juste que ces apprentissages seront certainement plus longs. La faculté d’apprentissage est un processus qui dure toute une vie. Il faut juste croire en soi. Alors pourquoi à partir de quarante ans nous sommes souvent confrontés à une impression de ralentissement ? Peut-être simplement parce que nous avons peur ! Et la peur est un sentiment terrible qui nous empêche de vivre.

Et puis, une fois cette peur passée, un adulte est souvent beaucoup plus motivé qu’un jeune ! Regardez, chaque année des personnes de quatre-vingt ans passent leur baccalauréat avec succès ! Je trouve cela génial !

Alors que vous ayez quarante ans ou plus, si l’envie de vous mettre aux études, à la plume, aux pinceaux, à l’apprentissage du russe ou du mandarin, à découvrir l’informatique ou à simplement faire un tour sur les bancs de la fac, foncez !

En ce qui me concerne, je n’ai jamais aimé autant apprendre ! L’apprentissage du dessin et de la peinture, mais aussi l’histoire de l’art et également je travaille sur l’histoire avec un grand H. J’approfondie mes faibles connaissances juste pour le plaisir, et apprendre pour soi, c’est franchement jouissif !

Apprendre, c’est simplement changer sa façon de voir la vie, de penser, d’exister.

 

6DCF5341-8ABD-4F1C-9AEE-26DC17B24A47

( 6 décembre, 2019 )

Ces droits qui font oublier les devoirs.

 

Certes, il faut vivre avec son temps, seulement je sature un peu de lire partout « les enfants ont des droits », « respectons les droits des enfants » … Bien sûr, depuis les années Dolto, on a donné la parole aux enfants, les considérant comme des individus à part entière, ce qu’ils sont. On leur a donc donné des droits. Une bonne chose. Seulement, comme l’homme a tendance à être limité, il a confondu « droit » et «  sans limite », et nous assistons aujourd’hui à cette génération post-Dolto qui est incapable de donner une limite à ses enfants. Alors le papounet va passer des heures à expliquer au diablotin que « c’est pas bien de déchirer un livre » ou qu’il ne faut pas « casser le jouet du copain à l’école ». Le petit chou va alors, contrarié, se rouler sur le sol, hurler, s’exprimer. «  C’est bien ! Il exprime sa frustration ! » m’a dit un jour, un parent. On peut imaginer ce que sera cet enfant, adulte, quelle sera sa réaction si on lui résiste !

Dans tout cela, on a oublié l’essentiel : l’enfant a des droits, oui, mais il a aussi des devoirs ! Et le premier est de se plier aux normes de la société nécessaire pour bien vivre ensemble. Il va donc lui être bénéfique d’accepter l’interdit, de se plier aux règles d’une classe, de ne pas faire ce qu’il veut.

Je suis inquiète face à cette génération qui ne supporte pas la moindre contrariété, génération adulée par les adultes prêts à tous les sacrifices pour le bien-être de leur progéniture, n’hésitant pas à trouver des excuses dignes d’une série B si le chérubin a castagné son voisin de classe ou piquer dans un magasin.

Il serait bon de changer cette propagande universelle par « les enfants ont certes des droits, mais ils ont avant tout des devoirs. ! »

 

EB977D24-29AE-421F-83C7-47784B7863D0

( 5 décembre, 2019 )

La réforme des retraites

 

Venant de partir en retraite anticipée, je ne suis pas théoriquement impactée par cette future réforme, mais il faut tout de même savoir qu’avec elle, si j’étais partie dans plusieurs années à l’âge légal, j’aurais touché, avec leur histoire de points, 200€ de moins qu’aujourd’hui ! ( alors que je suis seulement actuellement à 54% !!!) Quand même ! Y’a un beug, non ?

Je soutiens donc totalement mes anciens collègues et tous les perdants de ce futur régime. Je lève le poing face à ceux qui hurlent aux privilèges (en général ce sont ceux qui ont un bon salaire ou une bonne retraite, qui n’ont jamais eu un travail physiquement pénible ou des horaires de nuit)

Bien sûr, les caisses de l’état sont vides ! Seulement, la faute à qui ? Pas « aux salaires moyens » qui n’ont pas touché d’allocations à outrance dans leur vie ( que ce soit familiales, chômage ou autres). Ce fut mon cas ! Je n’ai jamais dépendu de la société car toujours quelques euros de trop pour bénéficier de l’allocation scolaire par exemple.

