( 18 février, 2023 )

Apprendre, car on n’en sait jamais assez.

« Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien » Socrate
On n’a jamais fini d’apprendre. Lorsque l’on est à l’école, on est saturés des apprentissages et pourtant, c’est certainement un des moments les plus importants de la vie, celui où on apprend, où on découvre les mystères de l’Univers. Après, avec le temps, on oublie ou plutôt notre cerveau sélectionne, compartimente. Il ne reste que l’indispensable, enfin c’est ce que l’on pense. Et puis, on vieillit et on se rend compte que la culture est importante. Alors on replonge dans les livres, on se balade dans les musées, pour ne pas laisser notre cerveau mourir à petits feux. J’aime en particulier pour ma part me lancer dans une documentation pointue lorsque j’écris mes romans policiers. J’ai découvert cette passion lorsque j’ai écrit BLANC. Le plongeon dans une culture régionale, dans les rites gitans, j’ai tout bonnement pris autant de plaisir que l’écriture par elle-même. Et je continue à chacun de mes manuscrits.
Alors, oui, on a toujours quelque chose à apprendre ! Toujours !

A83E9E28-62D0-4C36-940F-0B952653AFAC

( 17 février, 2023 )

Prochain livre …

En cours d’édition sur KDP. Et c’est loin d’être simple pour une nulle comme moi ! Heureusement, un merveilleux réseau d’amis qui m’épaule à chaque étape, alors merci.
Je n’en dirais pas plus aujourd’hui. La mise en page est finie, on passe à la couverture.
Difficile, mais la Liberté est à ce prix. Et puis je ne suis pas pressée.
Le titre ?
Surprise ! Bientôt !

22C2E51D-51D4-4190-9985-EA7114BB4DF7

( 16 février, 2023 )

Écrire, c’est bien plus que ça …

Pour beaucoup, écrire c’est poser des mots pour communiquer. Bientôt dix ans que je tiens ce blog. Je ne fais plus attention au nombre de vues, me contentant de lire les commentaires. Des jours de mots, d’idées, de partages. Des articles quotidiens pour ne pas perdre l’envie et «  la main » ( même si je devrais dire, la plume)
Écrire, c’est bien plus que cela. Écrire, c’est faire danser les mots sur le fil des émotions, c’est partager de la joie, des idées. Les mots ne sont rien sans un lectorat, et il me semble important d’être en phase avec nos lecteurs. Parfois, c’est le drame des maisons d’édition qui imposent des idées, des demandes comme des passages érotiques, qui refusent des thèmes ou qui veulent qu’un texte soit retravaillé, pour coller à leurs idées. Écrire, ce n’est pas ça. Écrire, c’est rester en accord avec soi. C’est de l’émotion ! Dernièrement, je lisais l’interview d’un écrivain connu qui avouait publier une fois sur deux un roman fade, sans ressenti simplement parce que ce dernier lui était tout simplement imposé. On ne peut écrire que ce qui sort de nos tripes, un peu comme si on laissait des dizaines de papillons s’envoler pour ensuite les autoriser à se poser sur le papier.
Écrire, c’est bien plus que ça …
Alors n’y renoncez jamais si vous les sentez ces papillons s’envoler …

AC3BDD18-4BCA-4F9D-955C-DF86AF9B2A0F

( 15 février, 2023 )

Sécurité routière et addiction

Les faits divers parlent beaucoup ces jours-ci du terrible accident de cette personne célèbre qui percuté une voiture sous emprise de stupéfiants. On lit beaucoup de choses. Ceux qui plaignent cette personne, car le « pauvre » n’est pas responsable de son addiction. Moi, je plains surtout les victimes, celles qui n’avaient rien demandé, cette femme enceinte qui a vu sa vie brisée car perdre un enfant à sept mois de grossesse, alors que tout allait bien, c’est terrible. Cette famille va rester traumatisée, endeuillée jusqu’à la fin de ses jours, tout cela parce qu’un type plein aux as se prend pour Dieu sous l’effet de la cocaïne, cela me fait vomir. Et le pire, n’y a pas, en droit français, d’homicide involontaire concernant un embryon ou un fœtus qui n’a pas la personnalité juridique. Résultat, rien ne va obliger le chauffard à se désintoxiquer, personne ne va lui retirer son permis de conduire, et comme beaucoup de riches, il va se sentir dans la toute puissance, invincible ! Et ce fait divers, car cela reste un fait divers, il y en a régulièrement.
Rappelons les chiffres : Chaque année en France, près de 30% des accidents mortels sont dus à une prise excessive d’alcool. Le cocktail drogues/alcool multiplie par 29 le risque d’avoir un accident mortel.
Chaque année, plus de 700 personnes sont tuées sur les routes dans un accident impliquant un conducteur ayant pris des drogues.

Quand la justice fera-t-elle son travail en ne se contentant pas des faits qui souvent sont détournés, erronés, mais en se fondant sur la vraie réalité : une famille détruite à cause de l’inconscience d’un camé qui n’en était pas à son premier délit routier.
Choisir : boire, fumer, se droguer, se bourrer de tranquillisants OU conduire, mais pas les deux. Hier, c’était cette famille sur une petite route de campagne, et demain, ce pourrait être la vôtre !

