( 13 janvier, 2014 )

Le soleil brille …

Un jour, une amie m’a dit :

 » Le soleil brille toujours derrière les nuages. Il suffit d’attendre que l’orage passe » …

J’ai attendu … 81 ventes au compteurs ce matin ! Un vrai bonheur !

Se dire que tout a un sens, que le fait même d’exister est peut-être un sens en soi …Se dire que les messages adorables que je reçois vont peut-être permettre à d’autres de trouver un sens … Claude , une personne que je découvre avec délice, m’a dit que sa passion était la peinture. Suite au décès brutal de son époux, elle se retrouve seule, végétant depuis des mois sans but. En lisant ROUGE, elle me fait savoir que mon passage sur Dali l’a remise en selle et qu’elle touche de nouveau à ses pinceaux Mon roman a au moins ce mérite ! Mettre un peu de couleur dans des vies. Comme l’écrivaient Michel ou Dominique, il n’est pas parfait. je ne l’ai pas voulu parfait ! Je l’ai voulu comme on doit chacun être :  » vrai …Je pense avoir rempli ce contrat ! Pour le second, je ferai plus d’effort de syntaxe … Parce que l’on sera dans une suite, une trilogie …Mais ROUGE C’est le fruit du sang qui coule dans nos veines à chacun de nous, le fruit de nos passions, le fruit de la VIE …

Bonne journée

Afin que vivent les rêves.

( 11 janvier, 2014 )

La mort d’un enfant

À Christophe mon amour,

 

imageJe reçois de nombreux témoignages me remerciant d’avoir écrit le chapitre Chris.
Je ne vais pas m’attarder mais juste dire que ce chapitre est effectivement en hommage à mon fils décédé il y a 25 ans. Sa maladie fut une terrible épreuve pour tout son entourage. C’était un magnifique enfant qui faisait notre joie.
On lui a découvert un cancer incurable, une cochonnerie de sarcome embryonnaire localisée à l’os du rocher. Pourquoi avoir mis SON histoire dans Rouge ? Simplement parce que je lui devais ce petit clin d’œil .. Par son court passage sur cette terre, il m’a aidée à devenir ce que je suis aujourd’hui. Je ne pouvais occulter cette mémoire. Perdre un enfant est une des pires souffrances qui existe mais on y survit, différemment, autrement.
Tout ça pour vous dire que vous, qui venez de vivre cette blessure qui saigne à flot, ne baissez pas les bras. La mort d’un enfant n’a aucun sens. N’essayez pas de comprendre. Dites vous juste que c’est une épreuve à vivre pour grandir !
Par contre, ne laissez jamais personne oser se servir de cette mort pour vous rabaisser, vous salir ou vous dénigrer. On a essayé de me détruire en se servant de cette faille. Ce fut abjecte et petit. Ignorez ceux qui ne comprennent pas …Votre flamme, votre force sera toujours cet enfant … Afin que sa souffrance à lui ait un sens aujourd’hui …

 

pour Dominique … Courage .. Je vous contacte par mail et de tout cœur avec vous …

Bonne soirée

( 10 janvier, 2014 )

Hashimoto ou le parcours du combattant

On ne tombe pas malade par hasard tout comme on ne tombe pas amoureux par hasard. Je t’ai rencontré par hasard un soir d’automne.

Toi, maladie que je maudis, tu m’as chuchoté à l’oreille.

 

Je suis une maladie auto-immune invisible, j’attaque ta thyroïde pour te pourrir la vie.

Je suis maintenant scotchée à toi pour toujours. J’arrive souvent sur la pointe des pieds, sournoisement, et on tarde à me reconnaître car les analyses ne révèlent pas toujours ma présence.

Je vais te plonger dans un puits sans fond que toi seul connaitras, les autres ne pourront te voir, mais toi, tu me sentiras dans ton corps, dans ton âme.

Mes anticorps vont attaquer ta thyroide jusqu’à la détruire complètement.

Il y aura un « Avant » et un « Après ».

