( 19 avril, 2019 )

Ces personnes qui s’interdisent d’aimer.

 

Ces personnes qui s’interdisent d’aimer bousillent souvent la vie des autres. Pire encore ceux qui pour sauver leur image sont prêts à détruire ceux qui les entourent.

Aimer, c’est une chose merveilleuse, un véritable bonheur à condition d’être sincère. Beaucoup de personnes font semblant. C’est malheureusement devenu très à la mode. Les amitiés comme les amours se nouent puis se dénouent, parfois même en reniant ce qui fut. Je trouve cela terriblement triste. Dans les romans que j’écris, je parle souvent de l’amour comme d’une évidence, comme quelque chose qui est inéluctable, qui ne peut qu’arriver, qui est. Dans la vie, c’est totalement différent. Le coup de foudre existe, mais parfois il ne dure pas. L’évidence semble logique et pourtant la chute est tout aussi difficile. Et à l’inverse, on peut débuter tranquillement, doucement, puis ces petits bouts peuvent au final dessiner un grand amour qui durera des années.

Et puis, il y a les autres, ceux qui s’interdisent d’aimer, ceux même qui ne comprennent pas ce que le mot aimer veut dire, ceux qui vont jusqu’à haïr ceux qui savent vraiment aimer.

Et puis, il y a aimer tout simplement, aimer ses amis, ses proches, un mot qui fait peur, mais bien tristes ceux qui n’aiment pas avec un grand A.

 

14C6BF13-CA99-4F14-AC92-EF1F9EFB31B8

( 18 avril, 2019 )

L’encre de nos mots

Les milliers de pages couvertes d’une écriture manuscrite, les carnets pleins de souvenirs, des lettres jamais envoyées, voilà l’encre de nos mots séchée depuis des années. Tout auteur conserve ces reliques dans un vieux meuble ou dans un placard, bien rangées. Cette encre peut-elle un jour venir à manquer ? Certainement, selon les aléas de la vie, selon les obstacles, cette encre va s’agglutiner, formant un gros paquet de mots qui vont stagner, qui ne vont plus couler, pour un temps. Que de manuscrits ainsi oubliés dans un tiroir bien fermé ! Et puis un jour, les différents cadenas vont éclater, les mots vont pouvoir s’envoler de nouveau, le rêve va pouvoir simplement se dessiner.

 

Ces temps-ci, j’ai traversé une phase où l’encre n’a plus trop coulé commençant presque à disparaître sur le papier. Rien n’est pire que de voir les mots trahis, les émotions mal comprises. L’encre déteste être jugée pour ce qu’elle n’est pas.

Peut-être un jour, par obligation, l’encre sèchera définitivement, mais en attente de ce temps, elle continuera de couler doucement, à son rythme,  pour que les mots muselés, étouffés, interdits, se rencontrent et dansent sur un papier qui n’est pas encore jauni.

 

1C39E2D1-9F52-4933-B865-85C3C37B2B11

( 18 avril, 2019 )

Être en colère n’est peut-être pas si dramatique.

 

Nous avons tous à un moment le droit d’être en colère ! La colère est rarement bonne conseillère, mais elle n’est pas toujours négative. Elle est même nécessaire à rééquilibrer certains points de vue, mais doit s’exprimer avec modération, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas.

Si je me mets en colère après une autre personne c’est trop souvent parce que je suis surtout en colère après moi. Parce que l’autre a pointé du doigt une faiblesse que je méprise, un comportement que j’ai accepté, ou simplement le fait que j’ai trop souvent fermé les yeux pour maintenir la paix. Ma colère est légitime. L’autre s’est mal comporté, m’a blessée ou bien m’a incitée à ne pas dire non. Alors plutôt que d’être en colère après moi, je vais développer une colère envers l’autre, et pour certains cette colère peut perdurer des années simplement parce que renoncer à cette colère implique d’accepter cette réalité : nous sommes les seuls responsables de nos ressentis et de nos souffrances.

Il est donc important d’oser dire cette colère en passant par des phrases simples : « je suis déçue », « tu m’as déçu », « tu me fais du mal même si tu n’en as pas conscience », «  tu ne t’intéresses à moi que lorsque tu as besoin de moi »

La liste est longue. Oser dire simplement pour se libérer du non possible. Oser aller au-delà de cette colère afin de la comprendre, de la laisser se poser, car aucune relation ne vaut une colère pouvant apporter la violence.