CAF83202-2CEA-416D-8C21-A21D3C2AF637

( 14 février, 2023 )

« Peindre signifie penser avec son pinceau »

« Peindre signifie penser avec son pinceau » Paul Cézanne
Avant même l’écriture était la peinture. Les hommes des cavernes étaient bel et bien des artistes. Lorsque j’ai fait il y a des années une classe de découverte en Dordogne, j’ai été émerveillée par les mammouths, les bisons, les chevaux, magnifiquement dessinés, avec des proportions exactes, et des détails que l’on n’imagine pas. Ils utilisaient leurs mains, des pigments qui pouvaient également être projetés sur la paroi en soufflant, après avoir été liquéfiés et mis en bouche. Je trouve cela fascinant que finalement la création soit née avant l’écriture, comme si le premier moyen d’utiliser sa pensée passe d’abord par la peinture. Je suis de plus en plus convaincue, n’en déplaise à ceux qui ont « le melon », que tout le monde peut peindre, tout le monde possède cette qualité « primaire ». Après tout le monde ne fera peut-être pas un chef-d’œuvre, mais l’important n’est-il pas déjà de penser avec son pinceau ? De laisser ses émotions s’exprimer ?
On prône beaucoup le sport à l’école, mais ne devrait-on pas apprendre aux enfants dès le plus jeune âge à développer leur créativité, ce qui permettrait certainement aux enfants inhibés, timides de « penser » et communiquer autrement.

BF52532D-5701-4724-A6E6-09EE9AA2F831

( 13 février, 2023 )

Dysfonctionnements thyroïdiens, une réalité

Fatiguée de lire sans cesse des remarques négatives sur nos dysfonctionnements, des attaques qui nous placent en victimes, qui vont jusqu’à ridiculiser nos maux. Tellement facile de dénigrer une maladie invisible, parce que par e qu’elle ne se voit pas, elle ne peut être réelle, pire nous sommes des « affabulateurs ». Rien n’est pire que de ne pas être cru ! Il m’arrive de souhaiter que toutes ces personnes prennent ma maladie pour une semaine, un mois, juste pour voir comment elles se débrouilleraient. Seulement voilà, notre pathologie ne se donne pas, ne s’échange pas. Et ce n’est pas parce qu’elle n’est que rarement mortelle qu’elle n’en est pas moins handicapante !
Que vous soyez en hyperthyroïdie, en hypothyroïdie, avec une maladie auto-immune ou sans thyroïde, la réalité reste la même ! Rien ne se voit sur votre visage, sauf exceptions, vous avez l’air plutôt bien, et pourtant, par période, vous n’êtes que douleurs.
Il n’existe pas de poudre de perlimpinpin miracle qui va vous guérir, juste un pansement qui passe par une prescription médicale. Ablation ou hypothyroïdie, ce sera cette hormone de synthèse qui va tenter comme elle peut de rééquilibrer votre organisme. Mais tout le monde sait qu’une balance a bien du mal à rester en équilibre, et pour notre corps, c’est pareil.
Je vais prendre la maladie d’Hashimoto, car c’est celle que je connais la mieux, mais amis papillons atteints d’une hyperthyroidie ou après une ablation, vous vous reconnaîtrez certainement. Il a été prouvé scientifiquement grâce à des chercheurs américains et canadiens que lors d’une thyroïdite Hashimoto, votre zone de confort se trouvera entre 0,5 et 1. Pourquoi ? Tout bonnement parce qu’il faut éviter de mettre la thyroïde au ralenti, ou de la mettre en mode accélérer. On comprendra alors le drame de certains praticiens qui refusent de prescrire un traitement avant d’avoir dépassé 10 de tsh. Si, croyez-moi, nous avons régulièrement des adhérentes en souffrance pour cette raison ! Car la fatigue, elle survient dès que cet équilibre se dérègle, que ce soit si la thyroïde s’accélère ou si elle se ralentit. Dans les deux cas, arrive un moment où on n’en peut plus ! On a beau vouloir, être positif de nature, on n’y arrive pas. Et c’est toujours dans ces moments-là que l’on va se prendre une remarque acide dans les dents ! Alors on les serre, ces dents, et on continue d’avancer, en portant cette fatigue comme un sac plein de pierres. Beaucoup de malades vous diront qu’ils ont l’impression d’avoir d’un seul coup quatre-vingts ans ! Des douleurs musculaires, des raideurs, l’impression de marcher comme des petits vieux.
Une vraie réalité !
À cela s’ajoute les difficultés de concentration. Si j’en parle, c’est que personnellement, si je dépasse 1 de tsh, c’est parti pour les oublis de code de carte bancaire, les clés que je ne retrouve plus, et j’en passe des meilleurs. Un rééquilibrage du traitement et au bout de trois semaines, tout rentre dans l’ordre. Mais ce peut-être long trois semaines ! Il en va de même pour le poids. Un petit dérèglement va me faire prendre 3 kg en moins de dix jours, sans augmenter les calories. C’est même un des premiers symptômes avant même la fatigue qui me fait dire : « Attention ! Si cela persiste, directement la prise de sang ! »
Dans tous les cas, vous l’aurez compris. Se plaindre ne sert à rien, car tout le monde s’en moque. À vous de faire attention à votre corps, à écouter ce qu’il vous dit, à vous prendre en charge. Si vous avez la chance d’avoir un médecin compétent et à l’écoute, il vous aura expliqué comment rééquilibrer doucement sans fatiguer l’organisme. Parfois il suffit d’un petit coup de fouet pour relancer Mademoiselle la Thyroïde ! Parfois, ce sera une remise en question du traitement, voire un changement de médicament.
Dans tous les cas, ne baissez pas les bras. Faites le maximum pour vivre le plus normalement possible. Évitez le stress, les personnes nocives, critiques.
Vous n’êtes pas des victimes, vous êtes des combattantes, des guerrières qui ne se laisseront pas mettre à terre.
Car vous n’êtes pas seules.
D’autres papillons sont là !
Courage les papillons