Je me bats depuis toujours pour conserver cette citoyenneté qui passe par un système éducatif de qualité ( en baisse depuis dix ans), un système de santé pour tous et le droit à la retraite. Tous ces acquis sont en train de disparaître ! Est-ce parce que nous avons un président trop jeune pour comprendre ?

Après, dernièrement j’ai assisté à un vrai débat entre ceux qui voulaient conserver un départ anticipé sans décotes ( car c’est un vrai scandale cette décote), et ceux qui ne voulaient pas cesser de travailler. ( si! si ! Il y en a qui ont soixante-cinq ans et qui bien au chaud dans un bureau ne veulent pas s’arrêter de peur de s’ennuyer !)

Ceux qui lèvent le poing se heurtent donc inéluctablement à ceux qui veulent travailler, simplement parce qu’ils ne savent souvent rien faire d’autres, parce qu’ils ont besoin de cette étiquette «  chirurgien, avocat, ministre, chef d’entreprise » accolée sur leur front.

Mais les autres ? La caissière qui bosse en supermarché, comment va-t-elle tenir à 65 ans ? L’infirmière, l’aide-soignante ? Je ne reparlerai pas des enseignants par tout le monde connait mon avis, mais comment tenir à cet âge une classe quand déjà des jeunes de trente ans sont en dépression ? Et ceux dans les usines ? Ceux qui bossent sur les chantiers ?

Cotiser toute une vie pour se retrouver imputés au moment du départ de 30% … c’est ce que j’ai vécu après 35 ans de service. C’est chaud ! Mais au moins j’ai eu le choix !

Les prochains n’auront pas ce choix à cause de la décote et c’est un vrai scandale !

Et au final, cette réforme ne va-t-elle pas fonder un wagon de vieux travailleurs bloquant ainsi la mise sur le marché de jeunes têtes intelligentes ?

L’avenir me semble bien sombre et même si la grève d’aujourd’hui « emmerde » beaucoup de personnes, il serait temps que l’état s’interroge vraiment sur des solutions plus humaines ! ( plafond de retraite à 5000€ maximum, taxes sur les riches etc) mais bon, une utopie, certainement !

06198FCA-C240-4188-AD5D-D902809B0803

( 4 décembre, 2019 )

La paresse

Je n’ai pas vraiment appris dans ma vie à être paresseuse, peut-être parce qu’après avoir eu cinq enfants, je me suis sentie obligée d’être à la hauteur comme on dit, d’assurer aussi bien au niveau du travail que de ma vie familiale. Résultat, j’ai plus ou moins consciemment rayé le mot « paresse » de mon vocabulaire, ne m’autorisant pas à prendre du temps pour moi. Et puis, la donne a changé. Deux décès « de sang » comme on dit en moins de quatre mois, une vraie claque de la vie et là, je ressens comme par magie ce besoin de ne rien faire, de me laisser vivre, de m’autoriser à ne rien brusquer et franchement, c’est diablement bon !

Paresse pour faire du sport sans culpabiliser, car je sais que je marche quotidiennement ou presque, que je fais duvélo d’appartement ou du tapis quand je veux, et cela me va ! Et puis au fond qu’est-ce que cela changera puisque l’on finit tous les pieds devant ? Pourquoi nous obstinons-nous à vouloir avaler des heures à suer ?  C’est la même chose avec les régimes, comme si le début de l’hiver était le bon moment alors que le froid nous grignote les orteils. Si je fais attention, c’est pour mon cardio et non pour une image à renvoyer.

Pas envie de sortir, juste besoin de se retrouver au calme avec un bon bouquin. Qui n’en a pas secrètement rêvé ? Être juste là, sur son canapé, avec un thé fumant …

Rester au chaud avec des pinceaux au bout des doigts ou un carnet pour y noter de nouvelles idées, sans pression, sans se donner une pression.

Je n’ai jamais été paresseuse et soudain, j’ai une envie irrésistible de l’être, simplement parce que ce temps que beaucoup penseraient perdu, ce sera au final du temps gagné. Simplement parce que la vie trop accélérée, c’est une vie sur laquelle on ne se sera pas arrêtée. Et quelle erreur ! La paresse, c’est s’autoriser à regarder la Beauté avec les yeux fermés.