Avant tu étais pleine d’énergie, que tu courrais et que tu t’amusais. Avant tu pouvais faire mille choses à la fois, tu riais aux éclats. Avant tu mangeais ce que tu voulais sans prendre un seul gramme.

C’était avant !

Maintenant je suis là, je dévore ton énergie, je t’épuise. Je ralentis ton corps à tel point que ta mémoire déraille, ta concentration se fait difficile, tu butes sur les mots, tu paniques.

Je m’incruste dans ton sommeil t’imposant des siestes dignes de l’enfance ou créant des insomnies, tes cheveux vont tomber, c’est moi, tes ongles vont casser, ce sera encore moi. Ta peau va devenir plus fragile, tes talons vont se napper d’une corne, ce sera encore moi.

Je vais mettre ton organisme en veille à tel point que tu vas gonfler comme un ballon, tes doigts vont se boudiner, les kilos vont s’ajouter. Ne rêve même pas à un régime, je veillerai à ce que tu ne perdes pas un gramme.

Je suis une vraie traîtresse, et d’autres maladies pourront se joindre à moi, la Sclérose en plaques, les lymphoïdes, les problèmes articulaires.

Oh je t’en veux d’être là, je m’en veux aussi. Je ne t’ai pas choisie. Je me suis juste installée et je ne bouge plus.

La faute à qui ? À Tchernobyl ? Au stress ? Aux chocs ? à la vie ? à la génétique ? Nul ne le sait et est-ce vraiment si important, je suis là, et bien là.

Je t’ai dit, je ne te quitterai plus jamais. C’est une réalité. Ah tu vas parfois en voir des médecins, des spécialistes avant de savoir qui je suis. La plupart ne me connaissent pas. Ils ignorent même qui je suis. Tu verras, on te traitera de folle, on dira que tu as un problème psy, car c’est vrai que je ne fais pas dans la dentelle, là où je passe, tout casse. Je sème la déprime, la lassitude, le dégoût de soi, je m’incruste dans ta vie privée, fini la libido de choc, fini les cycles bien rythmés.

Alors ils vont te donner des cachets pour dormir, contre l’angoisse, même pour maigrir, mais sans penser à moi. C’est fort, tu ne trouves pas ?

Et pourtant, il suffit juste d’un petit rien pour me découvrir, ces recherches d’anticorps, alors tout changera. Un nom sera posé, et tes soucis vont diminuer :

cholestérol, problème de vésicule biliaire, de tension, de glycémie, de coeur, essoufflement, migraines, vertiges, problèmes de vue, yeux secs, la liste est sans fin.

 

Je ris d’avance car tu ne seras pas prise au sérieux. Les gens se moquent des maladies invisibles. C’est plus facile de juger que d’aider, de condamner que d’écouter.

N’essaie même pas te parler à tes collègues, ils n’entendront pas ta fatigue, car tu auras toujours bonne mine. Pour eux tu seras juste « chochotte » ou paresseuse. Ton mari ? Tu vas vite le saouler. Tes enfants ? Tu vas les exaspérer.

 

Tu vois, je suis vilaine. Te débarrasser de moi tu n’y arriveras pas, mais je ne suis pas motelle. N’est-ce pas la bonne nouvelle ? Avec le temps, tu vas m’apprivoiser, adapter ta vie, trouver un autre rythme, revoir tes priorités. Tu vas dessiner de nouveaux projets, différents, mais tout aussi importants.

Bien sûr que tu devras prendre un traitement à vie, et si tu tombes sur un bon médecin, tu sauras gérer mes crises, car je t’en ferai voir toute ta vie. Tu sauras que ta TSH doit être très basse, entre 0,5 et 1 pour éviter une destruction, tu sauras que ton papillon est important, qu’il faut le préserver.

Tu rencontreras des gens comme toi, tu découvriras que vous êtes des millions, tu t’étonneras que les pouvoirs publics n’y prêtent pas plus attention.

 

Un jour, tu accepteras notre rencontre, tu vivras en évitant de penser à moi, acceptant de souffler le jour où tu seras fatiguée, renonçant à expliquer aux autres. Ils ne peuvent comprendre. Même certains médecins ne comprennent pas.