 

3F825397-3768-4DE5-8834-28BF787E3E82

( 17 avril, 2019 )

Un bon polar

Octobre de seven Sveistrup

 

Pour ceux qui ont vu la série the killing, ce polar est le premier d’une série où on retrouve le thème central des membres découpés. L’histoire se passe en Octobre ( on l’aurait parié au titre) où une femme est retrouvée morte amputée d’une main.   À côté du corps, un petit bonhomme fabriqué à partir de marrons et d’allumettes. Chargés de l’enquête, la jeune inspectrice Naia Thulin et l’inspecteur Mark Hess découvrent vite que cette figurine est porteuse de mystérieuses empreintes : celles de la fille de Rosa Hartung, ministre des Affaires Sociales, enlevée un an plus tôt et présumée morte.

 

L’histoire est très sympa, bien menée. Un bon pavé de plus de 600 pages où on ne s’ennuie pas une seconde. J’aime beaucoup ces polars nordiques qui dégagent une certaine atmosphère ! Pour ceux qui aiment ce genre, n’hésitez surtout pas !

30916234-6E5C-4A92-9B0E-D36EE307C82E

( 17 avril, 2019 )

Les faux amis

Faut-il être bien naïf pour s’apercevoir à l’âge où l’automne s’annonce que les faux amis, ça existe ! Pire, que ceux que l’on a cru un jour des amis n’étaient en fait que des illusions. S’en mordre les doigts souvent trop tard ce n’est pas très glorieux et pourtant, tout nous portait à croire que ces autres croyaient en nous, qu’ils ne nous encourageaient pas par pure politesse, qu’ils ne s’investissaient pas simplement pour se valoriser eux-mêmes. Coup de choc, coup de poing, la réalité est loin d’être aussi belle. Mensonges, manipulations, les dents grincent. Comme on peut-être bête parfois lorsque l’on croit sincèrement les mots d’une personne. Et comme cela fait mal quand on découvre que nous n’étions qu’un vulgaire pion sans intérêt destiné juste à satisfaire un ego démesuré.

Moralité : Se méfier des faux amis car ils iront ensuite jusqu’à nier vous avoir rencontré ! Difficulté : les repérer à temps. Indice : Vous ne les croiserez plus lorsqu’ils sont heureux et les verrez revenir quand leur vie part en vrille.

Et même si une personne a touché votre faille, déterminé votre rêve, ne croyez surtout pas que c’est pour vous. C’est juste une prise de pouvoir dont la note peut-être très salée à l’arrivée.

Les vrais amis, eux, sont ceux qui ne vous demandent rien, qui ne vont pas vous poignarder dans le dos, qui continueront à vous tenir la main même si une violente tempête arrive, même si leur vie à eux change, ils seront là, simplement …

 

8B99E549-F216-4BCA-9350-CEECDD3126C3

( 16 avril, 2019 )

Ceux qui ne supportent pas ton sourire

« Supprime de ta vie ceux qui ne supportent pas ton sourire. » me disait ma mère il y a quelques années. Aujourd’hui, j’y repense souvent, car même si ce dernier commence à moins souvent se dessiner vu mon état physique, il garde tout de même sa force. Sourire, c’est simplement communiquer avec l’autre, sans mot. C’est transvaser un peu d’énergie positive afin que le corps et l’âme restent vivants. Il y a des jours où la fatigue est telle que sourire même est compliqué, et pourtant, il faut se parfois un peu se forcer ! Parce que notre société n’est pas toujours très gaie, parce que l’espoir n’est pas toujours facile. Alors, il faut impérativement faire de chaque sourire un rituel, un automatisme, une façon de partager avec les autres. Tel un enfant, il m’arrive de sourire béatement simplement en écoutant des gamins discuter ensemble. Je m’amuse d’un rien m’éloignant ainsi des personnes nocives qui inondent de plus en plus notre monde, de ces personnes qui n’hésitent pas à mentir et à se complaire dans leurs mensonges, sourire simplement pour se centrer sur les autres, pour ceux qui m’aiment vraiment !

 

6FEC1D28-3BE1-4B00-AE0B-EB1F6211CE6D

( 15 avril, 2019 )

Les bulles de bonheur

 

« Lorsqu’il n’y a pas d’ennemi à l’intérieur, les ennemis de l’extérieur ne peuvent pas t’atteindre. » Proverbe africain

Apprendre à se recentrer sur sa petite bulle, celle qui nous apporte paix et bonheur est important. Trop souvent, nous nous laissons distraire par les autres, ceux qui ne pensent pas comme nous, ceux qui ne vivent pas comme nous, ceux qui sont différents de nous. On se retrouve alors figée dans des mots qui nous atteignent comme une flèche, simplement parce que telles des éponges nous absorbons jusqu’à la submersion. Et se noyer, nous empêche de nous concentrer sur ce qui est important, la vraie vie, celle de tous les jours, celle où on se sent bien avec ceux que l’on aime, famille ou amis. Laisser ces bulles de bonheur toucher les nuages et s’éclater dans un grand feu d’artifice.

