( 17 avril, 2021 )

L’industrie pharmaceutique …

Beaucoup de mes romans policiers pointent du doigt Big Pharma et ses profits, un de mes sujets de prédilection. Pourquoi allez-vous me demander ? Simplement parce que mon expérience de vie m’a invitée à traîner mes savates dans le milieu hospitalier, aussi bien lors de mes études de puériculture que lorsque mon fils fut malade. Là, j’ai croisé la route de chercheurs passionnés dénichant des traitements efficaces mais peu rentables, donc non acceptés sur le marché pharmaceutique, et à l’inverse des cochonneries bien plus juteuses pour l’hôpital avec qui les contrats furent signés.

Comment ne pas être écoeurée lorsque l’on voit toutes les magouilles politiquement correctes liées à la fabrication d’un nouveau traitement, ces guérillas entre pays voire entre continents, à celui qui va vendre ( ce mot me fait hurler, car on devrait dire soigner) le plus de personnes possibles. Cela n’a-t-il pas un air de déjà vu : scandale des laboratoires Merck pour le nouveau Lévothyrox ou du Médiator ?

À quel moment, ce monde-là s’intéresse-t-il vraiment aux malades plutôt qu’aux valeurs boursières ? Et le pire, nous n’en connaissons que la pointe de l’iceberg !

Alors oui, je continuerai régulièrement à lancer un pic justifié dans mes écrits, parce qu’une fois encore, seul compte le profit au détriment de l’humain. Et peut-être seul un auteur peut encore le dire sans être traité de complotiste !

08AF13FE-130D-44B1-BD00-A5C90CB9A724

( 16 avril, 2021 )

Pourquoi apprendre est-il si important dans le domaine littéraire et artistique ?

Comme beaucoup, avant, je pensais que l’art était inné, que ce soit l’écriture, la photographie, qu’il suffisait de prendre un pinceau et de dessiner sur une feuille pour en faire un chef-d’œuvre. Et puis, j’ai découvert que sans base, on n’obtiendra jamais rien de bon, qu’il fallait du travail, beaucoup de travail, et surtout apprendre.  Ce n’est pas une perte de temps.

On sait tous que tout apprentissage aide à donner confiance en soi et à ne pas abandonner. Ainsi, apprendre une technique permet une assurance et surtout évite d’abandonner trop vite. Certaines personnes pourtant sont autodidactes et apprennent tout seules, mais elles apprennent, de leurs erreurs en particulier. Je pense à mon père qui n’a jamais pris un cours de peinture, et qui a tout de même appris tout seul en copiant différents tableaux. Une forme d’apprentissage.

Apprendre à bien écrire un manuscrit est également primordial, il y a des règles que l’on découvre lorsque l’on lâche la plume. Pour la photo, c’est pareil. On peut s’amuser à figer des images, mais pour en faire des chefs-d’œuvres il est bon d’apprendre à se servir de logiciels ou d’écouter les conseils des professionnels.

Tout le monde peut écrire, prendre des photos, peindre ou dessiner, cela fait partie de la communication des émotions et il ne faut pas négliger le plaisir d’apprendre qui est important ! Il est illimité pour chaque personne qui peut en avoir envie.

Apprendre, c’est s’entraîner à essayer, à recommencer, à gommer, à faire des croquis, à tester des couleurs, à faire des dessins, peu importe. Ne jamais cesser de s’exercer et même si parfois c’est trop dur, laisser de côté, pour mieux reprendre plus tard. Le travail finit toujours par payer en art comme pour tout !

BF503D27-D258-45C0-8074-F2B88E1120EE

( 15 avril, 2021 )

Ces manuscrits inachevés

Les feuilles s’empilent, se mélangent. Les mots se dessinent à l’encre noire au gré de leurs envies. L’inspiration frappe quand elle veut, quand elle peut. Différents genres, différentes idées, peu importe. Seules les lignes tracées sont importantes. Elles viennent du coeur, de l’âme, du tréfonds de nos entrailles.

Que de manuscrits inachevés s’entassent sur mon Ipad, des histoires pour enfants, des romances débutées, des scènes de polar amorcés. L’inspiration ne s’invente pas, ne se force pas, elle prend à la gorge comme une nécessité, puis une fois calmée, elle s’envole pour quelques heures ou semaines, mais ce qui est bon, c’est de se dire que le plus important sera qu’un jour, le mot fin sera mis à tous ces manuscrits inachevés.