A8ADBD97-04A7-4006-B15D-590EBE1400B0

( 12 février, 2023 )

La loi d’attraction

Que de livres sur ce sujet, et même si on est un peu sceptique, on ne peut s’empêcher de penser : « Et si … »
Qu’est-ce donc que cette le principe de la Loi de l’attraction ? Cela implique que nos pensées négatives ou positives vont irrémédiablement entrainées des expériences de vie positives ou négatives. En clair, si on se focalise sur ce que l’on désire, on l’aura. Autant le travail de Pleine Conscience, je maîtrise de mieux en mieux, autant j’ai beau visualiser de gagner au loto, cela ne marche pas. Et vous ?
Le principe est basé sur le fait que nous dégageons tous des vibrations. Ça, c’est vrai ! Qui ne s’est pas trouvé un jour mal à l’aise face à une personne avec « de mauvaises vibrations » ? C’est extrêmement désagréable. Le principe de cette loi qui fait rêver, nous demande de toujours nous interroger sur ce que nous voulons. Est-ce bien pour nous ? N’allons-nous pas blesser d’autres personnes ?
Et surtout faire attention au pouvoir des mots. Il est terrible. Il peut détruire, donc apprendre à retravailler nos phrases, à ne pas faire du mal, car tout acte agressif envers autrui va empêcher cette loi d’attraction de se réaliser.
Pourquoi ne pas essayer ? Notre monde est tellement violent qu’y mettre des formes ne peut être qu’une bonne chose !
Je vous invite à lire «  La loi de l’attraction » de Paige Oldham, mais il existe de multiples parutions sur ce thème. L’important est que l’un d’entre eux vous parle.

24D102F5-1075-4F65-BC56-C6D5AC1F3DC4

( 11 février, 2023 )

L’étincelle de l’amour

L’amour commence souvent par une étincelle, celle que l’on n’attendait pas, celle que l’on ne désirait même pas. Un peu comme une allumette qui va enflammer la vie, la changer. Seulement l’amour est volatile, on ne peut le tenir dans ses mains, telle l’eau, il va fuir, se transformer, s’assécher. Il faut de la patience pour que l’étincelle de l’amour continue de briller, beaucoup de tendresse, de confiance, et cette étincelle peut durer éternellement si on l’entretient avec un minimum d’efforts. L’amour reste la plus belle chose que l’on peut vivre, et passer à côté de cette étincelle est bien triste. Oser gratter l’allumette …

7867005C-15E4-444D-83C4-729737F52138

( 10 février, 2023 )

Laissons place à la magie

Notre société est devenue tellement rationnelle que la magie n’existe plus. Plus personne n’ose, plus personne ne prend des risques. On accepte ce qui est, on courbe le dos, on ferme sa bouche.
Par pitié, redonnons sa place à la magie, rendons-lui ses lettres de noblesse ! La magie est ce qui rend la vie plus douce, ce qui donne un peu de pigments, ce qui fait sortir de la morosité ! Un peu de poudre de perlimpinpin, cela fait du bien ! Sortez un peu de vos douleurs, de vos doutes, de vos petits bobos. Il y a la vie à vivre, alors vivez !

BF71406F-1C9C-49C9-9D45-DADBACA4BF57

( 9 février, 2023 )

Et puis un jour, on s’en fout !

Nul ne peut échapper à des situations difficiles, à des contrariétés, à des parcours peuplés d’embûches. C’est le principe même de la vie. Alors on s’enfonce, profondément, jusqu’à ne plus pouvoir respirer. La vie devient intenable, infernale, anxiogène. Et puis un jour, on s’en fout, parce que l’on n’a plus rien à perdre, parce que la vie est courte, tellement courte que ruminer ne sert à rien. On y arrive le jour où on comprend que l’erreur fait partie de chaque parcours, que personne, même le plus intelligent, n’y échappe, et surtout que ces erreurs qui parsèment notre route ne sont là que pour nous permettre d’évoluer. Alors, si on commençait par s’en moquer dès le départ au lieu de se ronger le sang et se détruire ?

123
« Page Précédente  Page Suivante »
|