 

Alors oui, ce jour-là tu pourras juste dire …

J’ai la maladie d’Hashimoto, il serait temps d’écouter et surtout de m’entendre ! De NOUS entendre !

 

 

( 9 janvier, 2014 )

A Michel, auteur célèbre .. Merci

Amis lecteurs, bonsoir …

Désolée de passer vite mais j’ai du travail ! Je ne vis pas de mon livre, malheureusement …

Juste pour dire Merci à Michel … ( Il m’a demandé de taire son vrai nom)

Si vous lisez son commentaires, c’est un auteur de thrillers connu, maison d’édition reconnue … Bref un GRAND ! Lire qu’il a aimé mon livre m’a profondément touchée ! Je me sens si petite par rapport au monde de l’édition …

cela fait plaisir.. Du soleil dans la vie …

 

Comme quoi, il faut croire en ses rêves …

( 8 janvier, 2014 )

Toujours croire en soi …

«J’ai lu sur le net, inépuisable et magique endroit, ces mots :

«  Ecrire, c’est dessiner sur une porte infranchissable et l’ouvrir. »

J’ai reçu des témoignages de lecteurs (hommes et femmes) me parlant de trahison amoureuse ou amicale.

La trahison, je l’effleure juste dans ce roman car c’est une douleur qui nous est propre.

Je tenais juste à dire à toutes ces personnes qui souffrent de ne pas baisser les bras. Ce qui nous arrive dans la vie n’a pas toujours de sens parce que l’histoire qui s’écrit n’est pas la même pour chaque individu. On raisonne souvent avec notre propre vision, surtout sous le coup de la déception ou de la douleur, et on se met des œillères afin de ne pas « voir » ce que l’autre, lui, a vécu ou compris.

Une trahison peut laisser des envies de violence, de haine à vie ou si on est assez intelligent, peut nous permettre d’avancer, voir de pardonner …

Je m’adresserai juste à Maryse, dont le message m’a beaucoup touchée, ne baisse pas les bras ! Ne te laisse pas avoir par des tranquillisants qui n’apaiseront pas ton âme … Crois juste en toi ! Un jour, ton ami comprendra et s’il ne le fait pas et bien, c’est lui qui perdra quelqu’un d’une grande valeur …Tu aimes peindre, m’as-tu dit, alors créée ….

Ne renoncez jamais à vos rêves quelque soit la blessure qui vous est infligée !

«  Créer, c’est vivre deux fois.

Albert Camus »

 

Afin que vivent les rêves

 

( 7 janvier, 2014 )

Mardi 7 Janvier 2014

Un joli message à mon retour de travail de Simonette (dont je laisse le commentaire) et de Marie-Jeanne (qui demande l’anonymat) : Deux « Hortense » qui se sont retrouvées, trouvées dans ROUGE. Je citerai juste Marie-Jeanne avec ses mots : « Je suis une femme que personne n’a jamais voulu comprendre et grâce à vous, j’ai l’impression aujourd’hui que c’est fait … »

Pour moi, c’est un des plus jolis compliments …

Je voulais aussi répondre à deux autres personnes qui n’ont pas acheté mon livre mais qui me demandent si je parle de la mort de mon enfant.

Parce que ce livre se veut un hommage à la vie, à l’amour, parce que malgré la mort, on n’oublie jamais, on apprivoise juste l’instant, parce que c’est la douleur qui m’a construite, avec mes imperfections et quelques qualités, j’espère … oui ….J’en parle à travers le personnage de Marie, afin que tous ceux qui perdent espoir, sache qu’il y a toujours un « après » …

 

Bonne soirée et merci de me suivre toujours plus nombreux …

 

( 6 janvier, 2014 )

Mes personnages

Bonjour à tous,   Les questions du jour : Vos personnages existent-ils ? D’où vous vient votre inspiration ? Matt ? Hortense ? Antoine existent-ils ?