284DD27B-AF49-4823-AE8C-5B9F392656DB

( 14 avril, 2021 )

Voyager au-delà des rêves …

Certaines personnes rêvent sans cesse de faire le tour du monde comme si voyager était la clé du bonheur. Je ne suis pas convaincue que même avec le vaccin cette vie reprenne et pour être franche, je ne fais pas partie de ceux-là, préférant de loin voyager au travers de mes mots ou de mes peintures, bien moins coûteux, il faut bien l’avouer. Le Covid a renforcé pour moi cette réalité. Partir à l’autre bout de la Terre ne me tente plus autant. Ces derniers mois, le retour à la nature, aux sources m’ont permis de me fondre dans l’essence même de la vie. J’ai l’impression de voir mon existence sans filtre, autrement, sainement, à l’écoute de ce qui est, de mes mots, de mes rêves, de l’essentiel.

Je n’ai pas besoin de prendre un avion pour être heureuse, juste de décrocher un nuage pour m’envoler au-delà des rêves avec ceux que j’aime.

03D00869-5458-4C52-AA95-8E9B836C60B6

( 13 avril, 2021 )

Alcoolisme ce fléau

Je suis fatiguée de rencontrer encore des esprits si fermés à notre époque, de ces braves gens qui traitent l’alcoolisme comme une tare alors que c’est une maladie, une cochonnerie de maladie. Il faut cesser de juger, de critiquer, de montrer du doigt.

L’alcoolisme est reconnu depuis peu d’années comme une vraie maladie. Avant on reprochait à la personne d’être faible, influençable, d’avoir eu un problème d’enfance ou de couple.

C’est bien plus compliqué. Certaines personnes n’ont même pas conscientes de friser l’alcoolisme, buvant midi et soir leurs verres de vin ou leur apéros, et n’hésitant pas à critiquer allègrement ces « poivrots » du dimanche. Le fossé entre eux n’est pas si grand, juste le verre de trop qui fait tout basculer.

On ne devient pas alcoolique en un jour. On devient addict, tout comme on peut-être addict au sucre, à la cigarette, à des somnifères, à des jeux en ligne. Une addiction comme une autre qui va s’installer petit à petit de manière sournoise, invisible même pour les proches. On notera des signes, une trop fréquente gaité, des sautes d’humeur, mais qui n’en a pas ? Et un jour, on découvre que cet autre que l’on pensait connaître n’est plus. Empestant l’alcool dès le début de la journée, la bouche pâteuse, celle que nous avons connue n’est plus. Ses traits du visage vont s’épaissir, changer, jusqu’au jour où le point de non-retour sera atteint. Le foie touché, la fin inéluctable.

Tout comme la cigarette, on devrait enseigner aux jeunes de ne jamais commencer, car l’alcoolisme détruit une vie, des vies. Certains vont sombrer dans la violence, la brutalité, d’autres dans l’apathie. Le résultat sera identique. Les enfants resteront toujours des dommages collatéraux dont les séquelles invisibles sont écrites dans la chair.

J’en veux beaucoup à la médecine souvent victime d’inertie qui devrait avoir un rôle préventif, qui pourrait éviter qu’un malade s’enfonce. Le déni d’un alcoolique est une réalité, et seuls des professionnels peuvent sortir un alcoolique de cette dépendance avant qu’il ne soit trop tard, avant de laisser la famille avec ce sentiment d’impuissance de n’avoir pas su quoi faire, avec cette culpabilité qui ronge.

Ma soeur était une alcoolique. Elle était malade. Elle n’a pas reçu l’aide qui aurait dû lui être prodiguée. Elle a beaucoup souffert, car certains médecins au lieu d’aider ces patients, leur font payer leur addiction.  Elle en est morte. Elle n’avait que 56 ans.

Alors non, que je ne vois plus personne rire de cette maladie ou la montrer du doigt !

Elle n’avait pas choisi cette maladie ni de mourir avant moi.

Elle a juste oublié un jour que l’alcoolisme est un fléau.

C5160863-0C08-48EF-AD40-04D13093FC46

( 12 avril, 2021 )

Santé, souffrance et thyroïde

Les dysfonctionnements thyroïdiens provoquent de grosses fatigues ce qui génèrent de grosses angoisses chez les malades avec une peur, celle d’être plus sujet aux infections que les autres.