 

FB7AAD49-08F8-4EF2-AB0F-FA5BAA2A7050

( 3 décembre, 2019 )

Ne laisse pas le temps te dévorer.

Vis comme si chaque jour devait finir demain ! Le temps passe bien trop vite. On ne peut pas le stopper même si on en rêve. Vis comme si tu devais mourir demain, simplement parce que tu en as le droit. Certes, ce ne sont que des mots, et souvent la réalité est bien plus difficile. Parce que si tant de personnes courent après le temps, c’est que tricoter les mailles de notre existence bouffent littéralement. On a beau faire, nous sommes phagocytés par ce temps, broyés, dévorés. Le travail, la famille, les enfants, les amis, la vie nous sollicite en permanence. Comment survivre à toutes ces stimulations ? S’autoriser à dire stop, à ne pas se sentir obligé de dire oui est un premier pas.

Nous devons apprendre à nous poser, à faire des pauses. Pas toujours facile lorsque l’on est en couple ou avec des enfants allez-vous me dire. C’est vrai, mais aucun humain ne peut rester coller à un autre sans manquer d’oxygène. S’autoriser à prendre du temps rien que pour soi, c’est respirer à pleins poumons. Alors, non, ce temps-là n’est pas du temps perdu, ce n’est pas du temps qui semble s’évaporer, c’est juste du temps qui permet de ne pas se faire dévorer et qui nous pousse alors à nous envoler.

 

77D403CB-2E1B-49B6-9946-9E30BA391A92

( 2 décembre, 2019 )

La thyroïde souffre en hiver …

 

Question récurrente : quel impact les saisons ont-elles sur notre thyroïde ?

L’approche de l’hiver agresse la thyroïde simplement parce que cette saison agresse tout notre corps même celui d’une personne en bonne santé. Le changement de saison impose de nouvelles règles à notre organisme. Ce n’est nullement systématique, certains chanceux y échappent, mais il faut savoir que de nombreuses personnes en particulier celles atteintes d’une thyroïde Hashimoto trinquent lorsque l’hiver approche. La question revient constamment : une personne avec un dérèglement thyroïdien va-t-elle tomber plus facilement malade ?

Il semblerait ( mais deux théories scientifiques s’affrontent) qu’Hashimoto augmenterait la sensibilité à la grippe, aux gastro, à tous virus qui traînent. Il est bon de rappeler que dans cette maladie certains anticorps du patient agressent la thyroïde et perturbent son fonctionnement, avec pour conséquence une sécrétion insuffisante d’hormones thyroïdiennes. Certains spécialistes affirment qu’en luttant contre un virus grippal ou une angine, notre corps en fabriquant des anticorps « classiques » vont également augmenter les anticorps thyroïdiens et provoquer une thyroïdite, même chez un sujet avec un dosage équilibré.

Vrai ou faux, c’est bien difficile à prouver ! Une chose est sure, c’est que de nombreux témoignages valident le fait que l’on met plus de temps à se remettre d’un virus hivernal lorsque la thyroïde déraille ! La fatigue sera plus grande ‘après », les rechutes possibles également.

Que faire pour lutter contre ?

Pas grand chose hormis utiliser les méthodes de nos grands-mères.

Un bon jus d’orange pressée le matin pour la vitamine C.

Se faire prescrire de la vitamine D et en prendre tout l’hiver.

Manger sainement les légumes de saison en évitant de s’alourdir de graisses.

Bien se couvrir quand on sort.

Après, certaines personnes sont partisantes du vaccin contre la grippe. Ce n’est pas mon cas. Je prends depuis plus de vingt ans le vaccin homéopathique de l’année en cours influenzinum 2019/2020 à raison de 8 granules chaque semaine durant 3 semaines puis répétition un mois plus tard.

C’est un choix personnel qui n’engage que moi, mais mon dernier qui aura bientôt dix-huit ans, soigné de cette manière, n’est jamais tombé malade ! C’est vrai qu’il n’a pas de problème thyroïdien ! :)

En tous les cas, prendre soin de soi en hiver, ne pas oublier de s’hydrater, car souvent on zappe cette étape vu qu’il faut froid en oubliant que nos reins sont ralentis avec cette maladie.

Bonne approche de l’hiver amis papillons !

D40253F6-9E8F-4F37-BCF4-9DCC2397DD61

12345...292
Page Suivante »
|