 

9DA5DBA6-0F76-405F-8ED7-B844E99421A9

( 14 avril, 2019 )

Il serait temps de …

 

Comme disait si bien ce cher Apollinaire, « il serait temps de rallumer les étoiles », parce qu’il faut bien l’avouer, la société est vraiment en noir et blanc ! Quoique les gens fassent, ce sera toujours sujet à critique ! J’aime à le redire, on ne peut pas toujours comprendre avec exactitude ce que les autres disent, pensent, ce qu’ils voulaient dire, ce qu’ils ont voulu dire et qu’ils n’ont pas vraiment dit. La communication est une chose tellement compliquée. Par contre, si on prend la vie sous un autre angle, il faudrait commencer à penser autrement, à regarder autrement, peut-être un peu moins égoïstement, simplement rallumer les étoiles pour que le coeur des hommes soit moins dur, leur âme moins fermée. Il faudrait rallumer les étoiles pour mettre du soleil dans toutes les vies, du pain dans toutes les bouches, des mots qui sonnent bien dans toutes les oreilles. Il faudrait rallumer les étoiles simplement pour permettre aux hommes de vivre mieux ensemble, en harmonie.

6772D3E9-A4F6-4A83-8E2B-E8CBED8CF6AD

 

( 13 avril, 2019 )

Comment un auteur trouve-t-il son sujet ?

Pas simple lorsque l’on est auteur de trouver un thème nouveau, des personnages qui n’ont pas été déjà inventés. Écrire est facile, par contre, trouver une histoire qui sort de l’ordinaire l’est beaucoup moins. Parfois, j’ai l’impression quand je débute un manuscrit que tout a déjà été écrit, qu’il n’y a plus rien à raconter. Et puis, soudain, le déclic se fait souvent au hasard d’une conversation. Ce sera cette personne qui va raconter une anecdote que je vais écrire dans un carnet, ce sera une publicité à la télévision qui va déclencher une intrigue, ce sera simplement un rêve dont on va garder les traces au réveil. Je ne sais pas comment tous les auteurs procèdent, mais en ce qui me concerne, je ne fonctionne qu’à l’intuition, qu’au feeling, notant, rayant, recommençant sans relâche. Parfois mes sujets restent des années dans un vieux carnets que je retrouve des années plus tard. Alors, après avoir relu mes mots, je décide de les garder ou de les jeter. Parfois, je vais y penser jusqu’à ce que les phrases se dessinent, se forment comme pour devenir vivantes. C’est ainsi que va naître ou pas un futur roman, juste un hasard, peut-être … Des idées ? Elles frissonnent en ce moment, s’imposent sur la pointe des pieds, égratignent le papier sans trop oser s’avancer, mais je sais que cet été, avec violence les mots vont jaillir et l’encre noire glissera de nouveau sur le papier …

 

1B207520-2B2C-41B0-9E58-83EB81B276E5

( 12 avril, 2019 )

Semer du rêve

 

J’aime à penser que l’on puisse être par moment des semeurs de rêves aussi bien dans la vie que dans notre profession. Ceux qui posent quelques paillettes de poudre de perlimpinpin pour dessiner des pensées magiques. Dernièrement un élève me chuchotait en aparté qu’il avait commencé à écrire une histoire fantastique parce que je lui avais donné envie. Quoi de plus merveilleux que de se dire que l’on a pu indirectement semer une graine ! On est tous des semeurs de graines, parfois sans le savoir vraiment, peut-être simplement parce que l’on n’y fait pas attention. Une personne, il n’y a pas si longtemps, m’a fait comprendre qu‘on ne mettait pas toujours le même pouvoir sous un même mot : « ami », « mentor », « professeur ». Effectivement, j’y ai beaucoup réfléchi et nous allons rencontrer des routes que nous allons qualifier d’amicales car elles vont semer du rêve, mais peut-être parfois, cet acte si beau sera mal compris ou mal interprété, et on va tomber de haut. Faut-il pour autant renoncer à ces petites bulles qui peuvent ouvrir de grands horizons ?

 

FE03F4BE-D499-4A77-AEDE-145ED1D4732D

12345...259
Page Suivante »
|