Non bien sûr que non … C’est un roman fictif. Donc Matt, Hortense, Antoine, pour ne citer qu’eux, n’existent que dans mon imagination. La seule qui reste proche de mon vécu est bien sûr Marie … Pour ne prendre que Matt, pourquoi ai-je choisi de faire de mon héros un chercheur ? En hommage à un grand monsieur rencontré en 1988 lorsque mon fils fut malade. un homme merveilleux, un médecin extraordinaire, décédé aujourd’hui. Cet homme m’a offert cette flamme unique qui est l’espoir … Lorsque mon fils se trouvait en fin de vie, nous avons beaucoup parlé et découragée, je lui ai dit : « Nous avons fait tout ça pour rien » … Il m’a alors répondu : pas pour rien, un jour vous comprendrez que ce que vous avez vécue a une valeur inestimable. Ne cessez jamais d’y croire … Le professeur Olivier H m’a aidée à supporter l’idée de la mort simplement parce que par ses mots, j’ai su que ma vie n’était pas finie. Je n’avais que 28 ans … Bien sûr, je n’ai pas décrit son physique mais celui de dizaines de chercheurs dont j’ai trouvé les liens sur internet … une sorte de caricature … Hortense, c’est un de mes personnages pour qui j’ai une grande admiration. j’ai travaillé dix ans dans le VII arrondissement et j’ai rencontré beaucoup d’Hortense. C’est à toutes ces femmes que je rends hommage dans mon livre … Quant à Antoine, il n’existe pas .. ou peut-être …Mais s’il existe, j’aimerais comme vous le rencontrer !

Continuez à me poser des questions ! Et achetez ROUGE

Afin que vivent les rêves

( 5 janvier, 2014 )

Merci de suivre ce blog

Vous êtes nombreux à suivre ce blog et je vous en remercie …

C’est important de se savoir lu …

Merci à vos retours sur mon livre. Je suis toujours étonnée que vous puissiez l’aimer ! Cela me fait vraiment plaisir …

Donc oui, il y a une suite à ROUGE … elle est en création …

N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de l’intrigue, de mes personnages …

Merci à vous

 

1375654_10151952487427996_1182143278_n

 

Afin que vivent les rêves

 

( 4 janvier, 2014 )

En vente à la FNAC

ROUGE est en vente aujourd’hui à la FNAC

 

http://recherche.fnac.com/ia3006850/Sylvie-Grignon

 

Moins cher et frais de port gratuit !!!!!!!!!!

 

 

( 4 janvier, 2014 )

Edition étrangère, manuscrit et autres questions en vrac

 

Merci Muriel d’avoir traduit..

Donc pour répondre, Edilivre ne fait pas de traduction.. Donc si une maison d’édition est partante, aucun soucis !  Aussi bien en numérique qu’en broché !

 

J’ai reçu beaucoup de manuscrit et je suis un peu débordée .. Je retravaille Lundi (car il faut bien faire chauffer la marmite) mais j’ai promis mon aide et je continuerai à l’offrir …

 

J’ai découvert le premier chapitre d’un auteur de Fantasy super : Le Manoir des Ombres
Par Dominique. Capo

et un très joli roman vendu sur le site Edilivre :

http://www.edilivre.com/providence-nathalie-l-nemir.html

 

N’hésitez pas à le commander en Ebook, il n’est pas cher …

 

Sinon de jeunes auteurs me demandent si c’est dur de faire cette promotion. Oui, c’est très dur surtout que l’éditeur a fixé ses prix très hauts ! C’est un peu comme faire un CV … Il faut envoyer des dizaines de mails pour juste une seule commande ! J’avoue avoir eu le temps et m’être prise au jeu, car c’était les vacances, mais ce ne sera plus le cas ensuite !

Mon objectif était d’atteindre 50 livres en trois mois, et avec les commandes, je les ai atteints en moins de quinze jours. En plus, j’ai partagé plusieurs Ebooks et c’est important de se savoir lue. Mais c’est dur de promouvoir un livre surtout quand on passe par un éditeur.

 

Bonne journée à tous !

 

Afin que vivent les rêves …

1234
« Page Précédente  Page Suivante »
|