Les maladies auto-immunes comme Hashimoto sont dues à une hyperactivité du système immunitaire. L’organisme produit des anticorps dirigés contre les cellules thyroïdiennes, ce qui provoque une diminution de la production d’hormones par la thyroïde. Cela ne veut pas dire pour autant qu’un malade de la thyroïde n’a plus d’anticorps pour combattre la maladie. Au contraire, certaines études montrent que ce dysfonctionnement à produire trop d’anticorps thyroïdiens inciterait le corps à mieux se défendre contre les infections. Fake ou réalité ?

Il faudrait faire des sondages réels sur une échelle mondiale pour le savoir, mais bien entendu, cela n’intéresse personne ! Et pourtant, parlons aujourd’hui de ces symptômes qui pourrissent bien la vie.

Les problèmes gynécologiques qui sont souvent mis de côté jugés « normaux ».

Ce seront ces règles plus abondantes et plus fréquentes que d’habitude, parfois hémorragiques à tel point que même certains gynécos pensent à des problèmes de polypes sans imaginer que c’est la thyroïde qui débloque. On pourra également assister à des troubles du cycle menstruel, des ménopauses précoces, des kystes ovariens. Le sommeil. On n’en parle pas assez car l’insomnie est la maladie du siècle, pourtant une thyroïde qui ne marche pas bien aura aussi le pouvoir de dérégler le sommeil.

Ce qui est contradictoire en soi puisqu’en hypothyroïdie, on a souvent envie de dormir toute la journée. Encore un point que les médecins vont mettre sur le dos de l’anxiété ou l’angoisse.

Et la liste est longue …

15% de la population a un dérèglement thyroïdien, en hausse depuis Tchernobyl. Certains parleront de causes familiales ou écologiques, le plus important n’est pas la cause, mais cette acceptation de la maladie qui est loin d’être facile.

Il est normal de ne pas comprendre.

Lorsque j’ai écrit Maladies Thyroïdiennes, j’ai posé ces mots :

« « La violence qui m’a déclenché cette maladie auto-immune m’a tuée. Des mots pires qu’un poignard. J’aurais préféré finalement une agression physique. J’aurais pu me défendre. J’ai dû subir, sans rien dire, parce qu’il est important dans notre société de ne pas faire de vagues. Aujourd’hui, quatre ans après, je vis avec cette fichue maladie. Peu importe d’où elle vient, cela n’a aucune importance. Elle est juste là, bien présente. Aucune personne ne réagit pareil face à Hashimoto. Certains auront l’immense chance de n’avoir qu’une petite fatigue (eh oui ! Il y en a !) Et ceux-là iront souvent casser le moral des autres. D’autres, comme moi, subiront cette destruction avec force. Ma thyroïde s’est volatilisée en trois mois n’en laissant que 30 %. Allez faire repartir un organisme avec si peu. Même si les médicaments sont efficaces, et heureusement, ce fut le cas, rien ne remplace une thyroïde intacte. Vivre avec Hashimoto, c’est vivre avec un couperet au-dessus de la tête en permanence. Tout va bien et d’un seul coup, sans prévenir, on s’écroule durant quelques jours. Rassurez-vous, si on est comme moi une battante, on s’y fait, le monde extérieur n’en sait rien. On assume même son travail en serrant les dents. Personne ne voit si nous sommes en loque parce que tout le monde s’en moque. Notre monde est ainsi. Terriblement égoïste. »

Extrait de Maladies thyroïdiennes

 

Aujourd’hui, cela fait déjà huit ans que je vis Hashimoto, et on s’habitue à tout. J’ai pris une retraite anticipée à cause de cette fichue maladie, et même si je ne le regrette pas, je peste juste après ces quelques kilos qui ne veulent pas partir ! Huit ans que je me bats avec des bénévoles pour aider ceux qui en ont besoin. La page FB l’envol du papillon a de plus en plus de vues et nous vous en sommes tous reconnaissants. Et même si nous avons souvent l’impression de pédaler dans la semoule, on continue d’y croire, ENSEMBLE !

Prenez soin de vous !

A8ADBD97-04A7-4006-B15D-590EBE1400B0

 

( 12 avril, 2021 )

Ne pas garder sa culpabilité

Coupable, on se sent tous coupable à un moment ou à un autre. Coupable de trop travailler, coupable de trop aimer ou pas assez, coupable de ne pas vivre pour soi, coupable d’égoïsme ou de faiblesse, coupable de faire des mauvais choix, coupable de trop agir ou à l’inverse pas assez.

Que celui qui ne s’est jamais senti coupable lève la main ! Bien sûr, cette culpabilité vient de notre éducation ou de notre empathie. Certaines personnes se sentiront souvent plus coupables que d’autres. Seulement, même si cette pseudo culpabilité n’est pas négative en soi, elle peut s’avérer un poids qui tord les boyaux.

Il faut sortir de ce cercle vicieux, simplement parce que sur la durée, la culpabilité est destructrice. On n’est rarement seul dans un choix ou une action. Ce qui veut dire que l’on n’a pas à porter une culpabilité sur nos épaules, sauf si on a assassiné son voisin.

Comment s’en libérer ? En acceptant d’avoir agi selon des circonstances que nous n’avons su ni maîtriser ni anticiper, la faire partir en hurlant pour qu’elle ne reste pas coincée ou en l’écrivant même avec des mots violents. Et surtout se rappeler que les vrais coupables, les manipulateurs, les pervers narcissiques, eux, ne connaissent jamais de sentiment de culpabilité.

Ce qui fait que nous, nous pouvons nous sentir coupables, c’est notre humanité.

EE59000A-1EC3-4470-BE60-B70E0040B3D2

( 11 avril, 2021 )

J’aurais voulu être une artiste avant …

J’aurais voulu être un artiste …

« L’artiste est un réceptacle d’émotions venues de n’importe où, du ciel, de la terre, d’un morceau de papier, d’une figure qui passe, d’une toile d’araignée. » Picasso

J’aurais tant aimé être une artiste avant, une de ces personnes pour qui seuls comptent les mots ou les couleurs. Je parle bien sûr de ces vrais artistes qui ne vivent que de leurs passions, qui se moquent des convenances, de l’argent.

J’envie cette liberté des vrais artistes, ce bonheur qu’ils ont à simplement vivre de ce qui les nourrit, leur art.

J’aurais voulu être une artiste et faute de l’avoir vraiment été, j’espère finir ma vie à être une vraie artiste dans l’âme faute d’en avoir la renommée afin que mes mots, mes dessins, mes créations vivent à jamais.

5947C402-7645-44E7-8F2E-5CC8D3BC629C

( 10 avril, 2021 )

L’homme s’adapte …

C’est une réalité. On en a un exemple frappant avec ce Covid, l’homme s’adapte à toutes les situations. Au départ, il grogne, il n’est jamais content, et puis il s’habitue. Regardez le masque, c’est devenu un automatisme même si on continue à râler.

Pour tout, c’est pareil. Des nouveaux objets apparaissent, des téléphones de plus en plus perfectionnés, des objets commandés à distance, et la première surprise passée, l’homme s’adapte. Ce qui est triste, c’est qu’il s’adapte même au pire. La violence dans certaines villes, les sans abris qui pullulent, la mendicité, plus rien ne le surprend.

L’homme s’adapte aux changements de climat, de vie. Je dirais même plus, l’homme survit car il s’adapte. Il va s’adapter parfois la peur au ventre, mais il va s’adapter.

Bonne ou mauvaise chose ? Là est la question !

51B218FF-5CDE-4274-99C1-AB6DB73DA5FC

( 9 avril, 2021 )

Séries, livres sur le Covid

Nous vivons une période difficile qui dure depuis un an, et je constate que dans de plus en plus de livres ou de séries, on ne parle QUE du Covid sous toutes ses formes, comme si ce virus avait également attaqué les neurones des auteurs et des scénaristes, leur enlevant une idée nouvelle. Je sais que certaines plumes ont besoin d’évacuer cette tension liée à la pandémie, mais bon, il y a autre chose à écrire , non ?

Ou est-ce un vrai besoin de lecture ?

Personnellement, je me refuse à faire un livre où mes héros portent des masques, se font vacciner, mais peut-être ai-je tort et mon manuscrit ne sera pas lu ?

Autant,  j’ai un immense plaisir à lire des articles d’amis auteurs sur le sujet, souvent satiriques, humoristiques ou ouvrant au débat et à la réflexion, autant une histoire d’amour ou un polar sur fond de Covid, j’avoue que cela ne me tente pas et je referme vite le livre, car ke sujet ne met pas du tout en transe ! J’ai besoin d’évasion, de voir autre chose que ce présent anxiogène.

Après chacun peut avoir un ressenti différent ! Et vous, quel est le vôtre ?

F2852059-EFFB-4CF8-AE3C-F735DB8B0C7F

12345...353
Page Suivante »
|